Pseudo-féminisme et misandrie, un exemple

Au rayon du féminisme, il y en a un qui m’exaspère et que j’évoque souvent dans mes billets, c’est le féminisme radical, qu’on peut également appeler pseudo-féminisme parce que ça n’a rien d’une lutte pour la défense des droits des femmes. On peut encore tout simplement parler pour cette dérive de « misandrie » (ces femmes se définiront d’ailleurs volontiers misandres, comme s’il y avait de la gloire à mépriser autrui).

Ce qu’il y a de profondément exaspérant dans ces dérives agressives, c’est qu’elles sont particulièrement visibles sur les réseaux sociaux, voire télégéniques dans les médias, et que ça donne une image du féminisme absolument déplorable, et de ce fait hypothèque une bonne partie de la crédibilité d’un mouvement de lutte qui milite encore pour dénoncer les dernières inégalités dont les femmes sont victimes. C’est un peu comme avoir la peste comme avocat.

Et je ne sais pas si les féministes ont conscience que la violence de certaines qui se présentent comme féministes (mais semblent aussi parfois en être de véritables idéologues suivies puisqu’elles sont celles qui gueulent le plus fort) est telle qu’elle rend impossible tout dialogue, et donc toute avancée. Si le but c’est d’emmerder le monde, c’est réussi, si c’est crier sa douleur, ça peut se comprendre mais c’est pas pour autant que ça changera quelque chose (autant faire des prières au ciel), mais si c’est pour avoir gain de cause, y a fort à parier que le résultat, ce sera zéro. C’est difficile de comprendre que la haine et la violence, ça ne provoque que haine et violence en retour ?! Si le but, c’est de se faire plus violent que les hommes, de changer les inégalités actuelles pour en provoquer d’autres au profit des femmes, je doute que ces messieurs se laissent faire. Et en attendant, à part crier dans le désert et jouer parfaitement le rôle que certains leur donne, celui d’hystériques, je ne comprends pas bien la manœuvre…

Donc si les féministes ne dénoncent pas ces comportements agressifs, eh ben je vais le faire, à l’ombre de ma condition d’homme privilégié. Quoi de telle que l’élite pour dénoncer les pratiques des gueuses ?… Non, désolé de ne pas obéir à une logique de mâle, ou de groupe auquel j’appartiens (sic), par nature, et auquel je ne me revendique pas en tant qu’individu. Je parle en tant qu’individu soucieux de justice et d’égalité, individu qui se doit de dénoncer des comportements néfastes aux causes auxquelles il croit. Je ne suis pas féministe, m’ayant entendu dire d’ailleurs une fois que ça m’était interdit étant, physiologiquement, un homme (et comme je suis susceptible, quand on m’ostracise d’un groupe, je n’insiste pas), en revanche, je suis égalitariste. Et c’est en tant qu’égalitariste (non en tant qu’« homme ») que je m’exprime. Je n’ai pas le droit ? Eh bien, je le prends, parce qu’en plus d’être égalitariste, je suis un emmerdeur. C’est bien à ça que sert un billet d’humeur (et comme de toute façon, dès qu’on discute, on se fait bloquer sur les réseaux sociaux, c’est encore le meilleur endroit où s’exprimer).

Bref. On va prendre un exemple précis afin d’illustrer l’absurdité, le mépris et la violence que certaines de ces pseudo-féministes peuvent développer. Ça devient une habitude, je suis sur Twitter, le pire endroit sans doute pour discuter : pas assez de place pour mettre de la nuance dans ces messages, on ne sait pas parfois à qui on s’adresse, donc les échanges se passent tout bonnement de politesses, et ça prend rarement des gants quand on pense « tenir un connard » et qu’on veut lui faire la fête avec l’approbation de sa « communauté ».

