Culture de la rébellion et de l’insubordination dans une société non sexuée et égalitaire

Cinéma en pâté d’articles 

Sujets, avis et débats

Les capitales

Violences de la société

Pour répondre aux commentaires à la suite d’une réponse que j’avais écrite suite à ce tweet,

et qui disait : « Les femmes devraient surtout en tirer la leçon que ces hommes honnêtes dont vous parlez ne sont pas forcément ceux que l’on croit, et que la première chose à faire, c’est un coup de pied où ça fait mal et un dépôt de plainte. Dénoncer dans des médias poubelles : zéro efficacité. »

… voici donc quelques réponses en vrac pour préciser ma pensée : bien sûr qu’une agression, c’est traumatisant, mais ce que je dis c’est que tout autre alternative que la voie légale engendre plus de dommages encore. Les personnes faisant le choix d’une dénonciation publique sur le tard plutôt qu’une plainte directe se déclarent des années après se révèlent-elles satisfaites de la voie choisie ? Je crois assez peu au pouvoir de réparation de la justice, mais je suis quasi certain que ce pouvoir est bien plus réel par cette voie que par celle de la dénonciation publique. Chacun parle en fonction de son expérience, sans doute, ou de la mode du moment ; la mienne se nourrit des films que je vois, car oui, il n’y a peut-être rien de mieux que les leçons que les films nous apprennent pour pouvoir se faire une idée sur ce genre de sujet. Et le cinéma a souvent exploré ce sujet de la justice. Je renvoie à ce fil où j’énumère un certain nombre d’exemples de films illustrant cette idée :

Je reproduis mon texte ici (ça renverra vers certains commentaires des films en question) :

C’est dommage qu’on apprenne si peu des films qu’on regarde. Le cinéma est plein de films traitant de la question de la culpabilité (avérée, suspectée), de la difficulté de juger les monstres, de la puissance de la rumeur et de ses ravages sur les innocents, de notre facilité à lyncher ou à s’ériger comme juges. Et c’est souvent le cinéma de Hollywood qui a mis en scène ces problématiques humanistes et sociétales, donc on a assez peu d’excuses, ces films ne sont pas rares ou inaccessibles. Ces films ont été produits dans des sociétés probablement beaucoup plus polarisées que les nôtres, plus violentes, pourtant aujourd’hui où sont les films traitant de ces sujets, qui sont les individus qui n’ont pas peur d’aller contre le courant avilissant de la bien-pensance ? Étrange paradoxe ou lâcheté intellectuelle.

Le plus souvent, ce cinéma a mis en scène des innocents accusés à tort (L’Etrange Incident, Call 777, Fury, Je suis un criminel), parfois il s’est génialement situé dans un entre-deux à la fois pour nous démontrer que les choses sont rarement telles qu’elles apparaissent ou aussi manichéennes qu’on le voudrait par facilité de lecture du monde : dans La Rumeur, des accusations futiles prennent des proportions gigantesques, et si les accusations se révèlent presque exactes, ou partiellement exactes, les conséquences sont terribles, pour tout le monde. Dans Le Faux Etudiant, un garçon est coupable de s’immiscer frauduleusement dans une université, et parce qu’une fois démasqué, il devient suspect aux yeux de tous, il finit par être accusé de bien autre chose dans un contexte de révoltes étudiantes, et la société qu’il admirait finit par s’accommoder lâchement des agressions dont il est victime.

Une séparation est une expérience où chaque séquence contredit la précédente et vient faire vaciller nos certitudes et notre capacité à juger : on est témoins de tout, croit-on, mais on ne peut plus déceler qui ment. Le film nous démontre qu’on peut mentir tout en étant innocent. Le même procédé est utilisé dans Mystic River : placé en position qu’il croit être d’omniscience, donc de juge tout puissant, le spectateur croit savoir qui est coupable. Avant de constater un peu penaud que tout n’est qu’illusion, manipulation et faux-semblants… Dans Le Bûcher des vanités, un type méprisable est accusé à tort d’être responsable de la mort d’un jeune Noir, la presse lui tombe goulûment dessus, et finit par mentir pour se sortir d’affaire. Qui est coupable ? Qui est victime ? Tout le monde.

Pour autant le cinéma ne s’est pas privé d’y montrer des monstres (et d’y insister ainsi souvent que les premiers monstres, ce sont ceux qui jugent et mettent eux-mêmes en scène leur indignation ou leurs accusations pour ne jamais être suspectés d’être du mauvais côté du manche), parce que le cinéma a bien montré que ce qui devrait nous distinguer des monstres (ou des coupables avant tout parce qu’il nous montre aussi bien que les monstres n’existent qu’au cinéma), c’est notre humanité. Et l’humanité a créé un truc dans son principe qui est assez cool : la justice, qui en principe doit être équitable. Tous les exemples démontrent qu’elle l’est rarement, qu’il est même impossible qu’elle le soit réellement, mais d’autres films, et je n’en citerai qu’un, démontre que la solution la moins pire, c’est encore de lui faire confiance et de la suivre. Dans Le Fils du pendu, un homme se rend vite coupable d’un meurtre : aucun doute possible, on en est témoin. Tout le film consiste ensuite à mettre à l’épreuve notre capacité à entrer en empathie avec un meurtrier et son parcours qui le mènera à se rendre.

Je renvoie ensuite vers deux paragraphes de mon commentaire du Fils du pendu à partir de « Seuls le cinéma et la littérature » traitant en détails de ce sujet et auquel je ne changerai pas une ligne aujourd’hui.

Si les victimes ont toute légitimité pour dénoncer leur agresseur, et si tout doit être facilité pour ne rien entraver leurs plaintes, cela ne peut se faire qu’en suivant des processus mis en place par la société pour confondre et punir leur agresseur. Tous les films cités plus haut font la démonstration qu’à chaque fois qu’on passe par une autre voie, on ne fait que compliquer les choses. On pourrait même affirmer que sans ces écarts, il n’y a pas de cinéma possible. Comme disait Hitchcock, si le héros allait à la police, il n’y aurait pas de film. Alors si, pour certain, le cinéma, c’est la vie. La vie, ce n’est pas le cinéma. En tout cas, ça ne devrait pas l’être. Les monstres, on les laisse sur l’écran. Et on laisse la justice se faire.

Fin de l’aparté.


Connaître ces films, et l’expérience qu’ils apportent, ferait peut-être changer l’idée qu’ont certains sur les vertus présumées de la voie médiatique prônée, et rappellerait encore à ceux-là les principes qui ont forgé nos sociétés.

Par ailleurs, je ne reproche rien aux victimes, du moins directement : je ne m’adresse pas à elles, car il serait en effet indécent de prétendre leur dire ce qu’il faut faire, ou en tout cas, ce qu’elles auraient dû faire. En revanche, s’il y a une culture du viol (et on ne serait pas tout à fait d’accord pour définir ce que c’est, certains semblant faire une distinction nette entre séduction et viol, alors que pour moi, cette culture ne peut être comprise que dans un cadre plus général de culture ou d’usage et d’acceptation des rapports de subordination et d’autorité : tant qu’on accepte que dans une société, il y ait un devoir de respect automatique, presque d’allégeance, à un supérieur, à un patron, à une autorité quelconque, sans que le dépositaire de cette autorité n’ait jamais à la gagner auprès des autres, on crée un environnement propice aux agressions), il faut alors accepter de créer ensemble une culture de la riposte. (Ainsi qu’une culture de la plainte, d’abord directe, ostensible et là oui, si possible, publique, mais immédiate : une main aux fesses ? Plaintes verbales immédiates et affichage publique du tripoteur. Et la riposte, ça passe par une gifle immédiate ou un coup de pied aux couilles. Bien sûr, cela n’est possible que quand il y a des témoins. C’est bien pourquoi il faut éviter, quand il y a le plus souvent un rapport de subordination, qu’une femme se retrouve seule avec un supérieur. Point. Dans le cadre d’un travail, c’est inopportun et c’est potentiellement stressant pour une femme. Le simple fait d’insister pour être seul avec une subordonnée devrait mettre la puce à l’oreille à la hiérarchie. Et dans le droit du travail, il devrait être possible de faire valoir une sorte de droit de retrait si on est une femme et qu’on refuse de se retrouver seule avec un homme potentiellement « séducteur ».)

Pourquoi une culture de la riposte (immédiate) ? Parce que dénoncer individuellement des agresseurs longtemps après les faits quand ils ne sont souvent plus en mesure de les commettre (c’est le cas de beaucoup de dénonciations publiques), non seulement on ne change pas leur comportement, mais on ne change pas non plus celui de ceux qui continuent à profiter de leur autorité ou du pouvoir de subordination qu’ils possèdent sur d’autres pour agresser des femmes quand ils sont seuls avec elles. Par définition, si un homme de pouvoir profite de son pouvoir au moment où il sait qu’il ne risque pas grand-chose, il continuera de chercher à jouer de son autorité et de sa situation pour gagner les faveurs des femmes consentantes ou de futures victimes. C’est moins une question de culture du viol qu’une question de culture de subordination. Le viol ou l’agression sexuelle, ce sont des conséquences ; ces hommes cherchent à s’attirer les faveurs des femmes, point ; et ils se servent de leur statut pour arriver à ces fins ; ils ne veulent pas agresser, mais ils seront parfois prêt à l’être s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils désirent. S’il est important de traiter la conséquence (l’agression et le viol), il est tout autant important de traiter le mal à sa racine : et sa racine, ce n’est pas une culture supposée du viol (aucun homme ne cherche à agresser des femmes a priori), mais bien une culture de la subordination (parce que beaucoup d’hommes chercheront à profiter de cette situation pour acquérir des faveurs sexuelles ; s’il y a agression, c’est certes grave, mais le fait d’accepter des faveurs sexuelles parce que la personne qui les réclame est un supérieur ou joue de son statut, de son autorité, c’en est pas moins un problème ; ce n’est pas tout ou rien : un rapport de subordination est toujours l’origine de dérives que les hommes s’empresseront d’interpréter comme de la séduction, alors qu’il faudrait instaurer l’idée qu’il ne peut y avoir de rapport sain entre deux individus à partir du moment où il y a un rapport de subordination).

