Un été 42, Robert Mulligan (1971)

À nous la petite anglaise

Summer of 42Un été 42, Robert Mulligan (1971)Année : 1971

Réalisation :

Robert Mulligan

9/10  lien imdb
Listes :

Limguela top films

L’obscurité de Lim

MyMovies: A-C+

Vu le : 29 mars 2007

Pendant une heure le film est faussement nostalgique. La ritournelle de Michel Legrand est usée à fond et Mulligan se sert du premier degré pour mieux rire de la stupidité des ados qui chassent les filles sur la plage. Puis comme dans Du silence et des ombres, un autre film commence dans la dernière demi-heure.

Cette fois Mulligan n’utilise plus la musique de Legrand. Plus besoin, il se souvient (façon de parler) ce que disait Guitry à propos de la musique de Mozart : « Ce qu’il y a de merveilleux dans la musique de Mozart, c’est que le silence qui suit est encore du Mozart. » Legrand n’est pas Mozart, mais il faut avouer qu’on en a bouffé pendant tout le film de cette ritournelle, et quand elle s’arrête, on a encore les oreilles qui chantent. Pendant toute une longue séquence muette (et sans musique donc), qui dure plus de dix minutes, l’émotion est là jusqu’à la fin comme un silence pesant et chantant. Pas besoin de parler, pas besoin de musique : c’est beau, tendre, émouvant, simple et triste.

Et la fin marche, bien sûr, parce que tout ce qui précède tend parfaitement vers ce final. Drôle et touchant, du Mulligan quoi.

Un été 42, Robert Mulligan 1971 | Warner Bros.