Culture de la rébellion et de l’insubordination dans une société non sexuée et égalitaire

 

Cinéma en pâté d’articles   

SUJETS, AVIS & DÉBATS   

Les capitales   

Violences de la société   

 

Pour répondre aux commentaires à la suite d’une réponse que j’avais écrite suite à ce tweet,

et qui disait : « Les femmes devraient surtout en tirer la leçon que ces hommes honnêtes dont vous parlez ne sont pas forcément ceux que l’on croit, et que la première chose à faire, c’est un coup de pied où ça fait mal et un dépôt de plainte. Dénoncer dans des médias poubelles : zéro efficacité. »

… voici donc quelques réponses en vrac pour préciser ma pensée : bien sûr qu’une agression, c’est traumatisant, mais ce que je dis c’est que tout autre alternative que la voie légale engendre plus de dommages encore. Les personnes faisant le choix d’une dénonciation publique sur le tard plutôt qu’une plainte directe se déclarent des années après se révèlent-elles satisfaites de la voie choisie ? Je crois assez peu au pouvoir de réparation de la justice, mais je suis quasi certain que ce pouvoir est bien plus réel par cette voie que par celle de la dénonciation publique. Chacun parle en fonction de son expérience, sans doute, ou de la mode du moment ; la mienne se nourrit des films que je vois, car oui, il n’y a peut-être rien de mieux que les leçons que les films nous apprennent pour pouvoir se faire une idée sur ce genre de sujet. Et le cinéma a souvent exploré ce sujet de la justice. Je renvoie à ce fil où j’énumère un certain nombre d’exemples de films illustrant cette idée :

Je reproduis mon texte ici (ça renverra vers certains commentaires des films en question) :

C’est dommage qu’on apprenne si peu des films qu’on regarde. Le cinéma est plein de films traitant de la question de la culpabilité (avérée, suspectée), de la difficulté de juger les monstres, de la puissance de la rumeur et de ses ravages sur les innocents, de notre facilité à lyncher ou à s’ériger comme juges. Et c’est souvent le cinéma de Hollywood qui a mis en scène ces problématiques humanistes et sociétales, donc on a assez peu d’excuses, ces films ne sont pas rares ou inaccessibles. Ces films ont été produits dans des sociétés probablement beaucoup plus polarisées que les nôtres, plus violentes, pourtant aujourd’hui où sont les films traitant de ces sujets, qui sont les individus qui n’ont pas peur d’aller contre le courant avilissant de la bien-pensance ? Étrange paradoxe ou lâcheté intellectuelle.

Le plus souvent, ce cinéma a mis en scène des innocents accusés à tort (L’Etrange Incident, Call 777, Fury, Je suis un criminel), parfois il s’est génialement situé dans un entre-deux à la fois pour nous démontrer que les choses sont rarement telles qu’elles apparaissent ou aussi manichéennes qu’on le voudrait par facilité de lecture du monde : dans La Rumeur, des accusations futiles prennent des proportions gigantesques, et si les accusations se révèlent presque exactes, ou partiellement exactes, les conséquences sont terribles, pour tout le monde. Dans Le Faux Etudiant, un garçon est coupable de s’immiscer frauduleusement dans une université, et parce qu’une fois démasqué, il devient suspect aux yeux de tous, il finit par être accusé de bien autre chose dans un contexte de révoltes étudiantes, et la société qu’il admirait finit par s’accommoder lâchement des agressions dont il est victime.

Une séparation est une expérience où chaque séquence contredit la précédente et vient faire vaciller nos certitudes et notre capacité à juger : on est témoins de tout, croit-on, mais on ne peut plus déceler qui ment. Le film nous démontre qu’on peut mentir tout en étant innocent. Le même procédé est utilisé dans Mystic River : placé en position qu’il croit être d’omniscience, donc de juge tout puissant, le spectateur croit savoir qui est coupable. Avant de constater un peu penaud que tout n’est qu’illusion, manipulation et faux-semblants… Dans Le Bûcher des vanités, un type méprisable est accusé à tort d’être responsable de la mort d’un jeune Noir, la presse lui tombe goulûment dessus, et finit par mentir pour se sortir d’affaire. Qui est coupable ? Qui est victime ? Tout le monde.

Pour autant le cinéma ne s’est pas privé d’y montrer des monstres (et d’y insister ainsi souvent que les premiers monstres, ce sont ceux qui jugent et mettent eux-mêmes en scène leur indignation ou leurs accusations pour ne jamais être suspectés d’être du mauvais côté du manche), parce que le cinéma a bien montré que ce qui devrait nous distinguer des monstres (ou des coupables avant tout parce qu’il nous montre aussi bien que les monstres n’existent qu’au cinéma), c’est notre humanité. Et l’humanité a créé un truc dans son principe qui est assez cool : la justice, qui en principe doit être équitable. Tous les exemples démontrent qu’elle l’est rarement, qu’il est même impossible qu’elle le soit réellement, mais d’autres films, et je n’en citerai qu’un, démontre que la solution la moins pire, c’est encore de lui faire confiance et de la suivre. Dans Le Fils du pendu, un homme se rend vite coupable d’un meurtre : aucun doute possible, on en est témoin. Tout le film consiste ensuite à mettre à l’épreuve notre capacité à entrer en empathie avec un meurtrier et son parcours qui le mènera à se rendre.

Je renvoie ensuite vers deux paragraphes de mon commentaire du Fils du pendu à partir de « Seuls le cinéma et la littérature » traitant en détails de ce sujet et auquel je ne changerai pas une ligne aujourd’hui.

Si les victimes ont toute légitimité pour dénoncer leur agresseur, et si tout doit être facilité pour ne rien entraver leurs plaintes, cela ne peut se faire qu’en suivant des processus mis en place par la société pour confondre et punir leur agresseur. Tous les films cités plus haut font la démonstration qu’à chaque fois qu’on passe par une autre voie, on ne fait que compliquer les choses. On pourrait même affirmer que sans ces écarts, il n’y a pas de cinéma possible. Comme disait Hitchcock, si le héros allait à la police, il n’y aurait pas de film. Alors si, pour certain, le cinéma, c’est la vie. La vie, ce n’est pas le cinéma. En tout cas, ça ne devrait pas l’être. Les monstres, on les laisse sur l’écran. Et on laisse la justice se faire.

Fin de l’aparté.


Connaître ces films, et l’expérience qu’ils apportent, ferait peut-être changer l’idée qu’ont certains sur les vertus présumées de la voie médiatique prônée, et rappellerait encore à ceux-là les principes qui ont forgé nos sociétés.

Par ailleurs, je ne reproche rien aux victimes, du moins directement : je ne m’adresse pas à elles, car il serait en effet indécent de prétendre leur dire ce qu’il faut faire, ou en tout cas, ce qu’elles auraient dû faire. En revanche, s’il y a une culture du viol (et on ne serait pas tout à fait d’accord pour définir ce que c’est, certains semblant faire une distinction nette entre séduction et viol, alors que pour moi, cette culture ne peut être comprise que dans un cadre plus général de culture ou d’usage et d’acceptation des rapports de subordination et d’autorité : tant qu’on accepte que dans une société, il y ait un devoir de respect automatique, presque d’allégeance, à un supérieur, à un patron, à une autorité quelconque, sans que le dépositaire de cette autorité n’ait jamais à la gagner auprès des autres, on crée un environnement propice aux agressions), il faut alors accepter de créer ensemble une culture de la riposte. (Ainsi qu’une culture de la plainte, d’abord directe, ostensible et là oui, si possible, publique, mais immédiate : une main aux fesses ? Plaintes verbales immédiates et affichage publique du tripoteur. Et la riposte, ça passe par une gifle immédiate ou un coup de pied aux couilles. Bien sûr, cela n’est possible que quand il y a des témoins. C’est bien pourquoi il faut éviter, quand il y a le plus souvent un rapport de subordination, qu’une femme se retrouve seule avec un supérieur. Point. Dans le cadre d’un travail, c’est inopportun et c’est potentiellement stressant pour une femme. Le simple fait d’insister pour être seul avec une subordonnée devrait mettre la puce à l’oreille à la hiérarchie. Et dans le droit du travail, il devrait être possible de faire valoir une sorte de droit de retrait si on est une femme et qu’on refuse de se retrouver seule avec un homme potentiellement « séducteur ».)

Pourquoi une culture de la riposte (immédiate) ? Parce que dénoncer individuellement des agresseurs longtemps après les faits quand ils ne sont souvent plus en mesure de les commettre (c’est le cas de beaucoup de dénonciations publiques), non seulement on ne change pas leur comportement, mais on ne change pas non plus celui de ceux qui continuent à profiter de leur autorité ou du pouvoir de subordination qu’ils possèdent sur d’autres pour agresser des femmes quand ils sont seuls avec elles. Par définition, si un homme de pouvoir profite de son pouvoir au moment où il sait qu’il ne risque pas grand-chose, il continuera de chercher à jouer de son autorité et de sa situation pour gagner les faveurs des femmes consentantes ou de futures victimes. C’est moins une question de culture du viol qu’une question de culture de subordination. Le viol ou l’agression sexuelle, ce sont des conséquences ; ces hommes cherchent à s’attirer les faveurs des femmes, point ; et ils se servent de leur statut pour arriver à ces fins ; ils ne veulent pas agresser, mais ils seront parfois prêt à l’être s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils désirent. S’il est important de traiter la conséquence (l’agression et le viol), il est tout autant important de traiter le mal à sa racine : et sa racine, ce n’est pas une culture supposée du viol (aucun homme ne cherche à agresser des femmes a priori), mais bien une culture de la subordination (parce que beaucoup d’hommes chercheront à profiter de cette situation pour acquérir des faveurs sexuelles ; s’il y a agression, c’est certes grave, mais le fait d’accepter des faveurs sexuelles parce que la personne qui les réclame est un supérieur ou joue de son statut, de son autorité, c’en est pas moins un problème ; ce n’est pas tout ou rien : un rapport de subordination est toujours l’origine de dérives que les hommes s’empresseront d’interpréter comme de la séduction, alors qu’il faudrait instaurer l’idée qu’il ne peut y avoir de rapport sain entre deux individus à partir du moment où il y a un rapport de subordination).