Avant qu’il y ait des rapports toxiques entre hommes et femmes, il y a des rapports toxiques entre collègues, employeurs et employés. Quand on cherche l’équité, l’égalité, le respect de l’existence de l’autre pour lui-même et non pour sa seule fonction souvent subalterne, on n’accepte pas qu’un homme de pouvoir joue de sa situation par rapport à d’autres pour leur imposer quoi que ce soit qui puisse être de nature à affecter leur dignité. Un homme qui a appris qu’il n’a pas tous les droits envers des collègues, des employés, aura probablement moins de chance de se penser à l’abri quand il confond séduction, ses désirs avec la réalité, et qu’il fait valoir ses petites pulsions d’homme frustré ou de séducteur compulsif au détriment de la dignité et de l’intégrité d’une femme.

Pour répondre ensuite à « on ne peut pas savoir à l’avance qui se révélera être un violeur ». Ce commentaire répond directement à ma phrase quand j’évoque l’hypocrisie des « hommes honnêtes » et supposés comme tel. Je confirme ce que je disais : un violeur, un agresseur, un goujat, c’est souvent un homme qui présente bien, qui sait adopter tous les codes sociaux le mettant en valeur, justement parce que ça fait partie de l’attirail de séduction qu’il met en place pour s’attirer les faveurs des autres, et en particulier des femmes quand elles lui plaisent ou quand il estime qu’elles doivent lui rendre de petits services… Les femmes aiment à penser que les séducteurs sont de charmants garçons qui très honnêtement s’intéressent à elles quand en fait ils savent subtilement leur laisser penser qu’elles sont uniques et formidables, et cela dans le seul but d’attirer leurs faveurs. Pour être clair, un séducteur, un charmeur, est un escroc, il en adopte exactement les mêmes tours. Bien souvent aussi, un homme qui se présente un peu trop comme défenseur des femmes, et donc un féministe, toujours du côté « des femmes » ou « des victimes », sans discernement ou subtilité, est un tartuffe. Donc oui, un séducteur qui ne connaît pas les limites, un potentiel agresseur et violeur, à tout du gendre idéal, de l’homme honnête, parce qu’il a tout intérêt à s’en donner l’apparence. Exactement comme un escroc n’a aucun intérêt à passer pour un être désagréable. C’est ce qu’on entend toujours de la bouche des victimes, que ce soit d’un escroc ou d’un agresseur ou même d’un simple queutard (un homme qui cherche à multiplier les conquêtes en gagnant leur consentement avant de les laisser tomber) : « Il était si gentil ! ». Avant d’être agressif et insistant, un homme prétendra toujours n’être qu’un séducteur.

Et pour être franc, je pense même qu’une posture de séduction est presque toujours une posture de subordination et donc un premier pas vers une potentielle séduction. Mais il est certes difficile pour une femme de déceler chez un homme ce qui relève d’un intérêt réel qu’une manipulation visant à ne gagner d’elle que des faveurs sexuelles…

Est-ce que dénoncer publiquement dans les médias aide à ce que d’autres victimes se manifestent ? Probablement, oui. En espérant que cela débouche parallèlement sur des plaintes. Et là j’ai un doute. On me signale que porter à la connaissance des médias ce genre d’affaires permet de faire sortir de nouveaux cas, d’accord, mais dans ce cas, on ne traite à chaque fois qu’une infime partie des agressions qui ont lieu : ces cas sont des faits divers concernant des personnalités publiques, s’il fallait à chaque fois choisir la voie des médias pour que d’autres victimes se manifestent, et cela à chaque fois ne concernant qu’un seul agresseur, on ne s’en sortirait pas, tout simplement parce qu’on ne s’attaque qu’à une infime partie du problème. La vaste majorité des agressions ne sont pas l’œuvre de personnalités publiques : si le seul recours des victimes est médiatique, qu’offre-t-on à toutes ces victimes n’impliquant pas des personnalités pliques et par conséquent n’intéressant pas les médias ? Le but, c’est de couper des têtes connues ou c’est de changer les mentalités, repérer les situations ou les personnes qui posent problème afin de s’attaquer aux racines du mal, et au final, diminuer les agressions et les viols ? Chacun ses priorités. Personnellement, je ne m’intéresse pas aux faits divers. Même symbolique. On n’agit par ou contre une minorité, même une minorité de privilégiés. On agit à la base des problèmes afin de les régler, au lieu d’agir après, symboliquement, contre une infime partie des agresseurs.

Est-ce que cela participe par ailleurs à changer ce que certains qualifient de culture du viol, autrement dit est-ce que ça participe à modifier ses rapports de subordination à l’origine de ce type d’agressions ? Je ne crois pas. Choisir la voie médiatique, c’est quasiment faire le constat que la voie judiciaire est impossible et sous-entendre ainsi que les hommes, que les puissants, sont protégés par l’institution : cela ne fait, à mon sens, que consolider des archétypes de genre présentant les hommes comme puissants et les femmes comme victimes. Changer une culture du viol par une culture de l’agresseur et de la victime, je n’y vois pas une grande différence. En revanche, face à la justice, plus aucun rapport de subordination, qu’il soit professionnel ou médiatique, ne tient : elle est censée juger équitablement. Ainsi, il ne faut pas chercher à changer les comportements en instaurant une culture de la dénonciation et de l’opprobre public, mais à améliorer tous les mécanismes de prise en charge des victimes, de recueils de plaintes, d’enquêtes, de principes de prescription, etc., et aussi s’appliquer à créer au travail et dans notre intimité de nouveaux rapports non plus basés sur la subordination ou l’autorité, mais sur une équité totale, si possible non-bilatérale, franche et transparente.


Je tiens également à répondre sur la différence avec 2018 quand Hulot avait été mis une première fois en cause. En 2018, une plainte avait été déposée, la plaignante, me semble-t-il, était restée anonyme. Le nom de cette plaignante est rendu public dans Envoyé spécial, est-ce que cela été fait avec son accord ? Probablement pas, diffuser des choses au détriment des personnes étant la grande spécialité de cette TV poubelle. Protège-t-on ainsi les victimes quand on révèle leur identité malgré elles ou le fait-on par simple souci du buzz ? Et par ailleurs, oui, ces politiques ne s’honorent pas à commenter les accusations, voire défendre, l’un des leurs quand une plainte est déposée… Mais bon, peut-on encore croire qu’un politique puisse être intègre…


Je répondais également à un autre intervenant sur un autre fil évoquant le fameux « tout le monde savait et n’a rien fait » :

Les beautés de la démagogie. Eh bien, vous auriez fait quoi vous ? “Savoir”, ce n’est pas être témoin d’une agression. C’est bien pourquoi les agresseurs attentent ou s’arrangent pour être seul avec une femme. Ils peuvent d’ailleurs ne savoir que la personne en question est un séducteur ou un queutard. Cet agresseur séduit dix filles, sur dix, vous en avez quelques-unes qui auront été consentantes, et parmi elles certaines n’auront aucun problème pour le faire savoir. Et sur ces dix, quand il y en a des agressées, on l’a vu dans ces témoignages, elles se taisent. Donc, ils savent quoi ? Ils savent que ce qui se sait : la personne est vue comme un séducteur ou un queutard, point. J’ai une assez basse opinion des séducteurs, mais séduire, ce n’est pas encore agresser. Et même si vous entendez parler d’agressions, OK, vous savez. Du moins, vous croyez savoir parce que vous en avez entendu parler. Et après ? Vous voulez prévenir qui en dehors de potentielles futures victimes ? « Bonjour, monsieur le juge, j’ai entendu dire que… » Y a une capacité à se présenter comme de parfaits chevaliers blancs sur ces réseaux qui est assez fascinante. Et je ne rappellerais jamais assez que les agresseurs ont tout intérêt à « bien présenter ». Chevaliers blancs et blancs chevaliers. Les agresseurs se cachent derrière les chevaliers blancs, les hypocrites bénis-oui-oui trompeusement toujours du côté des victimes. On n’est jamais trompé et agressé que par des hommes qui se donnent l’allure de gendre idéal. Vous auriez fait quoi ? Rien. À part prévenir les femmes, voire dire au concerné ce qu’on pense de lui, il n’y a rien à faire. Mais ce n’est souvent pas ce qui est suggéré quand certaines personnes s’indignent. Les mêmes personnes d’ailleurs qui sont sans doute toujours les mêmes à se cacher, à ne rien faire, quand vient à parler en face des problèmes. On les connaît ces gens toujours prompts à dire ce qu’il aurait fallu faire, mais qu’on a jamais vu lever le petit doigt pour dire quoi que ce soit, avant, au risque de se mettre en danger. Certains savent bien humer le sens du vent.

Nouvelles vagues metoo (inceste et gays), pour quelle efficacité ?

Les capitales

Violences de la société

Assez dubitatif face à cette nouvelle vague « metoo ». Et toujours pour les mêmes raisons.

Si les victimes trouvent, dans l’instant et sur les réseaux sociaux, une forme de réconfort qui leur avait manqué lors de leur(s) agression(s), et si pour certaines ça peut être l’occasion d’en parler à ses proches ou à un professionnel, voire, si c’est encore possible, de porter plainte, je vois aussi une ribambelle de risques potentiels liés à cette « libération de la parole ».

