Notes de visionnage 2020

Page 1 2 3

septembre – décembre 2020

 

 

La Lune de Jupiter, Kornel Mundruczo (2017)

Voir le commentaire ⤵ 

La Lune de Jupiter, Kornel Mundruczo 2017 Jupiter holdja Proton Cinema, Match Factory Productions, KNM, ZDFArte (1)

 
120 Battements par minute

commentaire :

120 Battements par minute, Robin Campillo 2017 Les Films de Pierre, France 3 Cinéma, Page 114 (3)

Mon roi, Maïwen (2015)

commentaire :

Mon roi, Maïween 2015 Trésor Films, StudioCanal, France 2 Cinéma (3)

Cold War, Pawel Pawlikowski (2018)

Commentaire

Cold War Zimna wojna, Pawel Pawlikowski 2018 Opus Film, Polski Instytut Sztuki Filmowej, MK2 Films (2)

The Revenant, Alejandro González Iñárritu (2015)

Voir le commentaire

The Revenant, Alejandro González Iñárritu 2015 New Regency Productions, RatPac Entertainment, New Regency Productions (4)

The House That Jack Built, Lars von Trier (2018)

Voir le commentaire

The House That Jack Built, Lars von Trier 2018 Zentropa Entertainments, Centre National du Cinéma et de l'Image, Copenhagen Film Fund (1)

Duel sans merci / The Duel at Silver Creek, Don Siegel (1952)

Voir le commentaire  

Duel sans merci, The Duel at Silver Creek, Don Siegel 1952 Universal international (6)

L’Exercice de l’Etat (2011)

Voir le commentaire  

L’Exercice de l’État, Pierre Schoeller 2011 Archipel 35, Les Films du Fleuve, France 3 cinéma

Coco (2017)

Après un début extrêmement laborieux où on navigue en plein stéréotypes mexicains, le film est réellement sauvé par son délire fantastique, macabre et bon enfant. On retrouve les ficelles habituelles de Disney, mais cette fois plus culturelles, juste dramatiques… Et faut avouer, que même usées jusqu’à la corde, elles sont plutôt efficaces. Le mystère sur le passé de « Coco » se dissipe peu à peu, le discours effleuré sur les pilleurs (de contenu artistiques) est assez réconfortant ; une manière d’honorer aussi un peu tous les artistes de talent oubliés. Et je me suis allé à une petite larme. On notera tout de même que Disney ne perd pas le nord : si le discours semblait dire à un moment qu’on pouvait aussi tout à fait vivre avec le seul hommage de ces proches (les vrais qui savent), on ne cracherait pas finalement sur un peu de gloire posthume, histoire  — aussi  — de capitaliser sur la mémoire des morts.

Le Professeur, Valerio Zurlini (1972)

Commentaire :

Le Professeur, Valerio Zurlini 1972 Mondial Televisione Film, Adel Productions, Valoria Films (6)_

Susana la perverse , Luis Buñuel (1951)

Voir le commentaire

Susana la perverse, Luis Buñuel 1951 Internacional Cinematográfica (2)

Les Animaux fantastiques, David Yates (2016)

Voir le commentaire

Les Animaux fantastiques, David Yates 2016 Fantastic Beasts and Where to Find Them Heyday Films, Warner Bros (3)

Les Révoltés de la cellule 11, Don Siegel (1954)

Voir le commentaire

Les Révoltés de la cellule 11, Riot in Cell Block 11, Don Siegel 1954 Walter Wanger Productions (4)

Baby Face Nelson, Don Siegel (1957)

Voir le commentaire  L'ennemi public, Baby Face Nelson, Don Siegel 1957 Fryman Enterprises, United Artists (2)

Ici brigade criminelle, Don Siegel (1954)

Voir le commentaire  Ici brigade criminelle, Private Hell 36, Don Siegel 1954 The Filmakers (5)

Ça commence à Vera Cruz, Don Siegel (1949)

Voir le commentaire  Ça commence à Vera Cruz, Don Siegel 1949 The Big Steal RKO Radio Pictures (5)

El bruto, Luis Buñuel (1953)

La période mexicaine de Buñuel est décidément ma préférée, et de loin. On flirte avec le film noir, et toujours la misère sociale, l’opposition de classes, l’assemblage épars de diverses solitudes qui n’ont plus que la cruauté pour s’exprimer, etc.

Black Panther, Ryan Coogler (2018)

Pas fameux. La première heure est insupportable, il faut attendre que le roi soit destitué pour avoir un peu d’action, mais c’est un tout autre film qui commence en plein milieu. Les personnages sont sans intérêt, les acteurs pas beaucoup plus, la mise en scène est crade et on voit rien mais c’est une habitude dans le genre. Il n’y a guère que l’univers et le design qui vaut le coup d’œil : le côté hybride tradition high-tech ne pouvait que me séduire.

(Et y a rien de plus barbant que devoir supporter à la fin des films de ce genre, une scène bonus essentielle après le générique, plus une autre sans doute un teasing pour je ne sais quel personnage Marvel… Bientôt on aura le générique à la moitié du film.)