Avant qu’il y ait des rapports toxiques entre hommes et femmes, il y a des rapports toxiques entre collègues, employeurs et employés. Quand on cherche l’équité, l’égalité, le respect de l’existence de l’autre pour lui-même et non pour sa seule fonction souvent subalterne, on n’accepte pas qu’un homme de pouvoir joue de sa situation par rapport à d’autres pour leur imposer quoi que ce soit qui puisse être de nature à affecter leur dignité. Un homme qui a appris qu’il n’a pas tous les droits envers des collègues, des employés, aura probablement moins de chance de se penser à l’abri quand il confond séduction, ses désirs avec la réalité, et qu’il fait valoir ses petites pulsions d’homme frustré ou de séducteur compulsif au détriment de la dignité et de l’intégrité d’une femme.

Pour répondre ensuite à « on ne peut pas savoir à l’avance qui se révélera être un violeur ». Ce commentaire répond directement à ma phrase quand j’évoque l’hypocrisie des « hommes honnêtes » et supposés comme tel. Je confirme ce que je disais : un violeur, un agresseur, un goujat, c’est souvent un homme qui présente bien, qui sait adopter tous les codes sociaux le mettant en valeur, justement parce que ça fait partie de l’attirail de séduction qu’il met en place pour s’attirer les faveurs des autres, et en particulier des femmes quand elles lui plaisent ou quand il estime qu’elles doivent lui rendre de petits services… Les femmes aiment à penser que les séducteurs sont de charmants garçons qui très honnêtement s’intéressent à elles quand en fait ils savent subtilement leur laisser penser qu’elles sont uniques et formidables, et cela dans le seul but d’attirer leurs faveurs. Pour être clair, un séducteur, un charmeur, est un escroc, il en adopte exactement les mêmes tours. Bien souvent aussi, un homme qui se présente un peu trop comme défenseur des femmes, et donc un féministe, toujours du côté « des femmes » ou « des victimes », sans discernement ou subtilité, est un tartuffe. Donc oui, un séducteur qui ne connaît pas les limites, un potentiel agresseur et violeur, à tout du gendre idéal, de l’homme honnête, parce qu’il a tout intérêt à s’en donner l’apparence. Exactement comme un escroc n’a aucun intérêt à passer pour un être désagréable. C’est ce qu’on entend toujours de la bouche des victimes, que ce soit d’un escroc ou d’un agresseur ou même d’un simple queutard (un homme qui cherche à multiplier les conquêtes en gagnant leur consentement avant de les laisser tomber) : « Il était si gentil ! ». Avant d’être agressif et insistant, un homme prétendra toujours n’être qu’un séducteur.

Et pour être franc, je pense même qu’une posture de séduction est presque toujours une posture de subordination et donc un premier pas vers une potentielle séduction. Mais il est certes difficile pour une femme de déceler chez un homme ce qui relève d’un intérêt réel qu’une manipulation visant à ne gagner d’elle que des faveurs sexuelles…

Est-ce que dénoncer publiquement dans les médias aide à ce que d’autres victimes se manifestent ? Probablement, oui. En espérant que cela débouche parallèlement sur des plaintes. Et là j’ai un doute. On me signale que porter à la connaissance des médias ce genre d’affaires permet de faire sortir de nouveaux cas, d’accord, mais dans ce cas, on ne traite à chaque fois qu’une infime partie des agressions qui ont lieu : ces cas sont des faits divers concernant des personnalités publiques, s’il fallait à chaque fois choisir la voie des médias pour que d’autres victimes se manifestent, et cela à chaque fois ne concernant qu’un seul agresseur, on ne s’en sortirait pas, tout simplement parce qu’on ne s’attaque qu’à une infime partie du problème. La vaste majorité des agressions ne sont pas l’œuvre de personnalités publiques : si le seul recours des victimes est médiatique, qu’offre-t-on à toutes ces victimes n’impliquant pas des personnalités pliques et par conséquent n’intéressant pas les médias ? Le but, c’est de couper des têtes connues ou c’est de changer les mentalités, repérer les situations ou les personnes qui posent problème afin de s’attaquer aux racines du mal, et au final, diminuer les agressions et les viols ? Chacun ses priorités. Personnellement, je ne m’intéresse pas aux faits divers. Même symbolique. On n’agit par ou contre une minorité, même une minorité de privilégiés. On agit à la base des problèmes afin de les régler, au lieu d’agir après, symboliquement, contre une infime partie des agresseurs.

Est-ce que cela participe par ailleurs à changer ce que certains qualifient de culture du viol, autrement dit est-ce que ça participe à modifier ses rapports de subordination à l’origine de ce type d’agressions ? Je ne crois pas. Choisir la voie médiatique, c’est quasiment faire le constat que la voie judiciaire est impossible et sous-entendre ainsi que les hommes, que les puissants, sont protégés par l’institution : cela ne fait, à mon sens, que consolider des archétypes de genre présentant les hommes comme puissants et les femmes comme victimes. Changer une culture du viol par une culture de l’agresseur et de la victime, je n’y vois pas une grande différence. En revanche, face à la justice, plus aucun rapport de subordination, qu’il soit professionnel ou médiatique, ne tient : elle est censée juger équitablement. Ainsi, il ne faut pas chercher à changer les comportements en instaurant une culture de la dénonciation et de l’opprobre public, mais à améliorer tous les mécanismes de prise en charge des victimes, de recueils de plaintes, d’enquêtes, de principes de prescription, etc., et aussi s’appliquer à créer au travail et dans notre intimité de nouveaux rapports non plus basés sur la subordination ou l’autorité, mais sur une équité totale, si possible non-bilatérale, franche et transparente.


Je tiens également à répondre sur la différence avec 2018 quand Hulot avait été mis une première fois en cause. En 2018, une plainte avait été déposée, la plaignante, me semble-t-il, était restée anonyme. Le nom de cette plaignante est rendu public dans Envoyé spécial, est-ce que cela été fait avec son accord ? Probablement pas, diffuser des choses au détriment des personnes étant la grande spécialité de cette TV poubelle. Protège-t-on ainsi les victimes quand on révèle leur identité malgré elles ou le fait-on par simple souci du buzz ? Et par ailleurs, oui, ces politiques ne s’honorent pas à commenter les accusations, voire défendre, l’un des leurs quand une plainte est déposée… Mais bon, peut-on encore croire qu’un politique puisse être intègre…


Je répondais également à un autre intervenant sur un autre fil évoquant le fameux « tout le monde savait et n’a rien fait » :

Les beautés de la démagogie. Eh bien, vous auriez fait quoi vous ? “Savoir”, ce n’est pas être témoin d’une agression. C’est bien pourquoi les agresseurs attentent ou s’arrangent pour être seul avec une femme. Ils peuvent d’ailleurs ne savoir que la personne en question est un séducteur ou un queutard. Cet agresseur séduit dix filles, sur dix, vous en avez quelques-unes qui auront été consentantes, et parmi elles certaines n’auront aucun problème pour le faire savoir. Et sur ces dix, quand il y en a des agressées, on l’a vu dans ces témoignages, elles se taisent. Donc, ils savent quoi ? Ils savent que ce qui se sait : la personne est vue comme un séducteur ou un queutard, point. J’ai une assez basse opinion des séducteurs, mais séduire, ce n’est pas encore agresser. Et même si vous entendez parler d’agressions, OK, vous savez. Du moins, vous croyez savoir parce que vous en avez entendu parler. Et après ? Vous voulez prévenir qui en dehors de potentielles futures victimes ? « Bonjour, monsieur le juge, j’ai entendu dire que… » Y a une capacité à se présenter comme de parfaits chevaliers blancs sur ces réseaux qui est assez fascinante. Et je ne rappellerais jamais assez que les agresseurs ont tout intérêt à « bien présenter ». Chevaliers blancs et blancs chevaliers. Les agresseurs se cachent derrière les chevaliers blancs, les hypocrites bénis-oui-oui trompeusement toujours du côté des victimes. On n’est jamais trompé et agressé que par des hommes qui se donnent l’allure de gendre idéal. Vous auriez fait quoi ? Rien. À part prévenir les femmes, voire dire au concerné ce qu’on pense de lui, il n’y a rien à faire. Mais ce n’est souvent pas ce qui est suggéré quand certaines personnes s’indignent. Les mêmes personnes d’ailleurs qui sont sans doute toujours les mêmes à se cacher, à ne rien faire, quand vient à parler en face des problèmes. On les connaît ces gens toujours prompts à dire ce qu’il aurait fallu faire, mais qu’on a jamais vu lever le petit doigt pour dire quoi que ce soit, avant, au risque de se mettre en danger. Certains savent bien humer le sens du vent.

Pointes de plaisir

La femme qui fait du vélo dont la poitrine se soulève d’un coup en passant sur une bosse procure à un homme le même plaisir innocent et puéril que le sourire inopiné d’une belle inconnue.

Souriez à gorge déployée, mesdames, et que les bosses sur les chemins se déploient comme les pointes du cylindre d’une boîte à musique. « Ouille, aïe, oh, oui… Ouille, aïe, oh, oh… Ah, ah, yayaille… Ya, ya, yayouille. »

C’était la définition du bonheur selon Petit Poucet.


Les conseils santé-écolo de Doctie Sumo

Eh, oui, c’est le retour des conseils santé de Doctie Sumo ! 5 ans sans vidéo, je sais que je vous ai manqués ! Ainsi, pendant mon absence les abonnés se sont multipliés, vous êtes désormais 125 000 abonnés à me suivre. Merci à vous !

Pour cette nouvelle vidéo événement, j’honore un nouveau sponsor. Si vous voulez aller directement à la vidéo et suivre le sujet du jour, je vous conseille d’utiliser la timecode située en bas de l’écran.