D’abord, certaines victimes pourraient se sentir un peu plus enfermées dans leur secret si, par exemple, elles avaient trouvé jusque-là la force d’en parler en privé et de ne pas rendre cela public : il y a dans ce « mouvement » une forme d’injonction quand on est victime à « se libérer » alors qu’on a pu tout autant se reconstruire sans avoir à passer par une telle libération. L’injonction à participer au mouvement et à dévoiler les abus dont on a été victime peut alors faire naître chez des victimes une nouvelle forme de (fausse) culpabilité. La culpabilité de ne pas vouloir ou ne pas être capable de participer au mouvement. C’est peut-être une situation rare, mais inciter des victimes à se dévoiler publiquement, ça peut être un type de pression social pas évident à gérer. Après, si cela a des vertus cathartiques pourquoi pas, mais si ça réveille des plaies et en crée de nouvelles, oui, ça me semble potentiellement dangereux.

Ensuite, comme avec toutes ces manifestations de soutien et d’échanges de témoignages, je lis souvent que ça sert à changer les mentalités, franchement, j’ai un gros doute là-dessus. Ça change peut-être l’approche des victimes, les incitant plus à porter plainte sur le moment, et même pour commencer, par se défendre avec plus de véhémence quand surgissent les premiers écarts ; et si c’est le cas, ce serait une bonne chose, surtout si elles (les victimes) sont mieux accueillies quand elles portent plaintes. Ce serait aussi penser qu’il y ait une porosité parfaite entre le monde virtuel et le monde réel. Ce dont je doute. Les comportements en ligne, et ça concerne aussi notre compréhension du monde, nos déclarations, c’est loin d’être le reflet de nos comportements dans la vie.

Mais ça ne change pas du tout le cœur du problème : les agresseurs. On a déjà vu des agresseurs se repentir ? Est-ce qu’on constate un réel changement dans le comportement de ces prédateurs problématiques depuis la première vague metoo ? J’en doute. Même quand ils sont pris sur le fait si on peut dire, ils ne reconnaissent jamais la gravité de leurs actes, justement parce que le pouvoir, leur autorité, sont basés sur cette reconnaissance et cet affichage de puissance. Reconnaître ses torts, c’est se rabaisser, et donc perdre tout ce sur quoi ils ont bâti leur être.

C’est qu’un exemple, mais on a vu DSK s’excuser publiquement de ce qu’il avait fait ? Vous profitez de la faiblesse d’une autre personne, eh bien vous entendez bien profiter de ce pouvoir même après l’avoir exercé sur l’autre. Dans une logique de dominant, il n’y a que les faibles qui s’excusent. Quelqu’un qui compte jouir de la faiblesse de l’autre n’entend pas se rabaisser à s’excuser ou même à reconnaître l’abus de pouvoir, l’agression, le viol. Prenez sur le fait un agresseur, dénoncez-le, ça n’a aucune conséquence sur sa logique de domination.

Il faut donc dénoncer leur(s) crime(s), oui. Mais pas sur les réseaux sociaux (encore moins dans un livre). On peut le faire si on espère y trouver temporairement une forme de réconfort. Mais si, comme je le vois souvent dire, on espère, par une suite de mouvements de dénonciation, changer les mentalités, j’ai peur que le résultat soit au final très décevant dans quelques années quand les victimes feront le compte de ce qui a été fait à la suite de ce mouvement et se demanderont si cela a été efficace. Efficace, pas seulement, sur un plan personnel, mais si socialement, politiquement, cela a permis de changer les choses, si les comportements ont évolué. Et là, j’aurais plutôt tendance à penser que seul le comportement de gens (des hommes) déjà convaincus et sensibles à la douleur des victimes changera, à l’égard des femmes, toutes les femmes. Sauf que s’ils étaient déjà convaincus, c’est qu’il est assez peu probable qu’ils aient jamais été ou cherché à être en position de profiter d’une situation de domination. Les agresseurs en question, et surtout les nouveaux agresseurs en puissance, eux ne se sentiront probablement pas concernés. C’est un peu ce qui arrive quand on se laisse gouverner par les émotions. La catharsis potentielle qui en résulte peut être bénéfique, mais la capacité des émotions à réduire les problèmes à la source est quasi nulle.

Enfin et surtout, à mon sens, ces manifestations cachent les actions réellement nécessaires qu’il faudrait mettre en place pour réduire les comportements problématiques, les agressions ou les crimes « sexués ». Si des victimes trouvent leur compte avec un tel mouvement, très bien, mais le but ultime, c’est de chercher à savoir comment réduire ces problèmes. L’émotion, la reconnaissance, si les victimes y ont bien sûr droit, ça ne résout pas la question essentielle, la seule qui devrait dominer quand on regarde ces drames sous un angle social et politique : comment changer les mœurs et réduire les agressions ? Le but, c’est pas qu’il y ait plus de victimes, c’est qu’il y en ait moins – après avoir vu l’intervention la semaine dernière de la présidente d’une association de victimes, ça semblait pas si évident.

Et là, c’est plus sur les réseaux sociaux qu’il faut agir. Il y a deux choses : le législatif et l’éducation.

Il y a encore un certain nombre de lois qui laissent assez pantois. En particulier sur la protection des mineurs.

Au niveau de l’école, au lieu de nous foutre des heures d’éducation civique de nouvelle génération parce qu’il y aurait paraît-il une crise identitaire dans le pays…, c’est bien une éducation sexuelle (voire sociale et comportementale) qui est absolument indispensable. Parce que ces problèmes concernent tout le monde. Il ne faut aucun tabou et confronter la parole des potentiels futurs agresseurs (ou aspirants mâles dominants) à celle des autres. C’est leur parole à eux qu’il faut éprouver le plus tôt possible pour que ce soit eux qui soient mis en face de leurs déviances futures potentielles, de leurs tentations à la manipulation et à la domination, pour qu’ils apprennent à les gérer avant qu’elles ne s’installent, et comprennent très tôt leurs conséquences néfastes et inacceptables sur et au sein du « groupe » (la petite société qu’est déjà la classe).

Le meilleur outil éducatif pour ça, c’est probablement le théâtre, à travers des jeux d’improvisation et de mise en situation : on joue des rôles, on agit, et puis on en discute. Le jeu, c’est une si-mulation qui permet d’explorer les situations potentiellement problématiques de la vie ; on se met à la place de l’autre, les rapports de force sont plus évidents ; et la parole après le « jeu » force une mise à distance et une réflexion indispensables. Il ne faut rien éluder, aucun sujet, parce que le premier allié des agresseurs, c’est l’ignorance. La leur, comme celle de leur victime.

Courtermisme et défaussement du politique sous épidémie de Covid-19

Les capitales

Politique(s) & médias

Je me permets de rebondir dans mon coin sur cet article de Christian Lehmann dans Libération, puisqu’il est moins question de sciences que de politique. Et malheureusement, je suis assez d’accord avec ce papier. Les « élites » gèrent l’épidémie comme ils gèrent le dérèglement climatique et l’ensemble des problèmes qu’ils sont censés chercher à résoudre à leur échelle : la prime va toujours au court terme, et persiste au sein de cette classe dirigeante une forme de pensée magique qu’une solution tombera toujours du ciel.

Le non-agir à la sauce française ; la peur qu’en arrangeant les choses on prenne le risque de tout aggraver.

Il y a ainsi, bien ancrée chez ces leaders, mais aussi dans l’ensemble du personnel sortant des grandes écoles de l’administration, une culture du défaussement. On laisse à d’autres le soin de trouver des solutions, prendre des décisions, tout en s’agitant pour faire croire le contraire (d’où l’importance non seulement de communiquer, mais aussi de se montrer sur le « terrain »). Si une situation s’améliore, on pourra se faire valoir d’une gestion parfaite (ce sera grâce à ce qu’on aura « fait » ; il y a une perception de l’action politique comme il y a un sentiment d’insécurité : le rapport de cause à effet est parfois tordu, et le but pour de tels professionnels de la communication, c’est de profiter des apparences), et si ça ne marche pas, ce sera parce que le contexte a changé ou que les gens n’ont pas compris la teneur de nos non-décisions.

Depuis trente ans que ces agitations gouvernent nos dirigeants, rien n’est à mettre à leur crédit. Ce qui n’est pas bien étonnant ; quand il y a des problèmes à résoudre, il ne faut pas s’étonner qu’à moyen et long terme, le problème persiste et finisse même par pourrir. Et quand arrive une crise exceptionnelle (d’autant plus problématique que tout est pensé dans un monde sans aléas exogènes et dans une logique des flux tendus), ils sont incapables de changer leur logique de défaussement, et sortir de leur obstination courtermiste.

Plus que trouver des solutions, comprendre une situation, prendre des décisions, ils espèrent encore que la crise se réglera d’elle-même et continuent de s’agiter pour donner le change. Leur idée fixe, dans un monde où le PIB est la seule valeur baromètre de la santé du pays, c’est la productivité et donc la reprise et le retour à la normale. Et ils espèrent que le port du masque devienne cette panacée tant espérée, tombée du ciel, capable de leur offrir ce retour à la normale ; ou que le nombre de tests (puisque c’est une solution « vue à la TV ») participe également à ce retour (qu’importe si les tests ne sont pas adressés aux bonnes personnes ou si les tests répondent à une logique de gestion de l’épidémie sur le moyen et long terme).

Et puis, ils voient les cas remonter, et comme en mars, pensée magique : ça va bien s’arrêter à un moment, quelqu’un va bien trouver une solution à temps…

Le plus cynique dans tout ça, c’est que même s’ils n’y comprennent pas grand-chose en crise sanitaire (on rappelle que c’est un politique — futur premier ministre — qui a été chargé du déconfinement, pas un épidémiologiste, parce que lui, il serait peut-être historien des épidémies, et il se rappelerait sans doute que déjà lors de la grippe espagnole, il y avait de nombreux exemples de déconfinements hâtifs suivis de nouvelles vagues d’infections), ils ont fini par comprendre que ne pas viser l’éradication d’un virus en contrôlant strictement les entrées sur le territoire et le traçage des positifs, ça voulait dire quelques dizaines de milliers de morts, mais ils ont compris que grâce à certaines mesures soufflées par des spécialistes, il y aurait sans doute un lissage des morts qui permettrait aux hôpitaux de gérer les malades. Ça, ils l’ont bien assimilé, et c’est ce qu’on est en train de vivre : l’épidémie repart depuis des mois, mais les contaminations et les hospitalisations ne montent pas en flèche d’un coup comme en mars. Sauf qu’en réalité, personne n’en sait rien ; personne ne sait jusqu’où ça peut aller ; la seule chose qu’on sait, c’est que sans éradication visée (« vivre avec le virus »), ça monte. Certes, moins fort que lors de la première vague, mais, irrémédiablement, ça monte. Ce qui implique quand même une montée des cas graves et surtout des morts, c’est pas abstrait.