Le contexte. Un Youtuber fait un fil pas très adroit, c’est le moins qu’on puisse dire, en se livrant à une suite de pseudo-révélations sur les pires choses qu’il a pu faire dans sa vie. Au milieu de tout ce bazar balancé, on le saura, volontairement sans précautions, il y a un message qui fait hurler, et qui m’a valu de pondre mon précédent billet, ironique celui-ci (mais l’ironie n’est pas gratuite sinon, là encore, elle est maladroite est vaine) : le garçon affirme commencer à faire l’amour à sa copine alors qu’elle est encore endormie, y ajoute quelques tournures vulgaires et méprisantes à l’égard des victimes de viol, et finit avec une pirouette pour dire que si c’est un viol, alors c’est sa copine qui le viole une fois sur deux. On peut difficilement bricoler affirmations plus tendancieuse, et visiblement, c’était le but recherché, du moins en partie. Je ne reviens pas sur la question soulevée, cela faisant objet de ce précédent billet, et le sujet m’interpellant quand même, les réactions outrées de certains me faisant parfois ouvrir grand les yeux plus que pour le message original, je me laisse aller dans mes lectures, et de fil en aiguille, je me retrouve où il ne fallait pas : un compte écrivant :

« Quand les féministes disent « les hommes », ça veut dire « le groupe social homme », et non « tous les individus hommes ». On peut avancer maintenant messieurs ? »

Honnêtement, une telle phrase pour moi ça ne veut rien dire, et en plus de ses grands airs savants (pure foutaise, le groupe social homme n’existant pas, mais ça je capte bien que c’est véhiculé par une idéologie, la même qui a inventé la notion de « patriarcat », dérivant d’un concept lui bien réel de « société patriarcale »), ça prend un ton méprisant qu’on peut comprendre puisque la personne en question se présente comme autiste, et c’est vrai que c’est un ton cassant typique des autistes, mais comprendre ne veut pas dire laisser faire (un autiste a du mal à user de diplomatie, mais avoir du mal ne veut pas dire qu’on doit le laisser s’émanciper des bonnes manières, surtout, pardon, quand on veut convaincre). On pourrait ajouter que si on voulait parler clairement, et ne pas être, pour le coup, inclusif, on peut prendre la peine de nuancer ses syntagmes afin de ne pas inclure « tous les individus hommes » dans le lot. Parce que sinon, ça fait un peu provocation gratuite, histoire de laisser penser, aux hommes, qu’on parle de tous les hommes pour les froisser, pour avoir le plaisir ensuite de s’entendre répondre qu’on n’y inclut pas tous les hommes, et en plus de ça d’y mettre le ton pour bien faire comprendre à ceux qui pourraient se sentir visés, non seulement qu’ils sont stupides, mais que s’ils se trouvaient visés, c’était peut-être pas sans raison… L’art de prendre les gens pour des cons. Ce petit plaisir qu’on a à rabaissé l’autre pour bien lui faire sentir combien il est inférieur… Et j’aurais dû me méfier, parce que toutes ses réponses sont comme ça. C’est presque ironique de voir quelqu’un se donner autant de mal pour dénoncer la domination autoritaire des hommes et user soi-même d’une autorité déplacée pour asséner ses vérités et répandre sa haine. D’ailleurs, c’est assez étonnant, elle ne sait pas toujours si ses interlocuteurs sont des hommes ou des femmes, donc, a priori, elle semble juger que ceux qui n’abondent pas dans son sens sont des hommes…

Moi, tout innocent que je suis (enfin pas tout à fait, j’avais déjà lu quelques-unes de ses réponses), et parce que je ne suis pas autiste, j’essaie de me parer de mes jolies sandalettes de diplomate, ça racle quand même un peu, et je rétorque sur son fil de discussion : « Et quand certaines féministes disent « les féministes », ça ne signifie pas « nous, toutes les féministes », mais « le courant féministe auquel j’appartiens » ou « moi, féministe ». On peut avancer maintenant ou est-ce qu’on se dénigre comme vous le faites en commentaires ? »

En ni une ni deux, blocage direct sur le réseau. Mentalité « si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi ». Ah oui, si c’est avec ça que les féministes (toutes) comptent avancer, je peux prendre le pari qu’on est au bout des avancées en matière de lutte contre les inégalités.

