Alice et le maire, Nicolas Parisier (2019)

Alice partout, Polis nulle part

Note : 3 sur 5.

Alice et le maire

Année : 2019

Réalisation : Nicolas Parisier

Avec : Fabrice Luchini, Anaïs Demoustier

Correct. J’ai du mal à saisir le message du film s’il y en a un, et par conséquent à comprendre l’enjeu d’une telle rencontre (celle du titre). Est-ce que c’est une occasion perdue de faire selon l’auteur du film de la vraie politique au service des citoyens ? Est-ce que l’idée, c’est de seulement illustrer la perte de sens des politiques et la déconnexion avec le monde réel, l’emprise du carriérisme et des communicants ?… Aucune idée, c’est un peu confus, et je ne suis même pas sûr que l’intérêt du film soit là-dedans. D’ailleurs, je doute que la fonction de la philosophie soit de livrer des « idées » aux politiques… Voilà ce qui pourrait être une idée de lycéen. De mon côté, j’aurais plutôt tendance à penser que les idées politiques doivent naître de la volonté de régler des problèmes. Vision presque de plombier : pas besoin d’avoir lu Rousseau pour chercher à régler les problèmes de sanitaires dans les universités de sa ville… Tu identifies un problème, t’arrêtes le blabla et l’idéologie : tu adoptes la méthode la plus efficace pour régler ce problème. Point. Pas apprécié du coup la caricature faite de l’écologiste névrosée, bourgeoise et soucieuse du grand effondrement… On n’est pas loin des Amish de Macron (on pourrait deviner que l’auteur est socialiste, ce qui ferait de son film une critique de son parti et ne manquerait pas ainsi de faire ce que la gauche ne fait jamais mieux que personne : tirer sur les concurrents du même bord).

Si on met de côté la difficulté de faire un film sur la politique — et ici, on peut au moins saluer la sobriété de l’exercice, avec un renoncement clair et appréciable, par exemple, de tous les artifices visant à intégrer les acteurs dans des postures publiques de personnages politiques avec images de foule, de discours, de débats, de passage TV, etc. tout ce qui fait très vite en général qu’on ne croit plus à un film —, le seul truc réellement positif du film, c’est la direction d’acteurs. En dehors de quelques regards enamourés étranges demandés à Anaïs Demoustier, l’actrice est parfaite tout du long, si on ne s’ennuie (ou s’agace) pas trop, c’est essentiellement grâce à sa présence, et Luchini est toujours parfait pour incarner ce qu’il doit probablement être dans la vie : un mec gentil, volubile, parfois habité par des pensées venues d’ailleurs, et… un peu épuisant (en droite de ligne avec le Rohmer sur la bibliothèque, l’arbre et le maire) : il reste cependant loin du personnage histrionique des médias (et encore, je ne serais pas contre parfois quelques envolées, mais ce n’était probablement pas le bienvenu dans ce type de film) ou de certaines de ses déclarations publiques. Il faut séparer l’homme de l’artiste, et Luchini, à la mode française « quand il fait du Luchini » est toujours parfait. On peut regretter alors que le film n’ait pas été plus centré sur cette relation en appuyant sur un style ouvertement théâtral, voire philosophique. Dans cet esprit bien français de drame sans problème ou de comédie sans humour et qu’on définit parfois à travers le genre de la « comédie dramatique ». C’était sans doute au-dessus des capacités de son auteur. Un homme de gauche caviar préférera toujours réaliser un film sur lui-même en lui donnant la forme (souvent involontaire, mais révélatrice) d’un épisode de Louis la Brocante plutôt qu’un dialogue (exigeant, ambitieux) du Neveu de Rameau.


 

Alice et le maire, Nicolas Parisier 2019 | Bizibi, Arte, Scope Pictures, Les Films du 10


Liens externes :