Il y a donc quelques inconnus concernant les réalités épidémiques (de moins en moins), et il y a surtout une décision, là bien réelle, qui est de laisser mourir plusieurs dizaines de milliers de Français pour espérer que l’activité du pays n’en soit pas trop affectée. L’espoir toujours, celle exprimée par le Président il y a quelques mois dans un journal américain (en parlant de foi ou de destin, de mémoire). Et la même vision partagée avec tous les autres gouvernants de droite de la planète. L’idée que les crises sanitaires ne doivent pas infléchir les impératifs économiques. Pensée magique. Au lieu de se rendre compte que leurs croyances sont en train de voler en éclat à cause d’un événement pas si imprévisible que ça (dans une logique à long terme), on préfère se réfugier dans le déni et dans l’espoir qu’une solution arrivera par tomber du ciel. D’où la croyance que la science sera capable de proposer rapidement un vaccin efficace (on attend toujours un vaccin contre le rhume — provoqué par des coronavirus —, c’est dire si les espoirs aveugles placés en un vaccin peuvent paraître optimistes).

Et là, j’ai peur que ces derniers six mois, le Président ait été tenté en permanence d’écouter certaines personnes avec des influences contraires. D’un côté, le Ministre de la santé, l’ancien Premier ministre, qui, me semble-t-il, comprenaient les difficultés et les enjeux de cette crise sanitaire (et notamment, je le pense, la nécessité non pas de contrôler le virus avec l’optique de « vivre avec », mais de l’éradiquer parce que l’activité ne saurait reprendre durablement, la confiance revenir, y compris dans un secteur important en France qui est le tourisme et la culture, avec des mesures contraignantes et durables) ; et de l’autre, sa femme et nombre de personnalités de droite dont on sait aujourd’hui, avec les deux extrêmes, qu’elle est assez perméable à l’idée du « vivre avec le virus ». Avec le nouveau Premier ministre, il semblerait qu’on ait changé de braquet et décidé de naviguer sans freins… quoi qu’il en coûte.

Notes Sur l’épidémie de Covid-19

Fort de Brégançon, poste avancé contre les invasions de Covid

Les capitales

Politique(s) & médias

On était soi-disant en guerre contre le coronavirus. C’était en tout cas ce qu’avait prétendu Macron avant de déserter sur le fort de Brégançon. Si on prend au pied de la lettre ce qui avait été annoncé, voilà ce qu’aurait dû être fait depuis, disons, avril-mai, époque de ces déclarations solennelles au plus fort de l’épidémie en France (mais pas dans le monde), et voilà ce que ça aurait pu donner une gestion de la crise en mode « lutte totale contre le coronavirus » (et en fonction de diverses préconisations lues ici ou là en France ou à l’étranger) :

Phase 1 : dépistage, circonscription et éradication en France

_ Confinement des zones touchées par le virus. La circulation n’étant pas homogène, il est inutile de confiner des populations où le virus n’est pas présent. En revanche, interdiction pour les personnes de se déplacer en dehors d’une zone définie pouvant être la ville pour les zones denses. Il vaut mieux circonscrire que confiner à l’aveugle.

_Seuls les divers personnels de maintenance, ainsi que les métiers de la restauration (recyclés pour certains dans la livraison à domicile), des transports et de la santé sont autorisés à sortir de ces zones de circonscription. Dans la mesure du possible, les travailleurs sont accueillis dans des hôtels séparés de leur famille.

_ Fermeture des frontières internationales. Le seul vecteur de propagation du virus sur de grandes distances, c’est l’homme ; il faut donc réduire drastiquement les brassages de population. Mise à l’isolement pour quatorze jours pour les résidents de retour de l’étranger avec prise en charge obligatoire dans des hôtels dédiés.

_ Toute l’économie, toutes les capacités de production, sont orientées vers l’objectif de tester mieux, contenir en vue d’éradiquer le virus, et de subvenir aux besoins de premières nécessités de la population.

_ L’industrie est réquisitionnée, voire nationalisée, et tournée vers ces objectifs. Cela signifie que des secteurs d’activité entiers peuvent être réorientés pour satisfaire à l’objectif de lutte contre le virus. Au lieu d’aider une économie du « monde d’avant », on réoriente l’économie vers une demande urgente et principale : la lutte contre le virus.

_ Création de brigades « Quoiquillencout » chargées du dépistage de la population et du traçage. Pas de saupoudrage et d’effets d’annonce : on ne déclare pas la guerre en réduisant les effectifs parce que ça pèse lourd sur le budget de la dette. Si nécessaire, passage par la mobilisation.

_Mise en place d’une application obligatoire développée dans le but de recueillir quotidiennement la température des zones où la population est la plus touchée en fonction soit des données fiscales, soit de l’assurance maladie afin de toucher toute la population (l’Assurance maladie pourrait gérer cette application, même s’il manque un CDC ou un NHS à la française avec un pouvoir plus large en matière de prévention et de santé publique).

_Les résidents étrangers sont invités à télécharger l’application et de renseigner les mêmes informations sur leur santé générale. Possibilité de gérer des sorties hebdomadaires via l’application suivant des tranches horaires réservées en fonction du nombre de membres dans le foyer et de la densité de personnes à l’extérieur. (Taïwan a très bien fait ça en indiquant à la population les densités de population dans les lieux publics en temps réel.)

_Pour les personnes testées positives et/ou malades, l’application procède à un suivi redoublé et fourni des outils supplémentaires au malade : accès privilégié à un référent médical et un autre administratif, l’un pour le suivi médical, l’autre pour le traçage des cas contacts et l’aide administrative (si besoin, un troisième référent peut être ajouté : une assistante sociale ou psychologique).

_Traçage généralisé des concentrations de virus dans les eaux usées dans les zones denses où circule le virus. Mise en place de toute une brigade chargée d’effectuer ces prélèvements dans les métropoles. Pas de saupoudrage. Hors Covid, ces brigades seront toujours utiles en période épidémique pour repérer les foyers émergents.

_ Pour les zones confinées : distribution mutualisée de nourriture à partir des restaurants et des industriels du secteur de l’alimentation : la brigade de livreurs dépose d’abord dans chaque boîte aux lettres un planning de passage et un moyen de commande privilégié par le destinataire suivant quelques plate-formes spécialisées prédéfinies ou un restaurateur/magasin spécifique ; la brigade revient ensuite tous les jours relever dans les boîtes aux lettres ou devant la porte les commandes des habitants. Possibilité de former un panier fraîcheur composé à l’échelle communal à partir d’accords passés avec les producteurs et industriels locaux.

_ Pas d’attestation de sortie autre que celle pour le personnel autorisé à sortir (confinement strict, les seuls lieux autorisés sont les espaces publics ouverts) : les magasins d’alimentation générale sont appelés à continuer à travailler sans accueil du public et cela pour les produits de première nécessité : la livraison se fait par le biais des brigades de livreurs (objectif d’1 livreur pour 20 habitants).

_ Distribution de munitions : masques livrés par La Poste avec instructions d’usage. Au sein d’un même foyer, possibilité d’un maintien des gestes barrière si cas suspect ou en contact dans les jours qui précèdent avec un cas avéré. Les cas personnes malades, testées ou non positives, les cas asymptomatiques, sont séparés du reste du foyer avec mise à disposition de chambre d’hôtel.

_ Ces hôtels réquisitionnés doivent être au plus près d’un établissement hospitalier et les personnes isolées peuvent recevoir la visite de personnel médical (souvent hébergés dans les mêmes hôtels afin d’être séparés également de leur famille pour éviter de possibles contaminations).

Phase 2 : déconfinement ciblé et reprise des activités circonscrites à une même zone.

_ Seuls les départements ou villes ne disposant plus de nouveaux cas de contaminés et de nouvelles entrées à l’hôpital peuvent rouvrir (absence de transmission communautaire avérée), mais seulement dans les limites du département ou de la ville (ville pour les zones denses et fortement touchées ; département pour les zones rurales). La règle reste la limitation des déplacements interrégionaux pour limiter la propagation du virus. La circonscription du territoire reste la norme, ainsi que l’interdiction d’entrée du territoire depuis l’étranger.

_ Les voyages internationaux ainsi sont toujours restreints pour limiter les possibilités de nouveaux cas par importation. Les arrivées aux aéroports sont systématiquement suivies d’un dépistage et d’une quatorzaine avec obligation de télécharger l’application de suivi.

_ Les habitants souhaitant se rendre pour raisons personnelles dans une autre zone devront passer à leur arrivée une quatorzaine et notifier leur changement de résidence sur l’application dédiée.

_ Dans les zones déconfinées, possibilité de se rendre à son lieu de travail si télétravail impossible et si celui-ci est différent de son département/ville de résidence (autorisation de l’employeur). Mais les deux zones traversées doivent être toutes deux en phase de déconfinement ; les zones avec circulation du virus effective restent circonscrites.

_ L’industrie des zones ouvertes doit en priorité s’orienter vers la production de matériel, de biens ou de denrées tournés vers l’approvisionnement des zones fermées (« en guerre »).

_ Le fort de Brégançon devient un lieu de stockage des masques.