Je pleure un peu parce que je suis sensible. Puis je reviens faire un tour quelque temps après sur le fil via un autre navigateur (je suis bloqué, hein), et je vois qu’elle a suspendu son compte (mis en privé je crois). Le lendemain, en faisant quelques recherches, je lis ici ou là des followers prétendant qu’elle s’est faite agresser ou harceler… Je suis à moitié surpris vu l’agressivité qu’elle déploie, elle, à travers ses nombreux tweets, La haine provoque la haine comme disait un vieux professeur… Et il se trouve que pour le coup, il ne faut pas compter sur moi pour chercher à savoir si c’est vrai (il y a quelques tweets désobligeants qu’elle a masqués ou bloqués, mais de là à parler de harcèlement… son fil était devenu viral, les gens réagissent dans les deux sens) ou s’il faut montrer un peu d’empathie à quelqu’un qui manifestement ne veut pas en avoir (l’autisme n’excuse rien, et d’ailleurs, à ce niveau, elle n’a pas encore tort, puisque le manque d’empathie n’est pas en soi immoral). Ce qui est immoral en revanche, c’est insulter et agresser des interlocuteurs (hommes, presque toujours, donc c’est bien précisément des agressions sexistes, misandres). Et ça, elle se permet de le faire en permanence, alors non pas forcément directement face à ses interlocuteurs, mais publiquement (diffamation). Celle qui devient agressive quand elle vient à parler de ces hommes qui parlent de « salopes » quand il est question de certaines femmes et qui insulte donc certains hommes en particulier en les traitant à plusieurs reprises de « connard » (pas sur le fil en question mais sur de nombreux autres tweets). Va expliquer aux hommes que tu exiges la fin des privilèges des hommes (sic) en le traitant de « connards », c’est pas gagné.

Je retranscris la suite de tweets qu’elle a écrit parce que ça illustre parfaitement le discours général, agressif, méprisant, haineux de ces pseudo-féministes :

« Si vous ne comprenez toujours pas, il s’agit de la différence fondamentale entre les comportements de groupe et induits par le groupe, et les comportements individuels »

>(Resterait à prouver que les « hommes » forment un groupe social distinct.) (Faudrait aussi qu’elle arrive à prouver que chacun de ses contradicteurs appartiennent à ce groupe dit social.)

« Maintenant, si vous êtes calmés* et ouverts à entendre quelque chose de moins agréable : Comme vous faites partie du groupe social “hommes”, vous avez chacun votre part de responsabilité, à degrés divers, dans la misogynie du système. »

*on tend un peu vers un complexe de persécution, mais selon le docteur ce n’est pas encore préoccupant.

>D’accord, donc je résume la pensée : tous les hommes naissent libres et égaux, mais quand tu nais avec une paire de couilles, tu es à la naissance responsable des inégalités dont est susceptible d’être victimes celles qui naissent avec un vagin. On est dans le « naissent libres et égaux MAIS ». Par essence, l’homme est coupable. OK, donc tu veux construire une société sur ce principe, à savoir que de toute façon, l’homme doit être tenu responsable des inégalités dont souffrent les femmes… Ce genre de discours qui détruit toute notion de libre arbitre et de liberté, c’est assez dangereux en fait. On mettrait « race » à la place de « groupe social hommes » que ça ferait encore plus tourner de l’œil.

Et puis… même si on n’est pas d’accord avec cette grille de lecture stigmatisante, haineuse et basée sur du flan, admettons qu’on arrive à imposer l’idée que tous les hommes sont des connards, on fait quoi après ? Un tel discours repose sur quel types de revendications ? Quelles solutions ? Non, c’est « je vous prouve que les hommes sont des connards », et puis plus rien. Ce qui est normal, on voit mal comment on pourrait construire un projet de société avec un groupe qu’on désigne intrinsèquement comme persécuteur d’un autre.

La suite :

« C’est pourquoi certaines féministes font le raccourci « all men are trash », parce que même si vous, individuellement n’êtes pas un connard qui viole des femmes, vous êtes bien souvent un peu trop silencieux face à ces violences, »

>Oui, mais de toute façon, à quoi bon qu’il y ait des hommes qui dénoncent les viols puisqu’on arrivera à leur dire qu’ils appartiennent à un groupe social qui reste trop silencieux face à ça… C’est sans issue, quand tu n’es pas coupable, tu es coupable du silence des autres. C’est même pratique au fond, parce qu’à quoi bon que des hommes prennent fait et cause pour les femmes, ou des victimes en particulier (de viol ici), puisqu’ils sont quoi qu’ils fassent déjà coupables ? Si l’homme est par essence soit un violeur soit complice par son silence, et donc si tous les men are trash, à quoi bon faire l’effort de lutter pour ces causes ?!…

