La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche (2013)

Adèle et le Mulet

Note : 4 sur 5.

La Vie d’Adèle

Titre international : Blue Is the Warmest Colour

Année : 2013

Réalisation : Abdellatif Kechiche

Avec : Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche

En dehors du ratage complet qu’était La Vénus noire, je suis plutôt admiratif des films de Kechiche qui reste une valeur sûre. La Vie d’Adèle n’est pas mal du tout, on y retrouve la méthode de direction d’acteurs qui est la sienne, ce qui permet toujours une emprise très forte avec le réel, le film arrive cependant moins à me convaincre que ses deux premiers films : L’Esquive et La Graine et le Mulet.

Le montage est impressionnant, je suppose que Kechiche filme beaucoup avec beaucoup de matière et qu’il pioche ensuite à la table de montage.

Adèle Exarchopoulos donne beaucoup à voir. Souvent dans ce registre de la personne perdue, le regard fuyant, sorte d’aparté cinématographique quand la caméra est tournée vers l’acteur ; mais mieux vaut une matière qui raconte souvent la même chose juste que des échanges d’acteurs ou des plans ou jamais rien ne transparaît de ce que “pensent” les personnages.

Ce qui me convainc moins en revanche, c’est le scénario. Si on a rarement, peut-être même jamais vu, un film sur l’homosexualité féminine aussi bien décrit (il y a peut-être le film de John Sayles, Lianna, qui décrivait déjà aussi une même sorte de dépendance amoureuse qui devient problématique quand tout à coup elle n’est plus réciproque, l’amour quoi), je ne retrouve pas le type d’enjeux bien définis et l’urgence qui m’avaient fasciné dans L’Esquive et surtout dans La Graine et le Mulet (sans en faire non plus un impératif à retrouver chez un cinéaste d’un film à l’autre ; la politique d’auteur, peu pour moi). La Vie d’Adèle est une chronique, et découper ainsi le récit, perdre de l’intensité à chaque “reboote” chronologique, relance certes la machine, mais on y perd quelque chose dans l’intensité. C’est surtout après une heure, ou une heure et demie, qu’on passe le premier cap chronologique, et jusque-là le film avançait sur un autre rythme, on attendait le hiatus qui, dans cette dernière année de lycée, allait faire capoter la situation. C’est en général le cœur du développement, donc des conflits dans les films, et au lieu d’être submergé par l’intensité au moment où tous les conflits doivent avoir été bien introduits et prendre corps, paf, on se retrouve trois ans après, et on comprend alors qu’on a affaire à une chronique. C’est assez brutal, et je n’avais alors pas compris le film ainsi. C’est d’autant plus désarmant qu’on retrouve les deux femmes passablement embourgeoisées. La durée du film joue sans doute ici, parce qu’à une heure et demie, c’est en général à ce moment qu’on sent le dénouement poindre son nez. Et une résolution, avec la morale qui va avec, tout ce qu’il y a de petit-bourgeois, ça crispe un peu les attentes placées au début du film. Ce n’est pas que les homos n’ont pas droit eux aussi à gagner un peu de normalité, mais… bof, quoi. Bobof. Elles finirent heureuses et n’eurent pas beaucoup d’enfants.

Ça repart un peu par la suite, grâce à leur séparation, et au désarroi d’Adèle (c’est son histoire après tout, comme l’indique le titre), puis aux occasions manquées. Mais le goût d’arrière-chronique un peu boiteuse m’aura en définitive assez gâché la fête. Espérons que Kechiche en revienne à des histoires plus resserrées et plus intenses (intenses dans le suivi narratif, moins dans le jeu des acteurs : souvent pas bon signe quand les acteurs sont dans l’intensité du moment, le signe qu’ils forcent, manquent de confiance, et vont franchir à un moment ou l’autre les limites de la justesse ou casser le lien d’empathie avec le spectateur).


 

La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche 2013 | Quat’sous Films, Wild Bunch, France 2 Cinéma


Listes sur IMDb : 

MyMovies : A-C+

Liens externes :