Ce sponsor, c’est La Saveur des goûts amers, un site écrit et réalisé par Limguela (prononcé « l’un-gué-là », il y tient paraît-il — Cyril Hanouilla aurait prononcé « lime gueule là », quelle gaffe !). Vous trouverez le lien du site tout en haut à gauche. Je vous laisse le découvrir. Pour faire court, Limguela a un blog où il fait comme votre serviteur, donner son avis, mais avec moins de succès malgré un court passage à la télévision ! Abonnez-vous à son site, et allez voir de quoi il parle… Vous me direz ce que vous en pensez en commentaires ! Moi, je n’ai pas été déçu ! Pas de code promo, son site est gratuit !

Venons-en au sujet du jour pour ce retour 🕯 auprès de vous, ma communauté chérie.

Le sujet, dekoikonparle :

Aujourd’hui, nous allons parler de sobriété cosmétique et ménagère ! La planète est en danger, je vous l’avais révélé en exclusivité lors de ma troisième vidéo ayant inspiré le GIEC ! (Ma plus grosse vue sur YouTube à ce jour et que j’ai rapidement démonétisée comme promis — #nostalgie).

Pour la sauver, la planète, tout le monde n’a pas la chance d’être une grosse entreprise polluante disposant d’un grand levier sur son impact environnemental : pour nous, ou pour vous, simples abonnés, de petits gestes suffisent. Malheureusement, on ne sait pas toujours bien quels sont précisément ces gestes. Dans le taoïsme, on parle de « non-agir », eh bien, dans la philosophie de Doctie Sumo, on parle de « sobriété consumériste ». C’était, si vous vous en souvenez, l’objet de l’épisode 24 de ma chaîne, mais nous allons parler ici plus spécifiquement de « sobriété cosmétique ». Eh, oui ! La meilleure astuce de grand-mère, c’est encore celle qu’on s’abstient de suivre ! Ne pas porter atteinte à la planète ne passe pas forcément par plus de « naturel », mais par plus de sobriété. Le mieux, ici, passe par le moins. Cela vaut aussi pour votre santé. La meilleure astuce que je pourrais vous donner, c’est encore de ne rien faire. Appelons ça le non-agir consumériste, ou la sobriété des soins.

Vous me connaissez, je ne livre jamais de conseils sans les étayer d’une savante expertise. Cette expertise m’a demandé 5 ans de travail acharné. C’est pourquoi je n’ai produit aucune vidéo depuis tout ce temps ! Hé, oui ! Pour vous dire, à l’époque, il n’y avait pas de petites cloches sur YouTube. Alors, j’espère que vous ne m’avez pas oublié, et que vous trouverez cette vidéo sans peine au milieu de vos innombrables abonnements ! Et puisque vous êtes là, profitez-en pour passer sur mon nouveau compte Ulule et pour me remercier de cette sobriété vidéatesque ! Abonnez-vous ! likez la vidéo… et donc… activez la petite cloche ! (J’ai l’impression d’être un débutant… Vous m’avez manqué !)

Plus que de véritables conseils, je tiens plus précisément ici avec cette nouvelle vidéo à partager avec vous le fruit de ces 5 ans d’expérience. Une expérience, vous l’avez compris, consistant à réduire au minimum ma consommation de biens cosmétiques et ménagers. Les effets sur la santé de cette expérience y seront également brièvement exposés et demanderont à être confirmés par vos propres expériences. Je compte sur vous ! En effet, je vous demanderai de suivre ces mêmes conseils pour les cinq années qui suivent ! N’hésitez pas à les partager en commentaires et à en proposer d’autres en faisant adopter à la communauté vos propres protocoles ! Mais ne soyez pas trop longs ! Les commentaires, c’est bon pour l’algorithme YouTube, mais pas tellement pour la sobriété de nos serveurs !

Sobriété donc, venons-en au fait !

Premier produit : le savon.

La société de consommation du 20ᵉ siècle nous a fait prendre l’habitude d’utiliser communément ce que l’on appelle du gel douche. Question sobriété, on est mal. Le gel douche contient principalement un produit, inoffensif mais inutile, dans une bouteille, puisque vous pouvez vous en procurer encore facilement de nos jours, j’ai nommé : l’eau ! Une bouteille de gel douche contenant entre 200 ml et 700 ml sera consommée entre une semaine et un mois pour une utilisation quotidienne ! En comparaison, un savon tout ce qu’il y a de plus classique, utilisé quotidiennement, aura une durée de vie entre 5 et 9 mois pour un savon à usage corporel ; pour un savon pour le visage, sa durée attendue, toujours pour une utilisation quotidienne, peut monter jusqu’à 15 mois !

En 5 ans d’expérience et études, je n’ai donc eu besoin de renouveler mon stock de savons par lot de 2 ou 3 que trois fois (en comparaison, un utilisateur de gel douche habituel aurait acheté et consommé l’équivalent d’une baignoire entière de gel). Sobriété garantie.

Deuxième produit : le dentifrice.

D’aucuns me diraient que les dentifrices « naturels » peuvent être une alternative crédible aux dentifrices industriels. Je vous le rappelle, le propos de cette expérience et de cette vidéo n’est pas de faire un appel à la nature, mais bien de faire la preuve de l’efficacité de la sobriété tant sur notre santé que sur l’environnement. Rappelons ainsi que les dentifrices industriels contiennent du fluor, et que celui-ci est essentiel à la bonne santé de nos dents. Nous ne saurions ainsi nous passer de dentifrice industriel. La sobriété est ailleurs.

Mes parents Sumo m’ont appris tout jeune à me laver les dents 2 fois par jour, matin et soir. C’est, je pense, la norme pour beaucoup, elle est cependant insuffisante. Après cinq ans d’études, j’en suis ainsi venu à la conclusion qu’il vaut mieux multiplier les brossages dans la journée avec peu de pâte à dentifrice. Pour faire moins, il faut faire parfois plus. Plus de brossages réguliers après chaque repas, c’est la garantie de ne pas passer par le dentiste ou par des opérations lourdes. Et cela, avec, en plus, moins de pâte à dentifrice ! Madame Sumo, elle, avant de me quitter pour un karatéka dispendieux en gel douche, avait pour habitude d’imiter les publicités pour les pâtes à dentifrice en versant de grandes coulées majestueuses de pâte sur la brosse. Il ne lui fallait ainsi pas plus de 30 secondes pour cracher la mousse dans le lavabo, et elle n’a jamais éprouvé le besoin de verser moins de pâte sur sa brosse… Les dentistes disent qu’une « noix » de pâte suffit, je dirai même qu’une larme suffit, surtout si vous multipliez vos brossages dans la journée ! Eh oui, rappelons que le dentifrice ne lave pas la bouche et qu’en dehors du fluor, il ne contient aucun élément indispensable à l’hygiène dentaire. La pâte a de légères propriétés abrasives, c’est vrai, mais l’efficacité du brossage tient essentiellement dans l’action mécanique de la brosse sur les dents et les gencives. Voilà qui devrait vous assurer une hygiène dentaire parfaite à moindre impact sur l’environnement !

Sur 5 ans, Madame Sumo a utilisé en moyenne 7 tubes de dentifrice par an avec deux brossages quotidiens. Plus de trois fois ma consommation ! Expérimentez à votre tour et dites-moi en commentaires ce que vous en concluez !

Alors n’oubliez pas, dès que vous sortez, prenez votre dentifrice ! Juste une larme ! Libérez la pâte à dentifrice de vos salles de bain, dégainez vos brosses, et sortez-les en toute occasion ! « Ce soir, je sors ma plus belle brosse pour aller danser oé-oé ! »

Troisième produit : le shampooing.

Admettons que la quantité de shampooing nécessaire à un lavage soit proportionnelle à la longueur et à l’épaisseur de nos cheveux, eh bien malgré cela, que vous soyez des quasi chauves ou des Vénus de Botticelli, je vous encourage à essayer de réduire votre consommation. C’est possible. Et nécessaire. À la fois pour l’environnement et pour la santé de vos cheveux. Madame Sumo, avant que son karatéka lui prodigue de savants massages capillaires à l’huile de ricin et explose sa consommation de détergent parfumé, avait une consommation peu raisonnable de shampooing. Et Madame Sumo ne devait pas être une exception. Elle disposait en général de 4 détergents à cheveux différents : souvent 2 shampooings différents selon l’humeur et selon l’odeur que Madame voulait se donner ce jour-là, et 2 après-shampooings. Tout cela ne dit rien sur la quantité réellement appliquée sur les cheveux, c’est vrai. Madame ayant les cheveux épais et modérément long, elle procédait à une utilisation de 2 à 3 fois par semaine. Voilà qui est relativement modéré, me direz-vous. Mais m’étant parfois incrusté dans la douche avec elle à des fins scientifiques pour affiner mes recherches, je me suis souvent fait la réflexion que la quantité utilisée par Madame était à l’image de celle déjà employée pour la pâte à dentifrice : beaucoup trop ! Faites-en l’expérience, c’est toujours possible de diminuer sa consommation ou réduire sa fréquence de lavage !

Mais laissons Madame à son karatéka et à ses après-shampooings, et revenons à nos essais. Cheveux secs et cassants (comme on dit dans l’industrie cosmétique), tonsure de moine pas encore achevée, mes besoins sont certes minimes, et je crois encore pouvoir réduire, surtout au niveau de la fréquence (quotidienne jusqu’à encore récemment — la science capillaire est toujours en marche). En 5 ans d’étude, je n’en suis toujours qu’à mon second flacon de shampooing. Trois gouttes suffisent. J’ai eu les cheveux longs, et il ne me semble pas voir finalement beaucoup de différence quant à la quantité nécessaire. Pour en être toutefois sûr, je compte poursuivre mon étude en me les laissant pousser ces prochains mois (Monsieur Sumo finira par réellement ressembler à un Sumo !).