« ou bien un peu trop inconscients de comportements misogynes que vous avez ou avez pu avoir. Parce que vous n’êtes pas qu’un individu. Vous êtes un élément d’un groupe. »

>Oui, de quels comportements misogynes on parle ? Là encore, on suggère qu’il y aurait, par nature, des comportements généraux misogynes. D’accord, mais si on ne les identifie pas clairement, comment lutter contre ? Non, rester aussi vague en fait, ça permet… de créer des groupes, qui par leur seule nature sémantique s’opposent. La vue de groupe, c’est très pratique pour ne pas se laisser enquiquiner par la nuance. Et puis je veux bien croire qu’on est tous un élément d’un ou de plusieurs groupes, mais du groupe des hommes… Ben, non. C’est même assez incroyable qu’on puisse d’un côté lutter autant pour masquer l’appartenance à un sexe (sur les cartes d’identité par exemple, est-ce que c’est utile ?), et puis trouver bien pratique de réveiller ces appartenances pour en faire un totem ennemi à abattre (cf. mon billet sur les totems).

« Exemple : Si vous êtes dans une foule, vous pouvez très bien vous dire « moi je veux aller tout droit ». Mais s’il y a un mouvement de foule, vous dévierez avec la foule quoi que vous fassiez, et sans vous en rendre compte. »

>OK…

« Vous pensez peut-être être un « mec bien ». Cependant, vous avez été éduqué à être un homme dans une société où le viol est banalisé (culture du viol), où les hommes sont encouragés à avoir certains comportements de supériorité, etc. Il est impossible que vous en soyez vierge. »

>Ah oui, « impossible » carrément. Si je veux bien croire que des gamins soient éduqués pour valoriser leur virilité, je doute que beaucoup s’identifient pleinement à ça… Et bon sang, quelle tristesse si on était éduqué à devenir des « hommes » (et donc des femmes, ça vaut aussi pour elles, non ?)… On note en tout cas la jolie rhétorique du « on peut être un mec bien mais ».

« Et ce, même si vous avez été élevé par des familles respectueuses des femmes. Votre famille n’est responsable que d’une partie de votre éducation. Il y a aussi l’école, les publicités, les lois, les médias, les groupes sociaux dans lesquels vous évoluez, etc. »

>familles respectueuses des femmes… Il y aurait donc des familles où on serait élevé pour ne pas respecter les femmes ?! Ce délire… Et puis désolé, mais la principale éducation qui forge un individu, c’est soi-même. On décide soi-même de qui on est. Chacun, certes, avec certaines limites imposées par le cadre dans lequel il vit, mais si ce cadre est lâche, je vois mal comment il pourrait être en mesure de contraindre un individu. Dans un pays libre, personne ne décide pour nous. Elle, par exemple, quelqu’un l’a éduquée pour devenir féministe radicale ? Non, c’est le fruit de son parcours personnel, pas celui d’un formatage de la société. À moins qu’il n’y ait que les féministes qui aient ce pouvoir merveilleux de s’émanciper des groupes que la société désigne pour tous ? Ça donne un petit air de Spartacus à toutes ces femmes opprimées appartenant à ce groupe auto-désigné comme celui des femmes, groupe dominé par celui des hommes, et auquel quelques femmes éclairées et méritantes, celui des féministes, parviendraient seules à s’émanciper. On gagne sur tous les plans : non seulement, on désigne un groupe comme responsable des inégalités homme femme, mais en plus, puisqu’on est les seules capables de révéler cette nature des choses, cela fait du même coup de nous des esclaves éclairées, des Spartacus. On retrouve cette manière tordue d’arranger la réalité pour se voir en prophète jusque chez les tenants du créationnisme, du reptilisme, des divers complotistes, religieux ou sectes. Que certains rationalistes tombent dans le piège et adhèrent à de tels extrêmes est assez navrant.