Phase 3 : coopération et éradication dans le monde du virus

_ Dès que dans une zone géographique non circonscrite la transmission communautaire du virus est avérée, interdiction des liaisons de passagers, quatorzaines systématiques pour les voyageurs de retour de ces zones. La même règle pour les destinations à l’étranger comme pour celle dans le territoire français : la logique sanitaire doit s’affranchir des traités. Un virus ne connaît pas de frontières.

_ Dès que l’épidémie est contenue partout dans l’hexagone, poursuite de la même politique d’éradication du virus avec les zones européennes puis internationales. Pas d’ouverture des frontières sans contrôle et sans restrictions sanitaires.

_ Aucun principe de réciprocité : l’ouverture ou la fermeture des frontières ne se décide pas en fonction de critères diplomatiques ou économiques, mais en fonction de la situation sanitaire.

_ Pour ce qui est des pays disposants de moyens de dépistage évolués, possibilité d’ouverture des frontières si le pays (ou une zone concernée si le pays circonscrit de la même manière des zones en fonction du niveau épidémique) répond aux mêmes critères établis pour les différentes zones au sein du territoire français (s’il n’y a plus de transmission communautaire avéré).

_ Pour les pays moins sûrs, tant sur le plan sanitaire que sur la mise à disposition des données sanitaires, les zones concernées doivent être considérées comme étant des zones épidémiques actives et soumises à des restrictions strictes d’entrées su le territoire (à minima, quatorzaine obligatoire).

_ Coopération possible avec les pays faisant appel à la force sanitaire mise en place pour lutter sur le territoire le temps où l’épidémie était très active et en coordination avec l’OMS. Une coopération qui devient même une nécessité si l’objectif est l’éradication du virus.

Et voilà ce qu’on a fait sous Macron chef de guerre, preuve que, cynisme absolu du politique, Macron se sert d’une crise épidémique non pas en chef d’État responsable occupé à gérer au mieux une crise, mais comme d’un tremplin personnel, un événement comme un autre, sur quoi reposera jusqu’à l’infini ce qu’il a toujours fait, de la communication :

Phase 1 : communication, communication et communication

_ Après avoir nié le risque sanitaire notamment en demandant à la population de continuer à sortir en soutien à l’économie, le chef d’État décrète un confinement généralisé sur tout le territoire, même dans les zones peu touchées : il faut frapper fort les esprits. Mais pas trop, donc on déclare une première période, et personne chez les spécialistes ne croit qu’elle sera suffisante.

_ Les masques sont inutiles parce qu’on n’en dispose pas assez. Soit, alors faisons en sorte, au moins, que ce soient les soignants qui disposent de ce matériel précieux.

_ Déclaration en grande pompe de la fabrication de milliers de respirateurs par l’industrie française (des respirateurs qui se révéleront inutilisables).

_ Des milliards d’euros seront prêtés à de grandes entreprises touchées par la crise, principalement dans le secteur de l’aéronautique et de l’automobile.

_ On appelle ces fainéants d’artistes à se réinventer.

_ Les soignants auront leurs primes… demain. Allez bosser en attendant.

_ La France des obscurantistes est fan du gourou de Marseille, alors le chef des armées rend visite à ce Raspoutine du XXIᵉ siècle pour peaufiner sa popularité et brouiller le message sanitaire (il n’y a pas de remède à la Covid, mais on va tout de même dire bonjour à son grand découvreur).

Phase 2 : l’épidémie est finie

_ Grâce au confinement, la présence du virus a presque disparu. Au lieu de viser une éradication complète, il est plus sage de rouvrir la baraque le plus vite possible pour que ça recommence comme avant (le fameux monde d’après), et donc laisser le virus circuler à nouveau (mais cette fois, promis, on se lavera les mains).

_ Ouverture au compte goutte de toutes les frontières terrestres et aériennes selon un principe de réciprocité. Pour les voyageurs venant de pays à risque, il leur est demandé de faire un test PCR dans leur pays d’origine, sinon, seule une « information sur les conditions dans lesquelles une quatorzaine doit être effectuée » leur sera délivrée à leur arrivée. Ils doivent par ailleurs présenter une déclaration sur l’honneur « qu’ils ne présentent pas de symptôme d’infection à la Covid-19 et qu’ils n’ont pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol » (le fameux auto-test).

_ Le masque devient obligatoire pour faire ses courses, mais pas au travail et pas au cinéma (quand on regarde un film, le virus regarde aussi le film et n’en profite pas pour se faire la belle chez le voisin).

_ Il faut que tout le monde puisse aller en vacances pour soutenir le secteur du tourisme (et le virus, qui après plusieurs semaines de confinement, ne serait pas une petite résurgence de brassage de populations).

_ Aux États-Unis, ils ont rouvert trop tôt : les Américains sont des imbéciles. La France rouvre trop tôt : les Français sont invulnérables quand ils déposent les dates de leurs vacances.

_ Après plusieurs semaines de répit, des signes inquiétants voient le jour et la communauté scientifique tire la sonnette d’alarme. La cote de popularité du Président est au plus haut, son nouveau Premier ministre s’agite comme un fou en explosant son bilan carbone, donc où est le problème. La guerre est finie (faute d’avoir combattu).

_ Deux mois après avoir déclaré la guerre au virus, le Président prend trois semaines de vacances sur son fort dans le Var. En temps de guerre, chacun son île…

Pseudo-féminisme et misandrie, un exemple

Les capitales

Violences de la société

Au rayon du féminisme, il y en a un qui m’exaspère et que j’évoque souvent dans mes billets, c’est le féminisme radical, qu’on peut également appeler pseudo-féminisme parce que ça n’a rien d’une lutte pour la défense des droits des femmes. On peut encore tout simplement parler pour cette dérive de « misandrie » (ces femmes se définiront d’ailleurs volontiers misandres, comme s’il y avait de la gloire à mépriser autrui).

Ce qu’il y a de profondément exaspérant dans ces dérives agressives, c’est qu’elles sont particulièrement visibles sur les réseaux sociaux, voire télégéniques dans les médias, et que ça donne une image du féminisme absolument déplorable, et de ce fait hypothèque une bonne partie de la crédibilité d’un mouvement de lutte qui milite encore pour dénoncer les dernières inégalités dont les femmes sont victimes. C’est un peu comme avoir la peste comme avocat.

Et je ne sais pas si les féministes ont conscience que la violence de certaines qui se présentent comme féministes (mais semblent aussi parfois en être de véritables idéologues suivies puisqu’elles sont celles qui gueulent le plus fort) est telle qu’elle rend impossible tout dialogue, et donc toute avancée. Si le but c’est d’emmerder le monde, c’est réussi, si c’est crier sa douleur, ça peut se comprendre mais c’est pas pour autant que ça changera quelque chose (autant faire des prières au ciel), mais si c’est pour avoir gain de cause, y a fort à parier que le résultat, ce sera zéro. C’est difficile de comprendre que la haine et la violence, ça ne provoque que haine et violence en retour ?! Si le but, c’est de se faire plus violent que les hommes, de changer les inégalités actuelles pour en provoquer d’autres au profit des femmes, je doute que ces messieurs se laissent faire. Et en attendant, à part crier dans le désert et jouer parfaitement le rôle que certains leur donne, celui d’hystériques, je ne comprends pas bien la manœuvre…

Donc si les féministes ne dénoncent pas ces comportements agressifs, eh ben je vais le faire, à l’ombre de ma condition d’homme privilégié. Quoi de telle que l’élite pour dénoncer les pratiques des gueuses ?… Non, désolé de ne pas obéir à une logique de mâle, ou de groupe auquel j’appartiens (sic), par nature, et auquel je ne me revendique pas en tant qu’individu. Je parle en tant qu’individu soucieux de justice et d’égalité, individu qui se doit de dénoncer des comportements néfastes aux causes auxquelles il croit. Je ne suis pas féministe, m’ayant entendu dire d’ailleurs une fois que ça m’était interdit étant, physiologiquement, un homme (et comme je suis susceptible, quand on m’ostracise d’un groupe, je n’insiste pas), en revanche, je suis égalitariste. Et c’est en tant qu’égalitariste (non en tant qu’« homme ») que je m’exprime. Je n’ai pas le droit ? Eh bien, je le prends, parce qu’en plus d’être égalitariste, je suis un emmerdeur. C’est bien à ça que sert un billet d’humeur (et comme de toute façon, dès qu’on discute, on se fait bloquer sur les réseaux sociaux, c’est encore le meilleur endroit où s’exprimer).

Bref. On va prendre un exemple précis afin d’illustrer l’absurdité, le mépris et la violence que certaines de ces pseudo-féministes peuvent développer. Ça devient une habitude, je suis sur Twitter, le pire endroit sans doute pour discuter : pas assez de place pour mettre de la nuance dans ces messages, on ne sait pas parfois à qui on s’adresse, donc les échanges se passent tout bonnement de politesses, et ça prend rarement des gants quand on pense « tenir un connard » et qu’on veut lui faire la fête avec l’approbation de sa « communauté ».