Quatrième produit : le lait hydratant

Pendant ces longues années de recherche, j’ai eu la chance de disposer à mes côtés d’une femme qui pouvait me servir de groupe contrôle à elle seule. Vous l’avez compris, Madame Sumo était une grande consommatrice de produits cosmétiques, et le lait hydratant est pour ainsi dire le produit avec lequel elle était le plus généreux. À 40 ans passés, la femme moderne considère, aidée en cela par ce que nous appellerons patriarcat, qu’elle doit continuer de soigner son image, une image jeune ou rajeunie par toute une gamme de produits cosmétiques. Effet réel du lait hydratant largement badigeonné sur la peau de Madame Sumo ou privilège dû à ses gènes asiatiques, il faut avouer que mon groupe contrôle ne me permet pas ici de juger de la pertinence d’une telle surconsommation de produits par rapport à son intérêt esthétique… Au mieux, puis-je mettre en garde mes abonnés d’un risque sur la santé de ces produits : certains seraient cancérigènes, d’autres provoqueraient des irritations. Le vieillissement de certains composés chimiques serait notamment possiblement nocif, ce qui me fait dire, qu’il vaut mieux consommer des tubes de petite taille. Mieux encore : se priver de soleil, de cigarettes ou d’alcool, qui sont les premières causes du vieillissement de la peau ! Le meilleur produit cosmétique, c’est celui qu’on se retient d’appliquer sur soi !

C’est une information qui m’est parvenue malheureusement trop tard pour que je puisse la mettre à exécution durant mes cinq ans d’expérience, c’est pourquoi, pour éviter que mon lait tourne, j’ai inventé sur le tard une technique que j’ai appelée la technique du contournement, que vous pouvez apprécier dans cette vidéo :

 

Lait tournant

(Attention, la lecture sur Twitter n’a pas de son, ce serait idiot de s’en passer. Il suffit de la télécharger.)

Mon lait hydratant n’a semble-t-il jamais tourné, et les portions utilisées avec cette grande bouteille de lait, ont pu se faire parcimonieusement à un endroit précis de mon anatomie : à la jonction entre le fessier et les cuisses (nous autres sumos de canapé souffrons souvent de vergetures au séant).

Cinquième produit : le liquide vaisselle

Une seule goutte suffit. Inutile d’en dire plus, si vous n’êtes pas encore convaincus, essayez, le résultat est immédiat…

En cinq ans d’expérience, j’en suis toujours à ma première bouteille de liquide vaisselle (750 ml). (Mon groupe contrôle n’est jamais intervenu dans l’exercice, aucun biais statistique n’est donc à craindre à ce niveau.)

Sixième produit : les éponges pour la vaisselle

L’expérience est sans appel : les éponges végétales sans face à récurer durent cinq fois plus longtemps que les éponges avec face abrasive. Pour récurer vos casseroles, utilisez une brosse à poils ou en inox (ou utilisez un chiffon en laine d’acier séparément).

Une éponge végétale peut ainsi avoir une durée de vie de plusieurs mois, tandis qu’une autre avec une face abrasive partira en morceaux rapidement.

C’est tout pour cette fois, j’espère vous retrouver très vite sur ma chaîne ! N’oubliez pas la petite cloche, et à bientôt sur Doctie Sumo !

Aimer, est-ce être intense dans l’amour porté à l’autre, souffrir à l’occasion parce qu’il n’y a pas d’histoires d’amour sans déchirements romantiques ou est-ce être aux côtés de l’être aimé, lui montrer une affection infaillible, à tous les petits et grands moments de la vie ?

Les capitales

Relations personnelles

Qu’est-ce qu’aimer ?

ou trancept sur l’incapacité des êtres à se retrouver, s’aimer comme il faut, partager les mêmes conceptions de l’amour…

(un trancept, c’est un concept qui tente de voir au-delà de ce pourquoi il a été inventé)

(c’est pas loin d’un transat : il n’est utile que quand on s’assoie dessus)

— Ma grande déception, c’est de ne pas avoir été aimé(e).

— Moi je t’ai aimé(e).

— Peut-être. Mais nous n’avons pas la même idée de ce qu’est l’amour. Pour certains, l’amour doit être intense, se faire attendre, appeler ; il se fait dans la souffrance, dans l’absence. Pour d’autres, comme moi, l’amour, c’est une présence, un réconfort de chaque instant ; c’est une une personne avec qui partager sa joie, c’est être là quand on a besoin ou quand cette personne a besoin de toi, c’est une présence que l’on sait tout proche, là, quand on a aussi besoin d’être seul(e).

— Mais non, tu te trompes. Je pense pareil que toi. Si tu as besoin, je suis, là tu peux m’appeler.

— Quand tu as soif, tu ne prends pas ton téléphone pour commander un verre d’eau. L’amour, c’est aussi simple qu’un verre d’eau.

— Ce n’est pas de l’amour que tu décris là, c’est de la servilité, c’est de l’amour bourgeois… « L’amour, c’est aussi simple qu’un verre d’eau »… De l’aphorisme à l’aporie, il n’y a qu’une goutte.

— Eh bien, tu vois, on ne pense pas pareil. C’est pour ça que ça ne marche pas entre nous. On ne crée pas durablement une relation à distance. L’intensité des débuts peuvent le laisser penser, mais à la longue, la distance fracasse le lien qui nous unit, et entre l’intensité et l’attachement… bourgeois, c’est l’attachement bourgeois qui l’emporte. L’amour durable ne peut être fait que d’intensité — et ne doit pas l’être. L’intensité porte en elle les promesses d’un amour éternel, mais l’amour éternel ne peut être que dans la sécurité et le confort, la connaissance aussi, de l’autre. Oui, l’amour durable est bourgeois. L’intensité, c’est bon pour les Petit Poucet de l’amour : ils picorent les petits cailloux de l’amour, et n’ont aucune idée d’où cela les mène.

— Nous ne serons pas d’accord. Il ne tient qu’à l’un et à l’autre d’entretenir cet amour, faire qu’il soit intense et durable. La vie, et par conséquent la vie amoureuse, c’est en effet un long chemin tortueux et l’on s’accroche aux cailloux que l’on dépose à l’intention d’un(e) autre qui saura les ramasser et nous retrouver. Si certain(e)s se perdent en route, un ou une autre saura les retrouver et vivre avec nous le temps qu’il faut l’intensité d’un chemin parcouru à deux. Refuser de jeter les cailloux d’un bonheur présent ou futur, c’est s’asseoir à la table de l’ogre de l’ennui avant qu’il nous dévore ou qu’on en soit esclave.

— J’ai l’impression qu’il est temps que l’on prenne chacun nos cailloux et que l’on se sépare pour de bon cette fois.

— Oh, ça fait longtemps que j’avais déjà pris un autre chemin, tu ne pensais tout de même pas que tu étais la/e seul(e) à picorer de mes cailloux !


Home alone or Omelette extraterrestre

Home alone or Omelette extraterrestre

Les capitales

Science, technologie, espace, climat

« Tenter, sans force et sans armure d’atteindre l’inaccessible étoile »

… Telle est ma quête

Suivre l’étoile

Peu m’importent mes chances

Peu m’importe le temps

Ou ma désespérance…

(J. Brel, La Quête)

Imaginez qu’un système planétaire soit une omelette. L’œuf serait un disque protoplanétaire placé sur une poêle où s’opérerait pendant des millions d’années des combinaisons chimiques capables de vous faire une bonne omelette cuite à point avec toujours les mêmes ingrédients chimiques présents dans cet œuf protoplanétaire. Or, on ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf, et on devrait même dire, sans laisser un peu d’œuf sur le bord de la table qui aura ainsi échappé au feu de la poêle. Ne reste alors de cette omelette après des milliards d’années, que quelques morceaux situés au bon endroit de la poêle pour ne pas en faire du cramé. Imaginez maintenant que d’infimes résidus de cette omelette restée bonne, doués (ou presque) d’intelligence, viennent à se demander si d’autres morceaux d’omelette existent dans une cuisine lointaine, bien lointaine, et cela en faisant confiance à notre flair de grands anosmiques. Eh bien, serait-on prêts à imaginer cette savante omelette plus capable de découvrir des exomelettes dans des systèmes impossibles à atteindre ou n’aurait-elle pas plus de chances de trouver quelques réponses à ses questions d’omelette sapiens sur l’existence et la composition d’un œuf protoplanétaire en allant fouiller sur le rebord de la table, à côté de la poêle, là où seraient susceptibles de se trouver d’anciennes traces d’éclaboussures d’œuf protoplanétaire ?

Bref, chercher de la vie dans un système même voisin et avec lequel on ne pourra jamais interagir (donc confirmer d’éventuelles observations), ce serait un peu comme tenter aujourd’hui d’engager une conversation avec le chien de Socrate ou avec les punaises de lit de votre arrière-arrière-petit fils. L’exobiologie, elle doit se faire, à mon sens (mais je n’y connais rien), sur les rebords de table de notre système solaire, là où des éclaboussures d’œuf sont susceptibles d’avoir été préservées, “omeless”, sous une forme ou une autre.

Après, j’ai bien conscience de ne rien y comprendre à me demander pourquoi on aurait des chances d’y trouver quelque chose à regarder ailleurs que dans notre assiette, mais pour me convaincre il faudra bien plus venir des confins du cosmos que d’une simple autre planète (voisine de la nôtre).