« Et tout ceci n’a rien avoir avec votre « nature profonde d’homme ». Ce n’est pas de l’essentialisme. C’est votre identification par la société au groupe “homme” qui vous met dans cette situation. »

>Justement. Il faudrait demander aux hommes s’ils s’identifient au groupe « hommes ». Identification, c’est se reconnaître. Donc si on se reconnaît, on est capable de nommer ce groupe. Or, si on nie l’existence même de ce groupe, et donc en être un élément, on nous rétorque qu’on n’a rien compris. Joli raisonnement circulaire. Par définition, on ne peut pas s’identifier à quelque chose dont on ne reconnaît pas l’existence…

« La société n’est pas neutre. Elle est parcourue de rapports de dominations de groupes les uns sur les autres. Chaque groupe social influence et conditionne les individus qui le composent, malgré eux. Etre un homme dans un système social misogyne ne fait pas de vous des connards Ce qui fait de vous des connards c’est bien sûr quand vous êtes misogynes individuellement, par conviction, mais aussi quand vous refusez de reconnaître ce système et votre responsabilité dans celui-ci »

>Ne reconnaissant pas ce système, je suis donc un connard. Est-ce qu’en retour ça me donne le droit de traiter tous ceux (ou celles) qui pensent qu’on appartient à groupe d’hommes (ou de femmes) de connards ou de connasses ? Je suis égalitariste, tout le monde devrait être capable de traiter chacun de connard.

Et cette volonté d’attribuer des étiquettes aux individus (quand on est soi-même pas mal esclave des étiquettes qu’on se choisit pour soi-même : amusez-vous à repérer à quels groupes ou pratiques s’identifie par ailleurs une personne se disant si ouvertement féministe, on peut souvent en faire toute une liste), ça me rappelle une expérience perso en 6ᵉ d’un môme qui me soutenait que j’étais catholique parce que j’avais été baptisé. Ben non, je suis libre, c’est moi qui décide à quel groupe j’appartiens. Et je pense même qu’appartenir à aucun groupe, il n’y a pas plus grande liberté. Et mon sexe physiologique n’est pas un groupe social auquel je peux m’identifier. Le genre n’est pas un groupe social.

« Même si votre responsabilité est dans la plupart des cas issue de votre conditionnement d’homme. Ces comportements misogynes que vous ne voyez pas font aussi souffrir les femmes, même si vous ne les violez pas. »

>D’accord, donc on a compris, tous les hommes sont des connards… Et après.

Eh bien, après, c’est bien ça le problème. Le pseudo-féminisme, ou féminisme radical, ou misandrie, c’est un mouvement de pensée haineux, qui ne propose rien. La seule chose que propose le pseudo-féminisme, c’est la haine d’un groupe désigné par un autre groupe qui se désigne lui-même comme victime de l’autre (tordu). Tu n’as rien fait, tu es déjà désigné comme coupable à travers un groupe qu’on a attribué pour toi. Ça rappelle quand même les pires heures de notre histoire cette affaire… Et sans aller jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, cette attribution arbitraire et haineuse à des groupes prédéfinis sur des caractéristiques physiques, perso, ça me rappelle l’absurdité ethnique qui a mené au génocide rwandais. Donc oui, je suis en train de dire que laisser passer une telle haine de groupe auto-désigné, c’est potentiellement dangereux. Et ça commence par la légitimité des violences individuelles.

Le reste du fil où elle tacle systématiquement les personnes venant discuter :

https://twitter.com/astrono_girl/status/1282713000160514048

(Il faut lire les commentaires masqués, dont certains n’ont rien d’offensant et ne déploie certainement pas autant d’agressivité qu’elle peut le faire quand elle s’adresse à des comptes identifiés « hommes ».)

Quelques exemples de cette jolie courtoisie misandre : « Si tu es un homme et tu veux faire avancer les choses, fais comme les hommes qui font avancer les choses : tais-toi, écoute les femmes, ne critique pas leur façon de crier leur souffrance, éduque les hommes autour de toi. » « Bordel, faut vraiment qu’une femme t’éduque au respect élémentaire ? »

Sinon : « T’es sérieux là ? t’es pas capable de comprendre la différence entre un groupe et les individus qui le composent ? Les effets de groupes qui surpassent les actes individuels, t’en as vraiment jamais entendu parler ? Les actes de conformation, les mouvements de foule, tout ça ? »

(Moi j’en ai entendu parler au rayon des pseudo-sciences.)