Le contexte. Un Youtuber fait un fil pas très adroit, c’est le moins qu’on puisse dire, en se livrant à une suite de pseudo-révélations sur les pires choses qu’il a pu faire dans sa vie. Au milieu de tout ce bazar balancé, on le saura, volontairement sans précautions, il y a un message qui fait hurler, et qui m’a valu de pondre mon précédent billet, ironique celui-ci (mais l’ironie n’est pas gratuite sinon, là encore, elle est maladroite est vaine) : le garçon affirme commencer à faire l’amour à sa copine alors qu’elle est encore endormie, y ajoute quelques tournures vulgaires et méprisantes à l’égard des victimes de viol, et finit avec une pirouette pour dire que si c’est un viol, alors c’est sa copine qui le viole une fois sur deux. On peut difficilement bricoler affirmations plus tendancieuse, et visiblement, c’était le but recherché, du moins en partie. Je ne reviens pas sur la question soulevée, cela faisant objet de ce précédent billet, et le sujet m’interpellant quand même, les réactions outrées de certains me faisant parfois ouvrir grand les yeux plus que pour le message original, je me laisse aller dans mes lectures, et de fil en aiguille, je me retrouve où il ne fallait pas : un compte écrivant :

« Quand les féministes disent « les hommes », ça veut dire « le groupe social homme », et non « tous les individus hommes ». On peut avancer maintenant messieurs ? »

Honnêtement, une telle phrase pour moi ça ne veut rien dire, et en plus de ses grands airs savants (pure foutaise, le groupe social homme n’existant pas, mais ça je capte bien que c’est véhiculé par une idéologie, la même qui a inventé la notion de « patriarcat », dérivant d’un concept lui bien réel de « société patriarcale »), ça prend un ton méprisant qu’on peut comprendre puisque la personne en question se présente comme autiste, et c’est vrai que c’est un ton cassant typique des autistes, mais comprendre ne veut pas dire laisser faire (un autiste a du mal à user de diplomatie, mais avoir du mal ne veut pas dire qu’on doit le laisser s’émanciper des bonnes manières, surtout, pardon, quand on veut convaincre). On pourrait ajouter que si on voulait parler clairement, et ne pas être, pour le coup, inclusif, on peut prendre la peine de nuancer ses syntagmes afin de ne pas inclure « tous les individus hommes » dans le lot. Parce que sinon, ça fait un peu provocation gratuite, histoire de laisser penser, aux hommes, qu’on parle de tous les hommes pour les froisser, pour avoir le plaisir ensuite de s’entendre répondre qu’on n’y inclut pas tous les hommes, et en plus de ça d’y mettre le ton pour bien faire comprendre à ceux qui pourraient se sentir visés, non seulement qu’ils sont stupides, mais que s’ils se trouvaient visés, c’était peut-être pas sans raison… L’art de prendre les gens pour des cons. Ce petit plaisir qu’on a à rabaissé l’autre pour bien lui faire sentir combien il est inférieur… Et j’aurais dû me méfier, parce que toutes ses réponses sont comme ça. C’est presque ironique de voir quelqu’un se donner autant de mal pour dénoncer la domination autoritaire des hommes et user soi-même d’une autorité déplacée pour asséner ses vérités et répandre sa haine. D’ailleurs, c’est assez étonnant, elle ne sait pas toujours si ses interlocuteurs sont des hommes ou des femmes, donc, a priori, elle semble juger que ceux qui n’abondent pas dans son sens sont des hommes…

Moi, tout innocent que je suis (enfin pas tout à fait, j’avais déjà lu quelques-unes de ses réponses), et parce que je ne suis pas autiste, j’essaie de me parer de mes jolies sandalettes de diplomate, ça racle quand même un peu, et je rétorque sur son fil de discussion : « Et quand certaines féministes disent « les féministes », ça ne signifie pas « nous, toutes les féministes », mais « le courant féministe auquel j’appartiens » ou « moi, féministe ». On peut avancer maintenant ou est-ce qu’on se dénigre comme vous le faites en commentaires ? »

En ni une ni deux, blocage direct sur le réseau. Mentalité « si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi ». Ah oui, si c’est avec ça que les féministes (toutes) comptent avancer, je peux prendre le pari qu’on est au bout des avancées en matière de lutte contre les inégalités.

Je pleure un peu parce que je suis sensible. Puis je reviens faire un tour quelque temps après sur le fil via un autre navigateur (je suis bloqué, hein), et je vois qu’elle a suspendu son compte (mis en privé je crois). Le lendemain, en faisant quelques recherches, je lis ici ou là des followers prétendant qu’elle s’est faite agresser ou harceler… Je suis à moitié surpris vu l’agressivité qu’elle déploie, elle, à travers ses nombreux tweets, La haine provoque la haine comme disait un vieux professeur… Et il se trouve que pour le coup, il ne faut pas compter sur moi pour chercher à savoir si c’est vrai (il y a quelques tweets désobligeants qu’elle a masqués ou bloqués, mais de là à parler de harcèlement… son fil était devenu viral, les gens réagissent dans les deux sens) ou s’il faut montrer un peu d’empathie à quelqu’un qui manifestement ne veut pas en avoir (l’autisme n’excuse rien, et d’ailleurs, à ce niveau, elle n’a pas encore tort, puisque le manque d’empathie n’est pas en soi immoral). Ce qui est immoral en revanche, c’est insulter et agresser des interlocuteurs (hommes, presque toujours, donc c’est bien précisément des agressions sexistes, misandres). Et ça, elle se permet de le faire en permanence, alors non pas forcément directement face à ses interlocuteurs, mais publiquement (diffamation). Celle qui devient agressive quand elle vient à parler de ces hommes qui parlent de « salopes » quand il est question de certaines femmes et qui insulte donc certains hommes en particulier en les traitant à plusieurs reprises de « connard » (pas sur le fil en question mais sur de nombreux autres tweets). Va expliquer aux hommes que tu exiges la fin des privilèges des hommes (sic) en le traitant de « connards », c’est pas gagné.

Je retranscris la suite de tweets qu’elle a écrit parce que ça illustre parfaitement le discours général, agressif, méprisant, haineux de ces pseudo-féministes :

« Si vous ne comprenez toujours pas, il s’agit de la différence fondamentale entre les comportements de groupe et induits par le groupe, et les comportements individuels »

>(Resterait à prouver que les « hommes » forment un groupe social distinct.) (Faudrait aussi qu’elle arrive à prouver que chacun de ses contradicteurs appartiennent à ce groupe dit social.)

« Maintenant, si vous êtes calmés* et ouverts à entendre quelque chose de moins agréable : Comme vous faites partie du groupe social “hommes”, vous avez chacun votre part de responsabilité, à degrés divers, dans la misogynie du système. »

*on tend un peu vers un complexe de persécution, mais selon le docteur ce n’est pas encore préoccupant.

>D’accord, donc je résume la pensée : tous les hommes naissent libres et égaux, mais quand tu nais avec une paire de couilles, tu es à la naissance responsable des inégalités dont est susceptible d’être victimes celles qui naissent avec un vagin. On est dans le « naissent libres et égaux MAIS ». Par essence, l’homme est coupable. OK, donc tu veux construire une société sur ce principe, à savoir que de toute façon, l’homme doit être tenu responsable des inégalités dont souffrent les femmes… Ce genre de discours qui détruit toute notion de libre arbitre et de liberté, c’est assez dangereux en fait. On mettrait « race » à la place de « groupe social hommes » que ça ferait encore plus tourner de l’œil.

Et puis… même si on n’est pas d’accord avec cette grille de lecture stigmatisante, haineuse et basée sur du flan, admettons qu’on arrive à imposer l’idée que tous les hommes sont des connards, on fait quoi après ? Un tel discours repose sur quel types de revendications ? Quelles solutions ? Non, c’est « je vous prouve que les hommes sont des connards », et puis plus rien. Ce qui est normal, on voit mal comment on pourrait construire un projet de société avec un groupe qu’on désigne intrinsèquement comme persécuteur d’un autre.

La suite :

« C’est pourquoi certaines féministes font le raccourci « all men are trash », parce que même si vous, individuellement n’êtes pas un connard qui viole des femmes, vous êtes bien souvent un peu trop silencieux face à ces violences, »

>Oui, mais de toute façon, à quoi bon qu’il y ait des hommes qui dénoncent les viols puisqu’on arrivera à leur dire qu’ils appartiennent à un groupe social qui reste trop silencieux face à ça… C’est sans issue, quand tu n’es pas coupable, tu es coupable du silence des autres. C’est même pratique au fond, parce qu’à quoi bon que des hommes prennent fait et cause pour les femmes, ou des victimes en particulier (de viol ici), puisqu’ils sont quoi qu’ils fassent déjà coupables ? Si l’homme est par essence soit un violeur soit complice par son silence, et donc si tous les men are trash, à quoi bon faire l’effort de lutter pour ces causes ?!…

« ou bien un peu trop inconscients de comportements misogynes que vous avez ou avez pu avoir. Parce que vous n’êtes pas qu’un individu. Vous êtes un élément d’un groupe. »

>Oui, de quels comportements misogynes on parle ? Là encore, on suggère qu’il y aurait, par nature, des comportements généraux misogynes. D’accord, mais si on ne les identifie pas clairement, comment lutter contre ? Non, rester aussi vague en fait, ça permet… de créer des groupes, qui par leur seule nature sémantique s’opposent. La vue de groupe, c’est très pratique pour ne pas se laisser enquiquiner par la nuance. Et puis je veux bien croire qu’on est tous un élément d’un ou de plusieurs groupes, mais du groupe des hommes… Ben, non. C’est même assez incroyable qu’on puisse d’un côté lutter autant pour masquer l’appartenance à un sexe (sur les cartes d’identité par exemple, est-ce que c’est utile ?), et puis trouver bien pratique de réveiller ces appartenances pour en faire un totem ennemi à abattre (cf. mon billet sur les totems).

« Exemple : Si vous êtes dans une foule, vous pouvez très bien vous dire « moi je veux aller tout droit ». Mais s’il y a un mouvement de foule, vous dévierez avec la foule quoi que vous fassiez, et sans vous en rendre compte. »

>OK…

« Vous pensez peut-être être un « mec bien ». Cependant, vous avez été éduqué à être un homme dans une société où le viol est banalisé (culture du viol), où les hommes sont encouragés à avoir certains comportements de supériorité, etc. Il est impossible que vous en soyez vierge. »

>Ah oui, « impossible » carrément. Si je veux bien croire que des gamins soient éduqués pour valoriser leur virilité, je doute que beaucoup s’identifient pleinement à ça… Et bon sang, quelle tristesse si on était éduqué à devenir des « hommes » (et donc des femmes, ça vaut aussi pour elles, non ?)… On note en tout cas la jolie rhétorique du « on peut être un mec bien mais ».