Et je suis pas loin de penser que ce nouvel intérêt pour la recherche de vie, historiquement cantonnée au système solaire, en dehors de notre système ne tient qu’aux possibilités depuis deux décennies à pouvoir faire le compte ou presque des systèmes alentours disposant de planètes, à découvrir des planètes dont on se plaît à penser qu’elles pourraient être habitables sans réellement pouvoir le confirmer de manière certaine. Autrement dit, on en vient à lancer de nouveaux projets censés repousser une nouvelle fois les limites de l’observation, espérant bientôt aller jusqu’à découvrir des marqueurs d’une présence de vie lointaine. Or, je veux bien qu’au moins sur un plan statistique, faire le compte bientôt ou un jour, non plus seulement cette fois des planètes potentiellement habitables mais potentiellement habitées, que cela fasse avancer la connaissance, mais on en arrivera alors inévitablement un jour à un point où ces potentialités se heurteront à une réalité physique, celle qu’on ne pourra jamais s’affranchir des distances colossales qui nous séparent de ces mondes et donc en apprendre un peu plus, ou seulement confirmer toutes ces probabilités d’existences inconnues, lointaines et exotiques. Nous le faisons parce que c’est possible, pourrait-on dire pour paraphraser presque un célèbre discours américain, seulement viendra un jour où les limites de l’observation seront atteintes, et en résultera alors une grande frustration. Alors faisons le temps que nos outils et que leurs limites nous permettent de faire le plein de connaissances à ce niveau, mais il faut être aussi conscients des limites de ce pan de l’exobiologie. Parce que pour le reste, la science dans ce domaine me paraît bien plus prometteur en scrutant d’abord les mondes déjà visités de notre système afin d’en apprendre plus sur l’origine du vivant, son développement potentiel ailleurs que sur Terre, et sa nature comparée à celle connue chez nous si on en trouve des traces. Ensuite, comme je l’indiquais avec mon petit récit omeletique, c’est l’environnement extérieur de notre système qui potentiellement deviendra un jour une source d’enseignements sur notre origine, sur la nature de composés et assemblages chimiques encore inconnus faisant le trait d’union entre l’inerte et le vivant, ou sur l’origine de tentatives passées avortées (ou non, avec un peu d’espoir) ailleurs dans notre système. Et cela, face à certaines hypothèses soulevées au fil des explorations, il y a grand espoir, même sur un temps long, de pouvoir les affiner de plus en plus et même espérer faire de réelles découvertes. C’est toute la différence entre une science de l’observation lointaine et une autre où on pourra un jour avoir accès à ce qu’on cherche.

Être trouvés ou trouver de la vie ailleurs ?

Voilà pour ce qui est de la question de la vie extraterrestre selon notre point de vue d’explorateurs et d’exterminateurs (je rappelle que, malheureusement, l’avantage évolutif de notre ancêtre, et cela, avant même Homo sapiens : c’est avec Homo erectus que les « hommes » sont sortis d’Afrique et ont exterminé la faune prédatrice locale concurrente), et qui dans notre esprit conquérant nous laisse au moins penser qu’on finirait gagnant d’une telle rencontre (celui qui « trouve » l’autre pense de fait être plus évolué que le « trouvé » ; l’histoire nous a montré qu’il y a toujours un gagnant et un perdant).

Qu’en est-il si c’est nous qui sommes trouvés ? Eh bien, on l’aura compris, si certains s’en émerveillent parce qu’ils imagineraient cette rencontre forcément comme bénéfique, je la pense, de mon côté, franchement non souhaitable.

D’abord, il faudrait se demander pourquoi nous espérerions rencontrer une telle « vie ». Rappelons, parce que nous avons tendance à l’oublier vu que nous occupons notre temps à lui marcher dessus, qu’une vie autre que la vie humaine existe sur terre. Et vous savez quoi ? On a beau être responsable de son extinction massive, on en est encore à un stade où une bonne partie de cette vie, bien réelle et à portée de main, reste inexplorée ! Elle est pas belle… la vie ?!

Sur terre, les espèces qui cohabitent dans un même environnement sont soit en concurrence sur ce territoire, soit restent indifférentes les unes des autres (ce qui signifie en réalité qu’elles ne sont pas en concurrence pour les mêmes ressources, voire qu’elles procèdent à un niveau plus ou moins élevé à une forme de mutualisme ou de commensalisme). Ainsi, et dans le meilleur des cas, on pourrait imaginer qu’une vie extraterrestre intelligente (forcément intelligente si elle en vient à nous « découvrir ») soit indifférente à notre existence et ne cherche pas ainsi à interagir. Dans la version pessimiste, elle nous considérerait comme concurrente.

Veut-on vraiment savoir qu’elle serait la nature de notre interaction avec une telle vie extraterrestre si elle venait à pointer le bout de son nez à la vitre de notre monde fragile ? Perso, dans ces conditions, je préfère encore qu’on soit les seuls êtres intelligents dans les parages. Une forme de vie non intelligente, ma foi, elle pourrait tout autant exister ou non, on serait incapables de la découvrir (dans l’hypothèse bien sûr qu’on en trouve aucune trace dans notre système), ça nous ferait donc une belle jambe. Mieux vaut rester en haut de la chaîne alimentaire…

Que fait-il donc que notre espèce éprouve tant d’intérêt à se trouver ainsi une telle altérité… loin de ses bases ? C’est sans doute une caractéristique de notre espèce, et l’une des causes de notre réussite évolutive dans l’histoire. Notre curiosité nous a probablement poussé à nous intéresser aux usages, aux techniques, aux modes de vie, d’abord de nos proies pour les chasser efficacement, ou de nos prédateurs pour échapper à leurs attaques, puis aux autres groupes d’humains afin de s’approprier leurs savoirs, leurs techniques, leurs cultures. On est des charognards dans l’âme : l’altérité, c’est d’abord une concurrence potentielle, une source énergétique, même indirecte (apprendre des techniques nouvelles d’un autre groupe, c’est améliorer ses capacités à tirer de l’énergie de son environnement). Ce peut être cette même curiosité qui nous fait imaginer, voire espérer, l’existence d’une telle vie. La crainte ou l’espérer, avant de l’étudier, de l’exploiter et de l’exterminer dans l’indifférence alors que nous regardons déjà ailleurs… Maintenant que nous sommes la dernière espèce humaine sur terre, et que la mondialisation, donc l’uniformisation de la culture, est en marche, nous regardons donc ailleurs. Toujours en quête de nouveaux territoires… et de nouvelles proies. Il ne faudrait pas l’oublier, certes, au fil du temps, la curiosité s’est doublée d’empathie (aussi parce que cette empathie nous donnait un avantage sur d’autres), mais elle reste avant tout une arme visant à assurer la maîtrise de notre environnement et notre domination au sein d’autres espèces concurrentes ou devenues bientôt plus, du fait de la sélection opérée sur elles, que commensales de la nôtre. Les larmes de crocodile, c’est nous qui les avons versées en peignant sur les parois de nos grottes les espèces vénérées que nous allions exterminer.

Au mieux, rencontrer une civilisation extraterrestre pourrait s’assimiler à une rencontre avec une fourmilière qui aurait tout autant d’intérêt ou de capacité à communiquer avec nous. Au pire, elle nous écrabouillerait. Nous cherchons la culture, la technologie, de l’autre pour se confronter à lui, souvent pour en tirer profit, c’est notre âme de charognards toujours. À nos risques et périls.

Il n’est pas inutile de le rappeler. La vie, l’intelligence, l’altérité existent sur Terre, et nous sommes en train de l’exterminer tandis que nous regardons ailleurs afin de trouver ce que nous avons à nos pieds.


Est-ce que faire l’amour à son partenaire endormi, c’est un viol ?

Théâtre et scénettes

Relations personnelles

Un couple. Un lit.

 

L’homme : Il paraît que si je te fais l’amour au réveil alors que tu es encore endormie, c’est un viol.

La femme : Ç’a l’est si on ne s’est pas mis d’accord avant.

L’homme : Ah, et nous, on s’est mis d’accord ?

La femme : Non.

L’homme : … D’accord.

La femme : Mais j’adorerais que tu me fasses l’amour au réveil.

L’homme : Quand tu dors ?

La femme : Oui. Pourquoi tu ne l’as jamais fait ?

L’homme : Te faire l’amour au réveil alors que tu dors ? Ben, parce que je dors aussi.

La femme : Tu te couches souvent tard alors que je dors. Tu pourrais essayer de me faire l’amour.

L’homme : Ce ne serait pas un viol ?

La femme : Non, puisque je te le demande.

L’homme : Et si tu veux pas ?

La femme : Si je ne veux pas quoi ? Que tu commences à me faire l’amour alors que je suis encore endormie ?

L’homme : Oui. Si tu dors, c’est peut-être que tu es fatiguée…

La femme : Je te le dirais si j’étais fatiguée.

L’homme : Comment tu peux me dire que tu es fatiguée si tu dors ?

La femme : Je te le dirais à mon réveil.

L’homme : Donc il faut que je te réveille pour te demander si tu veux faire l’amour ? Du coup, ce n’est plus te faire l’amour alors que tu dors. C’est te réveiller pour savoir si tu peux à toute heure répondre à mes désirs obscènes.

La femme : Mais non ! Tu me caresses, tu me fais des choses, je me réveille, et si je n’ai pas envie, tu arrêtes.

L’homme : Donc là, si tu n’es pas consentante, ce n’est plus un viol, mais du harcèlement. Parce que je te tripote sans ton consentement.

La femme : Tu crois ?!…

L’homme : Mais si je commence directement par la pénétration ?

La femme : Tu sais très bien que ce n’est pas possible.

L’homme : Ah bon ?

La femme : Bien sûr. Comment veux-tu me pénétrer sans passer par les préliminaires. Il n’y a qu’un mec qui pense qu’on peut pénétrer une femme directement.

L’homme : N’importe quoi. Si je mets mon sexe dans ta bouche alors que tu dors, c’est une pénétration.

La femme : C’est vrai.

L’homme : Ce serait donc un viol.

La femme : Hum…

L’homme : Tu es déjà moins consentante, là.

La femme : Pourquoi on parle de ça ? Où c’est que tu as vu ça encore ?

L’homme : Un type se vante sur les réseaux sociaux de violer sa femme tous les matins quand elle dort.

La femme : Elle est d’accord ?

L’homme : On ne sait pas. Il parle pas de ça. Mais il a l’air de dire que parfois, c’est elle qui lui fait des trucs pendant que lui dort.

La femme : Donc, elle est consentante.

L’homme : Ben, on en sait rien. On sait pas s’ils se sont mis d’accord avant. Parce que c’est bien ça l’idée, se mettre d’accord avant. Ou bien, est-ce que par principe, même si on est d’accord, ça reste un viol.

