Combien tu m’aimes, Bertrand Blier (2005)

Combien tu m’aimesAnnée : 2005

Réalisation :

Bertrand Blier

5/10  lien imdb

Vu en mars 2007

 

 

Ça fait déjà plus de 10 ans que Blier n’est plus Blier. Manque de folie, manque d’énergie. On dirait du Kaurismaki et ça finit par ressembler à du Deville. Légèrement décalé mais très sage, “bourgeois”. Autrefois dans les Blier, les personnages habitaient dans des banlieues miteuses, on errait tel des gamins dans les rues ou dans des bars pour trouver quelle connerie faire. On voyageait sans billet sans savoir où on allait mais on y allait et on vivait à fond l’instant présent. Aujourd’hui les personnages de Blier donnent des rendez-vous et habitent dans de riches appartements parisiens et pire que tout, ils sont devenus polis. Où sont passées la gueule et la gouaille de Blier père, Dewaere, Depardieu, Serrault ? Il y a vraiment un problème de casting dans ce film : Campan il est franchement mauvais (c’est Bourdon le bon acteur des Inconnus) et ne convient pas au rôle tout comme la Bellucci qui est trop douce, trop lisse, trop polie, pour Blier. Il faut des acteurs français qui ont l’expérience des textes écrits, qui ont la culture des différents types de jeu, tons, styles, car celui de Blier est particulier, décalé, un peu théâtral et le piège est de vouloir le jouer trop réaliste ou trop mou, trop lent. Voir Sara Forestier qui est une très bonne actrice quand elle joue sur la spontanéité et le naturel, dans ce type de film, elle est totalement perdue et joue comme une cloche.

J’imagine que c’est aussi Blier qui cherche à faire autre chose, il voudrait sans doute un ton plus poétique, contemplatif, mais faire beau, c’est pas son truc, ça ne marche pas, on n’y croit pas, en tout cas il n’y a rien qui se passe. Son truc à lui, c’est la beauté du langage bien dit, vite dit, de l’action, vite faite, mal faite… — Pas loin d’Audiard, avec une touche d’absurde. Tous ses personnages étaient des cons ou des imbéciles, des voleurs, des petites frappes, mais toujours des « bons salauds », et tout cela les rendait attachants. Ici ses personnages (en tout cas le principal) sont des types ordinaires.

Buffet Froid et les Valseuses sont bien loin.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.