« Et ce, même si vous avez été élevé par des familles respectueuses des femmes. Votre famille n’est responsable que d’une partie de votre éducation. Il y a aussi l’école, les publicités, les lois, les médias, les groupes sociaux dans lesquels vous évoluez, etc. »

>familles respectueuses des femmes… Il y aurait donc des familles où on serait élevé pour ne pas respecter les femmes ?! Ce délire… Et puis désolé, mais la principale éducation qui forge un individu, c’est soi-même. On décide soi-même de qui on est. Chacun, certes, avec certaines limites imposées par le cadre dans lequel il vit, mais si ce cadre est lâche, je vois mal comment il pourrait être en mesure de contraindre un individu. Dans un pays libre, personne ne décide pour nous. Elle, par exemple, quelqu’un l’a éduquée pour devenir féministe radicale ? Non, c’est le fruit de son parcours personnel, pas celui d’un formatage de la société. À moins qu’il n’y ait que les féministes qui aient ce pouvoir merveilleux de s’émanciper des groupes que la société désigne pour tous ? Ça donne un petit air de Spartacus à toutes ces femmes opprimées appartenant à ce groupe auto-désigné comme celui des femmes, groupe dominé par celui des hommes, et auquel quelques femmes éclairées et méritantes, celui des féministes, parviendraient seules à s’émanciper. On gagne sur tous les plans : non seulement, on désigne un groupe comme responsable des inégalités homme femme, mais en plus, puisqu’on est les seules capables de révéler cette nature des choses, cela fait du même coup de nous des esclaves éclairées, des Spartacus. On retrouve cette manière tordue d’arranger la réalité pour se voir en prophète jusque chez les tenants du créationnisme, du reptilisme, des divers complotistes, religieux ou sectes. Que certains rationalistes tombent dans le piège et adhèrent à de tels extrêmes est assez navrant.

« Et tout ceci n’a rien avoir avec votre « nature profonde d’homme ». Ce n’est pas de l’essentialisme. C’est votre identification par la société au groupe “homme” qui vous met dans cette situation. »

>Justement. Il faudrait demander aux hommes s’ils s’identifient au groupe « hommes ». Identification, c’est se reconnaître. Donc si on se reconnaît, on est capable de nommer ce groupe. Or, si on nie l’existence même de ce groupe, et donc en être un élément, on nous rétorque qu’on n’a rien compris. Joli raisonnement circulaire. Par définition, on ne peut pas s’identifier à quelque chose dont on ne reconnaît pas l’existence…

« La société n’est pas neutre. Elle est parcourue de rapports de dominations de groupes les uns sur les autres. Chaque groupe social influence et conditionne les individus qui le composent, malgré eux. Etre un homme dans un système social misogyne ne fait pas de vous des connards Ce qui fait de vous des connards c’est bien sûr quand vous êtes misogynes individuellement, par conviction, mais aussi quand vous refusez de reconnaître ce système et votre responsabilité dans celui-ci »

>Ne reconnaissant pas ce système, je suis donc un connard. Est-ce qu’en retour ça me donne le droit de traiter tous ceux (ou celles) qui pensent qu’on appartient à groupe d’hommes (ou de femmes) de connards ou de connasses ? Je suis égalitariste, tout le monde devrait être capable de traiter chacun de connard.

Et cette volonté d’attribuer des étiquettes aux individus (quand on est soi-même pas mal esclave des étiquettes qu’on se choisit pour soi-même : amusez-vous à repérer à quels groupes ou pratiques s’identifie par ailleurs une personne se disant si ouvertement féministe, on peut souvent en faire toute une liste), ça me rappelle une expérience perso en 6ᵉ d’un môme qui me soutenait que j’étais catholique parce que j’avais été baptisé. Ben non, je suis libre, c’est moi qui décide à quel groupe j’appartiens. Et je pense même qu’appartenir à aucun groupe, il n’y a pas plus grande liberté. Et mon sexe physiologique n’est pas un groupe social auquel je peux m’identifier. Le genre n’est pas un groupe social.

« Même si votre responsabilité est dans la plupart des cas issue de votre conditionnement d’homme. Ces comportements misogynes que vous ne voyez pas font aussi souffrir les femmes, même si vous ne les violez pas. »

>D’accord, donc on a compris, tous les hommes sont des connards… Et après.

Eh bien, après, c’est bien ça le problème. Le pseudo-féminisme, ou féminisme radical, ou misandrie, c’est un mouvement de pensée haineux, qui ne propose rien. La seule chose que propose le pseudo-féminisme, c’est la haine d’un groupe désigné par un autre groupe qui se désigne lui-même comme victime de l’autre (tordu). Tu n’as rien fait, tu es déjà désigné comme coupable à travers un groupe qu’on a attribué pour toi. Ça rappelle quand même les pires heures de notre histoire cette affaire… Et sans aller jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, cette attribution arbitraire et haineuse à des groupes prédéfinis sur des caractéristiques physiques, perso, ça me rappelle l’absurdité ethnique qui a mené au génocide rwandais. Donc oui, je suis en train de dire que laisser passer une telle haine de groupe auto-désigné, c’est potentiellement dangereux. Et ça commence par la légitimité des violences individuelles.

Le reste du fil où elle tacle systématiquement les personnes venant discuter :

https://twitter.com/astrono_girl/status/1282713000160514048

(Il faut lire les commentaires masqués, dont certains n’ont rien d’offensant et ne déploie certainement pas autant d’agressivité qu’elle peut le faire quand elle s’adresse à des comptes identifiés « hommes ».)

Quelques exemples de cette jolie courtoisie misandre : « Si tu es un homme et tu veux faire avancer les choses, fais comme les hommes qui font avancer les choses : tais-toi, écoute les femmes, ne critique pas leur façon de crier leur souffrance, éduque les hommes autour de toi. » « Bordel, faut vraiment qu’une femme t’éduque au respect élémentaire ? »

Sinon : « T’es sérieux là ? t’es pas capable de comprendre la différence entre un groupe et les individus qui le composent ? Les effets de groupes qui surpassent les actes individuels, t’en as vraiment jamais entendu parler ? Les actes de conformation, les mouvements de foule, tout ça ? »

(Moi j’en ai entendu parler au rayon des pseudo-sciences.)

Et puis, exemple de logique tordue (et amusante) : « Quand une femme dit « all men are trash », elle dénonce le système de domination masculine et l’inaction des hommes pour le changer. Quand un homme dit « toutes des putes », il méprise les femmes (et les travailleuses du sexe), par pure haine. »

Je proposerais bien une expérience sociale vu que c’est à la mode : comparer les réactions sur un réseau social à un tweet disant « all men are trash » et un autre « toutes les femmes sont des putes ». On verra le niveau d’acceptabilité. Pourtant, non, le niveau d’irrespect est bien identique, et derrière le « all men trash », il n’y a rien d’autre qu’une insulte misandre qu’on tente de faire accepter en disant qu’on s’attaque à un système dominant. Petit point godwin du jour : dire que les juifs étaient dominants partout dans les sociétés européennes de l’entre-deux-guerres, c’était justement une excuse pour les désigner responsables des principaux maux de ces mêmes sociétés. Parce qu’ils étaient supposés dominants, ça légitimait l’agressivité qu’on avait à leur égard. On légitime, on théorise même, une violence, d’accord…

Maintenant, on peut mettre cette agressivité sur le compte de l’autisme de cette personne, mais on pourrait alors se demander comment on peut élaborer une telle idéologie des rapports sociaux tout en feignant d’ignorer une des règles sociales les plus élémentaires : le respect.

C’est triste de voir un tel déploiement de fausse intelligence érigée en vérités absolues, indiscutables (surtout par des hommes) et prônant une telle haine d’un groupe qui n’existe pas mais dont les individus visés, eux, existent bien. Sérieusement, si par exemple, on veut traiter la question du viol avec ce logiciel, à quel moment les revendications et les propositions apparaissent ? C’est une suite de mise en accusation permanente avec zéro capacité à présenter des solutions pour aider les victimes et sortir les agresseurs de leurs travers sexuels et oppressifs. Pour éradiquer un problème, on cherche à le comprendre ; si avant de désigner le problème, on a trouvé le coupable… ça commence pas très bien. En l’occurrence ici, s’il est question de viol, eh bien, pour lutter contre, ça ne sert pas à grand-chose de se démener pour faire à comprendre aux hommes qu’ils en sont de toute façon coupables… Pour lutter contre le viol, on cherche à comprendre les situations susceptibles de tourner en viol, on éduque hommes et femmes, individuellement pour qu’ils soient conscients des processus et des situations menant au viol, puis collectivement, on définit aussi ce qu’est un viol (l’épisode du viol conjugal au petit réveil montre que ce n’est pas si évident à définir), et globalement on fait en sorte de changer la société pour que les femmes aient plus facilement accès à des postes de direction et de pouvoir (parce que ça impliquera plus fortement l’idée qu’une femme n’est pas un individu au service d’un autre… du sexe opposé) que l’image de la femme dans les médias, la culture et la publicité ne soit plus rapportée à celle d’un objet ou d’une potiche (on ne peut pas forcément imposer les choses, mais il faut penser à des programmes d’incitation, de quotas, voire si ça ne suffit pas en passer par des taxes et par la loi : c’est difficile par exemple d’interdire la publicité dégradant l’image de la femme ?). Bref, une recherche de solutions, pas de faux coupables.

Autre absurdité de la rhétorique pseudo-féministe et qui permet à ses tenants d’avoir toujours raison : accuser leurs détracteurs d’être masculiniste et de n’avoir aucune légitimité à parler parce qu’ils profitent d’un rapport de domination. Tu peux toujours dire que cette demoiselle agressive dessert la cause qu’elle prétend défendre, on te fera un grand fil condescendant comme ça :

https://twitter.com/Marie_Peltier/status/1282410002955870211

Et elle n’aurait pas l’excuse de l’autisme, elle se désigne comme autrice et vit donc de ses théories de haine et de la mise en scène des violences qu’elle peut subir.