Et puis, exemple de logique tordue (et amusante) : « Quand une femme dit « all men are trash », elle dénonce le système de domination masculine et l’inaction des hommes pour le changer. Quand un homme dit « toutes des putes », il méprise les femmes (et les travailleuses du sexe), par pure haine. »

Je proposerais bien une expérience sociale vu que c’est à la mode : comparer les réactions sur un réseau social à un tweet disant « all men are trash » et un autre « toutes les femmes sont des putes ». On verra le niveau d’acceptabilité. Pourtant, non, le niveau d’irrespect est bien identique, et derrière le « all men trash », il n’y a rien d’autre qu’une insulte misandre qu’on tente de faire accepter en disant qu’on s’attaque à un système dominant. Petit point godwin du jour : dire que les juifs étaient dominants partout dans les sociétés européennes de l’entre-deux-guerres, c’était justement une excuse pour les désigner responsables des principaux maux de ces mêmes sociétés. Parce qu’ils étaient supposés dominants, ça légitimait l’agressivité qu’on avait à leur égard. On légitime, on théorise même, une violence, d’accord…

Maintenant, on peut mettre cette agressivité sur le compte de l’autisme de cette personne, mais on pourrait alors se demander comment on peut élaborer une telle idéologie des rapports sociaux tout en feignant d’ignorer une des règles sociales les plus élémentaires : le respect.

C’est triste de voir un tel déploiement de fausse intelligence érigée en vérités absolues, indiscutables (surtout par des hommes) et prônant une telle haine d’un groupe qui n’existe pas mais dont les individus visés, eux, existent bien. Sérieusement, si par exemple, on veut traiter la question du viol avec ce logiciel, à quel moment les revendications et les propositions apparaissent ? C’est une suite de mise en accusation permanente avec zéro capacité à présenter des solutions pour aider les victimes et sortir les agresseurs de leurs travers sexuels et oppressifs. Pour éradiquer un problème, on cherche à le comprendre ; si avant de désigner le problème, on a trouvé le coupable… ça commence pas très bien. En l’occurrence ici, s’il est question de viol, eh bien, pour lutter contre, ça ne sert pas à grand-chose de se démener pour faire à comprendre aux hommes qu’ils en sont de toute façon coupables… Pour lutter contre le viol, on cherche à comprendre les situations susceptibles de tourner en viol, on éduque hommes et femmes, individuellement pour qu’ils soient conscients des processus et des situations menant au viol, puis collectivement, on définit aussi ce qu’est un viol (l’épisode du viol conjugal au petit réveil montre que ce n’est pas si évident à définir), et globalement on fait en sorte de changer la société pour que les femmes aient plus facilement accès à des postes de direction et de pouvoir (parce que ça impliquera plus fortement l’idée qu’une femme n’est pas un individu au service d’un autre… du sexe opposé) que l’image de la femme dans les médias, la culture et la publicité ne soit plus rapportée à celle d’un objet ou d’une potiche (on ne peut pas forcément imposer les choses, mais il faut penser à des programmes d’incitation, de quotas, voire si ça ne suffit pas en passer par des taxes et par la loi : c’est difficile par exemple d’interdire la publicité dégradant l’image de la femme ?). Bref, une recherche de solutions, pas de faux coupables.

Autre absurdité de la rhétorique pseudo-féministe et qui permet à ses tenants d’avoir toujours raison : accuser leurs détracteurs d’être masculiniste et de n’avoir aucune légitimité à parler parce qu’ils profitent d’un rapport de domination. Tu peux toujours dire que cette demoiselle agressive dessert la cause qu’elle prétend défendre, on te fera un grand fil condescendant comme ça :

https://twitter.com/Marie_Peltier/status/1282410002955870211

Et elle n’aurait pas l’excuse de l’autisme, elle se désigne comme autrice et vit donc de ses théories de haine et de la mise en scène des violences qu’elle peut subir.

Continuez de donner le bâton pour vous faire battre.

On pourrait faire un petit jeu. Depuis les années 70 que ces théories existent, quelles sont les avancées en matière de droit des femmes gagnées par les tenantes de ces théories, et quelles sont les avancées à mettre au crédit des féministes ou des hommes qui les supportent ?