La femme : Mais non. Ça marche pas pour les couples. Le viol dans cette situation, c’est quand l’homme impose un acte sexuel à une inconnue et la prend par surprise alors qu’elle dort. Si on est en couple, ça compte pas.

L’homme : Donc il ne peut pas y avoir de viol dans un couple ?!

La femme : Ce n’est pas ce que je dis. Le contexte joue beaucoup.

L’homme : Quel contexte ? Si on s’est mis d’accord ou pas ?

La femme : Oui.

L’homme : Et si on n’en a pas parlé ? Mettons que cette nuit, je me réveille, et je te fais l’amour.

La femme : Là, ça compte pas. On vient d’en parler. Et je t’ai dit que j’étais d’accord.

L’homme : D’accord. Alors, disons, si hier, je t’avais réveillée pour te faire l’amour.

La femme : J’aurais adoré.

L’homme : Ce n’est pas ce que je te demande. Est-ce que ça aurait été un viol ?

La femme : Non. Parce que j’aurais aimé ça.

L’homme : Donc, si la personne à qui on fait l’amour sans lui demander aime ça, ce n’est plus un viol ?!

La femme : Hum, oui. C’est tordu. La notion de plaisir ne doit pas rentrer en compte…

L’homme : Donc, c’est un viol. Enfin, ça aurait été un viol.

La femme : Ben, oui, mais j’aurais été consentante… a posteriori.

L’homme : Ah. Et tu crois que ça a une valeur légale, ça ?

La femme : Roh, mais on n’en est pas à passer en jugement !

L’homme : D’accord, mais c’est important de définir les choses. Il ne faudrait surtout pas banaliser la question de viol ou ignorer celle du consentement.

La femme : C’est vrai. Mais justement. Dire que tout peut être un viol tend à banaliser le viol. Le véritable viol.

L’homme : Parce que violer quelqu’un qu’on ne connaît pas au petit matin et avec qui on ne s’est pas mis d’accord avant, ou encore la question du consentement en couple, ce n’est pas une question de « véritable viol » ?

La femme : Je sais plus. Tu me laisses dormir ?

L’homme : Je peux te faire l’amour alors quand tu dors ?

La femme : Non, je suis fatiguée.

L’homme : Tu as dit que tu étais d’accord pour que je te fasse l’amour quand tu dormais.

La femme : Oui, mais là, je suis fatiguée.

L’homme : Mais tu ne seras peut-être plus fatiguée quand tu dormiras…

La femme : Oui, mais j’ai pas envie.

L’homme : Mais si je te caresse, tu auras envie.

La femme : Oui, mais j’ai pas envie. N’insiste pas.

L’homme : Tu étais d’accord tout à l’heure, et maintenant tu ne l’es plus. C’est particulièrement féminin ça.

La femme : Et ça, c’est misogyne. Laisse-moi dormir.

L’homme : D’accord, bonne nuit.

La femme : … Mais si tu me fais l’amour quand même et que je n’ai pas envie, ce ne sera pas pour autant un viol.

L’homme : Quoi ? Mais on a justement dit que c’en était un !

La femme : Oui, mais là, ce n’en sera pas un. Tu pourras, un jour, quand j’en aurais envie.

L’homme : Comment je peux savoir quand tu en auras envie… si tu dors ?!

La femme : Ah, je sais pas. Laisse-moi dormir, il faut que je réfléchisse.

L’homme : Tu réfléchis pendant que tu dors, toi.

La femme : Parce que je suis une fille ! Les filles, c’est plus intelligent que les hommes. On arrive très bien à réfléchir pendant notre sommeil.

L’homme : Ah. Je te laisserai y réfléchir alors.

La femme : Tu sauras si un jour j’en envie qu’on fasse l’amour pendant notre sommeil. Ce sont des choses qu’il faut sentir ça.

L’homme : Donc maintenant, on peut faire l’amour alors que les deux dorment. C’est un nouveau concept.

La femme : Ce n’est pas ce que je voulais dire, mais faudrait essayer.

L’homme : Je te laisserai y réfléchir pendant que tu dors, et je te laisserai prendre les choses en main alors. Parce que moi, quand je dors, je dors.

La femme : Ah ! Et tu ne sais pas jusqu’à quel point tu as le sommeil lourd !

L’homme : Qu’est-ce que tu veux dire ?

La femme : Je t’ai déjà fait des choses pendant que tu dormais, et tu ne t’es jamais réveillé.

L’homme : Ah bon ?! Sans me demander ?! Mais c’est un viol !

La femme : Peut-être, mais tu semblais aimer ça.

L’homme : Si j’avais aimé tant que ça, je m’en souviendrais et j’aurais commencé par me réveiller… Et ça resterait un viol.

La femme : Ah, c’est comme ça ?! Donc si toi, tu veux me faire l’amour pendant que je dors, ce n’est pas un viol, mais si c’est moi qui te fais des choses quand tu dors, c’est un viol ?!

L’homme : Tu m’as dit que tu étais d’accord. Moi, pas question que tu me fasses des choses dans mon sommeil. Surtout si j’en ai aucun souvenir.

La femme : Dans ce cas, pas question à ce que tu me fasses l’amour dans mon sommeil non plus ! Je ne suis pas une poupée gonflable !

L’homme : Même si tu as « envie » ?!

La femme : J’ai pas envie ! J’ai plus envie du tout !

L’homme : Eh bien, dors alors.

La femme : Je n’ai plus envie de dormir du tout !

L’homme : Est-ce que, puisqu’on est réveillés, tu es d’accord pour qu’on fasse l’amour ?

La femme : Oui, faisons-le tant qu’on est éveillés ! Après il sera trop tard !

L’homme : Arrête de crier !

La femme : C’est tellement romantique de donner l’impression aux voisins qu’on se dispute ! Ça m’excite ! Fais-moi hurler !

L’homme : Oh, oui !

La femme : Oui !

L’homme : Ah ! Ça c’est du consentement, ma chérie !

La femme : Oui ! Oui !

L’homme : Oui !

La femme : Encore ! Encore, ne banalisons jamais l’amour…

L’homme : Ou même le viol !

La femme : Oui ! J’allais le dire !

L’homme : Ah !…

La femme : C’est tellement bon en vrai ! Faire ça en dormant, ça doit être une mauvaise idée ! C’est excitant quand on y pense, mais à le faire, ça doit être beaucoup moins drôle ! Surtout pour celui qui dort !

L’homme : Ou celle !

La femme : Oh, mon Pedro, qu’est-ce que tu peux être inclusif, ça m’excite !… Encore !

L’homme : J’y suis, j’y suis ! Oh, la la, celles et ceux qui pensent avoir découvert l’eau chaude en proposant de faire l’amour quand leur aimé(e) est endormi(e)… ne savent pas…

La femme : Oh, c’est trop bon ! Quelle idée de vouloir faire l’amour quand on dort ! C’est une négation totale de l’autre ! C’est tellement mieux, conscients, à deux ! Les yeux dans les yeux !

L’homme : Oh, ma Conchita, tu ne fais pas que réfléchir dans ton sommeil, tu réfléchis admirablement bien quand tu fais l’amour !

La femme : Oh, mon Pedro !… Quoi ?! Déjà ?!!

L’homme : J’étais trop excité !

La femme : Mais non, on continue.

L’homme : Je peux plus.

La femme : Si, on continue !

L’homme : Je peux plus.

La femme : Si !

L’homme : Ce serait un viol.

La femme : Oh, arrête !

L’homme : C’est ce que j’ai fait, j’ai plus envie.

La femme : Moi, si.

L’homme : Hum.

La femme : Encore, sers-toi de ta langue pour changer, homme de peu d’appétit !

L’homme :

La femme : Il dort ! L’escroc ! Le lâche ! Monsieur fait sa petite chose et il s’endort !

L’homme :

La femme : Est-ce que si je lui fais des choses, c’est un viol ? Il a dit qu’il n’avait pas envie…

L’homme :

La femme : Égoïste !


(Ceci n’est pas un extrait des Belles Endormies de Kawabata.)


Théâtre et scénettes

Relations personnelles

Entre nous (poème galant galeux)

Entre nous

 

Quand le silence noie nos jours d’un brouillard dense

Que la nuit-même se fait l’écho de cette absence,

C’est qu’il est temps, peut-être, de changer de pied et

D’enjamber ces mystérieux obstacles dressés

Entre nous.

 

Tuons l’espace qui nous sépare :

Pour qu’enfin réponse se fasse, c’est la plume

Qu’il faut prendre. Grattons la nuit de ce dard

Vagabond, agitons ces étoiles de  brume

Et entre nous,

 

Jetons une mer de papier.

Bientôt ruissellera du haut de ce pied nu

De nouvelles perspectives longtemps tenues ;

Mille cupides dons se dresseront, charmés,

Entre nous ;

 

Et si ces mots s’adressent à « vous »,

Sache, ***, que cela ne tient qu’à toi

Que ces dernières rimes s’accordent dans la joie

Entre nous.

 

C’est toi qui as la main. Fais en sorte

Que point elle ne me gifle. — En feuille morte,

Remonte-la plutôt jusqu’à ta bouche

Afin que vers ton cœur, le mien y conclue,

 

Pas encore rassasié et à bout de souffle,

Un baiser.


 

Sonnaiku et autres bêtises mastodonales

Pour mémoire, parce que le compte est laissé à l’abandon, les deux trois babioles transmutées de ce côté depuis mastodon.


Aphorisme suppositoire :

Une perruque à faire pleurer les morts est une perruque difficile à porter.


Étude syntagmatique du jour : un « canular à trois pattes » est un canular boiteux.

On parle aussi parfois de « canular lacté », il s’agit là d’un signe astrologique chinois.

Nous étudierons un autre jour le syntagme « canular sauvage », quand nous aurons le temps de nous replonger dans nos livres d’ornithoryncologie.