Continuez de donner le bâton pour vous faire battre.

On pourrait faire un petit jeu. Depuis les années 70 que ces théories existent, quelles sont les avancées en matière de droit des femmes gagnées par les tenantes de ces théories, et quelles sont les avancées à mettre au crédit des féministes ou des hommes qui les supportent ?

C’est à partir de quand qu’on s’insurge ?

Les capitales

Politique(s) & médias

C’est à partir de quand qu’on s’insurge ?

Je suis plutôt en retrait de la plupart des médias politiques ces dernières années, et je découvre cette Léa Salamé officiant comme journaliste sur FranceInter et France2. En quelques jours, cette journaliste a agité mon Twitter. D’abord pour une interview plus que musclée d’un responsable syndicaliste, puis pour un petit voyage vers le Liban (dont elle serait originaire) pour interviewer l’ancien PDG de Renault-Nissan après sa fuite du Japon, et enfin aujourd’hui pour une émission dans laquelle elle a reçu un Français soit disant lambda pour parler politique et dans laquelle, face aux remous sur les réseaux sociaux, elle doit finalement avouer que la personne en question est le mari d’une responsable politique dans la capitale. Et tout ça, alors que cette dame serait en même temps la conjointe d’un autre responsable politique…

Ces écarts sont si surréalistes qu’on pourrait s’étonner que cette dame travaille encore, de surcroît sur le service public. Sérieusement, c’est quoi le problème de ce pays avec la partialité, les connivences entre journalistes et politiques ?! À quel niveau d’incompétence ou de compromission arrive-t-on quand on est en charge d’une radio et qu’on autorise, ou mandate, une journaliste interviewer un repris de justice avec qui on pourrait soupçonner une certaine proximité, et qui, de fait, se montre plus que conciliante avec l’évadé en question ? Est-ce que tous ces professionnels, rédacteurs en chef, journalistes ne doivent leur place qu’à de l’entrisme, à un réseau d’amis ou d’anciennes écoles, à leur capacité à se soumettre aux injonctions partisanes de leurs chefs et maîtres ?!

La radio publique est depuis bien un mois régulièrement en grève à cause (de ce que j’en comprends) d’un plan de restructuration des chaînes, mais est-ce que tous les journalistes et techniciens cautionnent ces méthodes dignes d’une dictature, est-ce que tous sont, à ce point, veules et soucieux pour leur propre carrière au point de ne pas s’insurger, aussi, contre cette culture de l’impartialité dans les médias et journaux ? Ou est-ce que tous sont-ils biberonnés à l’incompétence, à la servitude ? Appartiennent-ils tous aux mêmes petits groupes parisiens dans lesquels tout le monde se tient et où politiques ou hauts-fonctionnaires, entrepreneurs, journalistes se côtoient ?! Comprennent-ils au moins à quel point ces relations sont néfastes pour la démocratie ? Mais s’il y a encore des gens honnêtes dans votre profession, insurgez-vous, d’abord contre ça, bon sang…

Consommateurs, travailleurs et investisseurs… quel pouvoir disposent encore les « pauvres » pour faire valoir leurs droits auprès des puissants ?

Les capitales

Violences de la société

Petites remarques en réponse à un fil Twitter opposant libéraux et marxistes. Je ne me prononcerai pas sur le côté idéologique de la chose, en revanche, j’ai envie de préciser un ou deux points pratiques qui m’ont toujours titillé quand il est question des ressources (et donc de l’investissement) des pauvres.

La première chose à faire, me semble-t-il, avant d’investir quand on est pauvre, c’est arrêter de consommer au-dessus de ses moyens. L’éducation à faire, dans un monde capitaliste plus ou moins souhaité, elle serait là.

Or, si les pauvres surconsomment, c’est parce qu’ils sont incités à le faire par les marchants et profiteurs de croissance. Et on ne peut pas investir sans se priver. Et se priver, c’est contre-intuitif pour des pauvres à qui on a parfaitement vendu le modèle de surconsommation (et qui le cas échéant se privent du superflu pour survivre, mais j’évoquerai surtout les pauvres qui auraient encore les moyens de mettre de côté s’ils « consommaient » mieux ou moins).

L’exploitation des plus pauvres par les riches, elle est moins comme au XIXᵉ siècle liée au travail (ouvrier essentiellement), qu’à la consommation. Les pauvres, s’ils sont des acteurs majeurs de la croissance par leur consommation (et leur travail), n’ont pas les moyens par ailleurs d’être acteurs de la finance. Et s’ils ne le sont pas, c’est bien que les riches, s’ils ont intérêt à les intégrer pleinement dans une société de surconsommation, ont aussi tout intérêt à les garder à l’écart des « choses sérieuses » de la finance. Les pauvres sont d’autant plus indispensables aux riches qu’ils doivent bosser (pour avoir des ressources, et avoir des ressources) pour consommer et donc rester pauvres pour avoir juste assez pour consommer, non investir.

Des pauvres qui investissent, ou pire, qui s’enrichissent, c’est des pauvres qui se libèrent de leur travail. Or, pour marcher, la société capitaliste et de consommation a besoin de pauvres pour s’activer à des taches mal payées que personne ne voudrait faire s’ils n’étaient obligés de les faire.

C’est là, à mon sens, que le communisme a failli. Au lieu de pointer du doigt le « capital », c’était à la consommation qu’il fallait s’en prendre. C’est la demande qui fait tourner le capital. Si la demande devient plus vertueuse, le capital en devient tout autant. Or s’il y a un capital, avant tout, non vertueux, on ne peut nier qu’il y a des modes de consommation parmi les plus pauvres qui n’ont rien de vertueux. Les pauvres, dans leur ensemble, souscrivent d’ailleurs pleinement à la société de consommation dans laquelle nous vivons. Ils rêvent de s’offrir le meilleur. C’est bien pourquoi par exemple, les pauvres restent encore les meilleurs clients pour les jeux de hasard, et que l’État reste très frileux, et de plus en plus, à restreindre la dépendance à ces jeux.

Où sont les capitaux d’investissement vertueux ? On en connaît qui sont supposés « verts », mais où sont les capitaux… rouges ? En l’état actuel des choses, on ne peut pas gagner la guerre contre la finance (ou contre le capital, si on avait l’ambition d’un marxiste) sur le terrain idéologique (le monde est trop majoritairement capitaliste). En revanche, on peut jouer la carte de l’infiltration, s’intégrer au jeu de la finance, adopter des usages vertueux (ou plus vertueux), mais également faire pression de l’intérieur pour s’attaquer aux mauvais usages de la finance qui ne font toujours que rendre les pauvres plus pauvres et protéger les riches pour qu’ils deviennent plus riches. La méthode du cheval de Troie qu’on chercherait à faire grossir de l’intérieur.

Où sont les banques, les compagnies d’assurance, les fonds d’investissement, les entreprises même, pouvant se targuer de pratiques respectant les plus démunis ? S’ils existaient, c’est vers eux que les plus pauvres devraient se tourner en premier lieu. En insistant bien sur la nécessité de moins ou de mieux consommer. L’éducation sans doute. Or, la communisme, s’il est devenu si marginal au XXIᵉ siècle, c’est sans doute pour beaucoup parce qu’il ne répondait plus à la société qui était devenue la nôtre, et où le citoyen n’était plus seulement travailleur (ouvrier) exploité, mais consommateur (pauvre) exploité.

Un travailleur s’arrête de travailler pour défendre ses droits et engage un bras de fer avec ses employeurs ; un consommateur réorganise sa consommation vers des produits qu’il jugera vertueux, nécessaires, consomme globalement moins et investit. Ses choix de consommation, ses investissements, lui donnent un pouvoir auquel il renonce s’il devient esclave des produits qu’il consomme.

Au niveau de l’impôt par exemple, la TVA est ce qu’il y a de moins juste dans un monde privilégiant l’enrichissement des déjà riches. Il touche en premier lieu les pauvres alors que c’est la 1ère recette fiscale de l’État. Cette logique d’imposition démontre bien que rien n’est fait pour inciter les pauvres à moins, ou mieux, consommer pour, in fine, s’intégrer aux petits jeux des investissements. Là encore, la solution pour le citoyen : consommer moins. À l’État par la suite de rendre plus juste cet impôt. En diminuant la TVA sur les produits de première nécessité, et en augmentant significativement l’impôt sur les biens de confort personnel, dangereux pour la santé, ou néfastes pour l’environnement.

Au lieu de promouvoir l’accès du marché aux pauvres avec la musique « il y a ceux qui savent et vous, venez participer ! », (à laquelle on ne peut pas croire si les pauvres investissent tout ce qu’ils gagnent dans des biens de consommation vite disséminés), la justice serait d’abord de faire contribuer le plus, ceux, les plus riches, dont les mauvaises pratiques ont conduit à une crise en 2008. Pas de peur du déclassement pour ceux-là. Là justice devrait commencer par s’attaquer à ces acteurs-là, qui ont failli par leur manque de vertu, il y a maintenant plus de dix ans. Les ultras-riches ont-ils payé les pots cassés lors de la crise ? Non. Plus que jamais ils bénéficient d’un système pourri fait par et pour eux. Il est temps que les pauvres s’invitent à leur table et imposent la loi du plus grand nombre. Les pauvres ont potentiellement ce pouvoir. La force des syndicats est de représenter un grand nombre de travailleurs et ainsi d’être légitime aux yeux des entrepreneurs et des décideurs politiques ; il faudrait une même force au service d’une défense des intérêts des consommateurs et des plus pauvres. Sans un tel moyen de pression à l’intérieur du système, je doute fort que les moyens, ou les idéologies, traditionnels puissent faire valoir leurs droits.