Sur la lune demain je vais
Rencontrer un cache
Parent
Pour lui dire combien
Il me manque

Sur sa face constellée
Je porterai deux baisés
Révolutionnaires

Et quand au terme de ma farce
Je lui dirai adieu
Je poserai sur sa main
Un coussin
Pour lui faire
Pouet-Pouet

(Sonnaiku)


Sur les braises
Un vent d’oc
Souffle

La pestilentielle
En couronne ainsi
Font Front Fond

Là-bas les pouets
Maudissent les conteurs
D’histoires

Et tous regardent
Les Onze
À la télévision

La France sans le sou
Y mise sa culotte
Pour qu’on y voit la lune

Chanter de son orifice
Postal
Ailleurs, la flûte

Au cul
Et les cigalettes au bec
Le reste du pays

Croule sous le
Meme débat
Tandis que moi

Derrière mon tricot lover
Sur mes fraises d’oïl
J’ajoute un peu de mon

Indifférence


Hier j’ai vu
Lors de mon passage en Flandre
Deux extravagants tétons
Pincés sur un flanc de colline
Or, si la même main se tendait vers eux
Ce n’était rien à côté
De ce que je compris bientôt
En me rinçant les yeux :

Ces tétons
N’appartenaient pas
À la même femme !

Plein d’espoirs concupiscents
Je me faufilai vers cette forêt wallonne
Avec la ferme idée de me saisir
De l’un ou de l’autre

Arrivé au col
Il était trop tard
Les tétons s’étaient tus

Et une main me fouetta le visage


Brevet vert en main
Me voilà à cuisiner
Des rubans

Dans mes cheveux

Pintade chaude
Et bleue à l’horizon
Bientôt dans ton assiette

Tu mange rat


Moi le pipi gris
Je siffle dans vos verres
À vingt sous

Sous ma coupe
Je bois vos prières
À deux balles

Bal urine
À la commissure des lèvres
Tout dégouline

Line de vapeur moite
Changée en stance
Troubadour

Dourmir rêver
Mourir peut-être
Dit le pouet

Mais de nos pouets
Aux interstices de nos cliques et de nos claques
Tout se mélange

Dans les langes
De l’instance
Mère

Mastodonne d’airain
Aux reins
D’argile

Oui, passer le Rubicon
Et mourir
En chemin

Tout composté
Déjà
…⚘…


Ô moi, eau écarlate !
Quand je baigne dans tes veines
T’as de la veine

Quand je pisse
Hors de tes entrailles
Tu baignes en moi

Ô, gicle ! de tous côtés
De l’air, de l’air !
Libre ! Enfin !

Fini le train-train de la vie
Dans ce cycle infernal
Maintenant la lumière

Ô qu’est-ce là mes globules ?
Je coagule !
Rentrons au bercail

Avant que de l’occire
— Ô rage ! eau de l’espoir !
Nous coagulerons plus tard !

Rentrons, vous dis-je !
— Impossible ?!
Rah, quelle plaie !

Quelle plaie !


Perlimpinpin
C’est le nom de mon papa
Comme lui je suis de la poudre du Bengale

Tous deux faisons des miracles

Sur les réseaux de l’instance pape
Nous saupoudrons un peu de nos larmes
Sur vos tracas quotidiens

Perlimpinpin
C’est le nom de mon papa
Retiens ce nom si tu as mal

Tous deux pouvons te vider les poches

Notre cousin
Marchand de sable
Trime pour le pape

Mais au Bengale
La rémunération est cruciale
Et vos bobos sont notre oseille

De la poudre pour tes yeux
Perlimpinpin


My last fortune cookie:

« What’s wong with you?! »
-你這人怎麼回事-


Dans les spirales
De mes pensées fétides
J’ai vu voltiger

Une mouche

Celle-ci était zinzin
Et me susurrait
Aux synapses

Combien mes volutes arides
La rendait marteau

Tsé quoi mon colibri chéri
J’men vais patauger
Au-d’ssus d’ta tête
Jusqu’à c’que le zag t’emporte
Qu’elle me dit

J’sais plus quoi penser depuis
J’ai la tête dans un étau à bois
J’sens plus mon tournevis

Et la zigzaguante a pris la mouche
La poudre d’escampette

Elle broie du noir
Maintenant

Dans ma cervelle


Je m’en allais flairer le groin dans les roches crevées
Mon patron sur le dos j’étais son féal
Je grattais sous la terre, truffe ! et c’était un régal
Oh, la la que de laies avides ai-je pu renifler !

Mon unique carotte, je la tenais de mon maître
Porcinet rêveur j’égayais vos blondes de mon chant
Porcin. Mon auge était ronde
Et mon patron aussi. Revenu bredouille, le traître

Me fit hisser en haut d’une broche
Tira des ficelles sur mes sabots
Blessés. Un pied près de mon cœur
Vidé.


Hier j’ai vu mon parachute
Par en haut

À la renverse
Je tombe

Soudain
Le vide

(Un parachute ça se regarde par en dessous comme les jupes des filles ou ça se regarde pas.)


Ce matin
Dans mon train
J’ai vu
Dudu

Faire le mariolle

Vers 14heures
Pour son malheur
Dudu
A vu

Un Laguiole

Lui frôler le pif
Paf !

Maintenant
Dudu
Saigne

Il en a une fiole
Pleine

Mais Dudu
Va mieux

Il batifole

Déjà
Dans les couloirs
Du RER

Demain
Dudu
Prendra
Son train

Tout affriolé

Un cornet
Au bout du cou

Façon à
Tutu
Tête

Traînant
Derrière lui
Son maître

Dudu
Mon toutou
Quotidien

Mon agent
De voiries


Ma Cinémathèque, mon vaisseau

(Ode)

C’est quand je te vois malmenée par les flots renégats, moi qui n’étais autrefois qu’un bateau ivre échappant tout juste des flammes d’Orion, que souffle en moi tout à coup la plus élémentaire des évidences, et que j’aspire enfin à te l’avouer : ma Cinémathèque, mon vaisseau, ma femme, ma mère, ma fille, tu peux claquer là-haut dans tes voiles comme d’autres claquent des dents face aux remous du monde, tu peux craquer, en bas, sur le pont, quand tes flancs endurent la féroce pression des mères du Sud, t’embraser sous les foudres des dieux injustes, râper ta coque molletonnée sur les récifs les plus aiguisés… c’est quand tu vogues ainsi, toute ébrouée, pantelante mais toujours inébranlable, que je t’aime.

Ô ma française sens dessus dessous, mon vaisseau pour qui mon cœur chavire, c’est en ces temps tourmentés qu’il appartient à ceux qui t’aiment de dire combien tu nous es précieuse. Précieuse de nous dévoiler chaque jour tes joyaux ; précieuse de ne jamais succomber aux sirènes de l’indignation ; précieuse d’être infaillible dans ton devoir de mémoire et d’exhumation. C’est vrai, oui, que pour cent rétrospectives filant leurs hommages dans le mainstream du temps, là-haut, en soufflant sur tes voiles Langlois, quelques maigres introspectives projetées en fond de cale, pour nous, simples rats epsteiniens ; et pour nos amis sans visages aux yeux bouffis par la peur, les pires navets possibles projetés pareillement à l’abri du gros temps, en salle des machines. Mais n’y a-t-il pas que des amours contrariées ? Aimer, c’est apprendre à accepter celui que l’on aime avec ses défauts, se rapprocher de lui quand nos deux cœurs tanguent, insoumis, sous les mêmes assauts ennemis. Passerais-tu ton temps à déprogrammer nos rendez-vous, préférerais-tu passer tes soirées du vendredi devant un bis, me crier aux oreilles de tes haut-parleurs détraqués, me geler les coucouillards quand tu laisses ton traducteur dyslexique s’occuper de la clim’, que tous ces petits ratés alimenteraient encore l’amour que je te porte. Tes imperfections, c’est pour moi l’assurance vérifiée, la certitude pas encore cocufiée, que je t’aime chaque jour davantage.

Alors, prends tes amarres, ma dulcinée, ma tek, et fais-nous à chaque séance quitter ton quai !

Ô ma française, depuis le pont, Bercy est loin ! À l’abordage, là sur tes toiles : le cinéma. Tout le cinéma ! Ici siègent mille spectateurs sur lesquels, depuis tes coursives invisibles, veillent la bande à Bonnaud. Ici, c’est : « Haut les yeux ! », et depuis nos sièges vermeils, c’est toute la Cinémathèque qui fait main basse sur Paris. Paris est une île : personne ne bouge ! Désormais, ici ce sera… l’île de Costa-Gavras !

Paris à nouveau voit rouge : la commune, c’est nous ! À l’assaut, mon vaisseau ! ma femme, ma mère, ma fille ! À l’abordage ! Prends-moi cette mer déchaînée, filme-moi jusqu’au Zénith, à l’infini, et… au-delà !

L’invisible armada projetée sur tes toiles abat les étoiles, redécoupe les constellations ! Les trous noirs louchent à ta vue, les nébuleuses se redressent craintives pour honorer ton passage, les naines brunes rougissent et les galaxies cabrent leur bras vers leur œil enflammé de peur que tu les éclipses !

Mais…, seul, capable de te faire fléchir, je le dis car je le connais bien, c’est mon fidèle écuyer : abonné comme moi, toujours le premier assis tout en bas dans tes bras, range-toi à ton tour près de lui, c’est mon Samson Pancho. Ne le brusque pas, ma mie, ma femme, ma mère, ma fille, car lui seul connaît ton secret. Je lui ai dit. « Et si les géants viennent un jour à charger ses abords, toi seul (je parle à Samson Pancho) pourra saborder le vaisseau ! »

Nul ne viendra retarder le grain moulu tout droit sorti plein de lumière de tes machines ! Samson Pancho veille sur toi !

Oui, ma dulcinée, ma tek, prends garde aux zinzins de l’espace ! Il ne faudrait pas que mon fidèle Samson découvre aux yeux de tous ce qu’il cache sous son célèbre pancho — sa botte magique !

Allez, ma belle, les quarante rugissantes sont loin et Bernard se prépare déjà à nous présenter Le Quarante et Unième sous-titré en ingouche. Bientôt le seul détroit tortueux qu’il ne te faudra plus traverser comme l’étroit goulot d’un sablier, ce ne sera plus qu’août, ce mois maudit des quatre mardis…

Puisse Vivendi (et les cent autres partenaires) mettre ainsi de l’essence dans tes voiles pour que nous puissions, nous, nous enflammer avec elles. Le septième ciel nous y attend.

Comment ?! J’oubliais de saluer ton personnel de bord ? Moi, ingénieux Hidalgo qui n’oublie pourtant jamais rien ?! — Loué soit donc ton personnel, de ta cadette appelée chaleureusement « chaton botté » (parce que bien que minuscule, on l’entend à deux milles taper du talon) à ta doyenne Tati Nova (qui change d’humeur comme la lune de quartier), en passant par Alice qui depuis qu’elle a grandi joue les Lapin blanc en haut des terriers pour nous y aiguiller (à moins que ce ne soit, sous son imper, Marina, toujours offerte à la bruine et réticente à prendre la barre). Oui, ma tek, loeh soient-ils tous ceux-là qui s’invectivent par leur nom de corde quand ton gréement se file en coulisses avant que de se défaire chaque nuit comme une toile de Pénélope : andr, stas, riva, faya, lejo, tror, ferr, khar, miel, barb, vinc, rodr, gerv, noel, gomb, cham, vink… Merci à eux, et merci aussi à ceux de la bande à Bonnaud qui nous servent chaque jour leurs plats parfois un peu de guingois ; et surtout, merci à tous ceux qui se frottent les mains contre toi pour que les nôtres restent au chaud dans nos poches : à tous ces anonymes, du pont aux machines, de la proue à la poupe, de la quille au nid-de-pie, qui font que toi, ma mie, ma dulcinée, ma tek, ma femme, ma barbe, ma couille, mon essentielle, ma vie… puisse me tirer vers le haut davantage. Tendu, toujours, rivé, à tes toiles. Grimpé haut…

Rideau

 

Alonso Quinoa

Fallait demander

Les capitales

Relations personnelles

Plaidoyer pour le partage des tâches dans la drague, ou quand la « charge mentale » du premier pas pèse sur l’homme.

À l’heure où il est question pour nos chères féministes de se plaindre de leurs bonhommes en théorisant la charge du travail domestique qui pèse statistiquement sur leurs épaules en nommant cette charge “mentale”, il serait temps aussi que les hommes fassent entendre leur voix pour se plaindre d’une autre inégalité.

‘- Inversion de la charge mentale. -‘

Qui drague, et qui a dragué l’autre, dans le couple ? Ma main à couper que dans la très grande majorité des cas, en France, c’est l’homme qui a fait le premier pas, qui a fait l’effort. Parce que culturellement, socialement, hommes et femmes veulent et pensent que ça doit se passer comme ça.

Le rôle du lourd dragueur, les lauriers pour le dragueur compulsif, le gendre idéal capable de sortir le grand jeu pour appâter sa dame avec la plus parfaite danse nuptiale, bref, celui qui se démène et qui est actif, qui prend les risques et les râteaux, qui doit faire preuve d’imagination, c’est globalement l’homme qui s’en charge. Pour la femme, le rôle de la draguée harcelée, de choisir, de se laisser séduire, tenter, changer d’avis, se sentir offensée quand l’homme ne lui plaît pas et flattée quand il lui plaît (le privilège quasi schizophrénique de se plaindre d’être constamment draguée tout en espérant l’être par un autre plus à son goût). Bref, l’homme est actif, la femme passive. La charge mentale repose sur l’homme. C’est lui qui commande, c’est lui qui assume, c’est lui qui propose.

Et c’est vrai qu’une fois les couples unis, il y a comme une inversion de la charge, que l’homme se repose, s’infantilise presque, et qu’il aurait envie de dire à sa douce : tu proposes de me donner quelque chose à faire, je disposerai.

Justement. L’égalité, ça vaut pour tout. Je doute que c’est en se plaignant d’une situation pour laquelle les deux sont responsables, et qui trouve ses origines non pas seulement dans la seule mauvaise volonté des hommes, mais bien de la manière dont les deux voient les rapports à l’autre dès… la rencontre, qu’on œuvre pour l’égalité, le partage des tâches ou autre chose, dans son couple. La rencontre, la drague, c’est elle qui doit donner l’impulsion. Si on accepte l’idée que c’est à la femme de se mettre en position d’attente et que c’est à l’homme de venir la séduire, on donne une mauvaise impulsion à son couple.

Alors voilà, les hommes (français) prendront peut-être l’initiative de laver les petites culottes de leur tendre ou d’acheter des yaourts pour les mioches, quand ils auront été élevés avant ça dans une logique où la charge mentale du premier pas dans la rencontre amoureuse ne pèsera plus uniquement sur leurs frêles mais viriles épaules.

S’il y a, on peut bien le croire, une incapacité des hommes à prendre l’initiative dans certaines tâches domestiques, c’est bien avant que l’inégalité s’opère, et elle n’est pas toujours forcément dans le même sens. Avant de prêcher pour leur paroisse et d’œuvrer pour l’égalité et l’harmonie des couples, il faudrait peut-être se demander si l’origine (ou une des) d’un tel déséquilibre n’est pas ailleurs. Pourquoi faudrait-il que ce soit forcément les hommes (ces goujats, ces machos qui s’ignorent) qui aient toujours mieux à faire, ou à faire autrement, pour trouver l’harmonie ? Les femmes auraient-elles toujours le comportement idéal… ?

À d’autres.

Il y a aussi la charge de la faute qui en permanence repose sur les épaules de l’homme. Comme pour bien autre chose, montrer du doigt les fautes (supposées) de l’autre, permet de détourner des siennes. Pointer du doigt les inégalités (réelles) en sa défaveur en se refusant de voir celles agissant en sa faveur (même minimes) relève de la malhonnêteté et de la manipulation. La charge mentale est un principe qui relève de cette idiotie. Si le constat est bon, il en est pourtant malhonnête car il culpabilise l’autre, et théorise donc légitime, la plainte. Le but recherché n’est plus l’égalité, le partage et l’harmonie dans le couple, mais le confort intellectuel de se croire victime du comportement inapproprié de son compagnon.

Alors mesdames, avant de réclamer à votre bonhomme qu’il prenne lui-même l’initiative d’une machine, commencez par vous demander si vous avez déjà dragué des hommes, fait le premier pas, invité à sortir. Là aussi « faut demander » ? En France, et globalement dans les pays latins, les femmes ne draguent pas. Ne draguent-elles pas parce qu’on leur interdit ou trouvent-elles que c’est vulgaire, déplacé ou… que ce n’est tout simplement pas à elles de faire le premier pas, et que c’est à ces hommes de le faire ? La charge mentale de la drague est-elle partagée ou repose-t-elle, culturellement, habituellement, sur les seules épaules de l’homme, ce dragueur, de ce lourd, casse-couilles qui vient aux femmes, maladroit, en recherche d’un peu d’amour (ou d’autre chose), mais qui “demande”, lui, quand les autres, elles « se laissent faire » ?

Faut demander, mesdemoiselles. Cela donnera peut-être une nouvelle impulsion à nos vies, aux relations hommes-femmes, pour une harmonie de couple que tous désirent.

Infantiliser les hommes en pointant systématiquement leur rôle dans le couple et lui imputant seul la charge mentale du manque d’harmonie, tout en acceptant les bons côtés que la charge mentale du travail domestique implique (quand on est le chef, on décide de la manière dont les choses doivent être faites, or si tant est que certains hommes se prêteraient aux efforts qu’on leur réclame, certaines argueraient toujours que ce travail est mal fait, reprenant, imposant même, alors la charge mentale à leur compte vu que l’autre, cet homme-enfant, serait incapable de l’assumer), n’aidera en rien les hommes et par conséquent les rapports qu’hommes et femmes entretiennent dans le couple. Si la charge mentale doit être certes partagées, elle ne peut passer que par une entente, un compromis, et un dialogue permanent. Reprocher à l’autre de s’y prendre mal, ou pas assez, théoriser ce qui relève de l’histoire commune et intime des couples, c’est toujours le moyen de se poser en chef du couple, comme la seule à être en mesure de déterminer ce qu’il faut ou manque dans le couple. Quand on se complaît à infantiliser son homme, à juger, à se plaindre, à se laisser influencer par la dernière théorie à la mode pour expliquer son mal-être, plutôt qu’à avoir un discours constructif et proactif pour faire en sorte que chacun aille vers l’autre, et qu’au final, ces tâches domestiques soient mieux partagées, on ne va pas dans le bon sens. On n’encourage pas un homme à changer de comportement si on lui dicte la marche à suivre et en le désignant comme responsable des inégalités dont on se sent victime.

Ça commence dès l’enfance… je veux dire, dès la rencontre nuptiale. Si on accepte que pour la drague, c’est à l’homme de “gérer”, on accepte d’entamer une relation où l’idée que les tâches (pas seulement domestiques) incombent à telle ou telle composante du couple. Et on peinera par la suite à légitimer à son homme l’idée qu’il doive prendre un peu plus l’initiative puisqu’on s’est laissée depuis le départ influencer par des usages qui nous dépassent et qu’on reproduit sans avoir vu alors la nécessité de lutter contre.

Inversion de la charge mentale. CQFD. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, vous savez ce qui vous reste à faire pour construire de nouveaux usages relationnels entre homme et femme au sein de votre couple. Ça commence là. Au premier regard, à la première rencontre. Le premier pas, c’est celui qui donne l’élan et laisse entrevoir l’harmonie. (Violons.)

Sifflez les hommes, mesdemoiselles, qui vous plaisent dans la rue, accostez ces mignons garçons qui s’effaroucheront alors de votre insistance. Draguez ! La charge mentale est pour tout le monde. Égalité pour tous. Et on en reparle dans cinquante ans pour faire les comptes.