Sarah and Son, Dorothy Arzner (1930)

Mélo dramatique

Sarah et son filsAnnée : 1930

Réalisation :

Dorothy Arzner

5/10  IMDb

Avec
Ruth Chatterton, Fredric March

Il y a ce qu’on peut faire au temps du muet et ce qui ne passe plus au parlant. Et les mélodrames grossiers de ce type laisseront très vite place à des mélos bien plus sophistiqués dans les années 30, avec usage de la musique et acteurs à la hauteur.

Le scénario semble reprendre les grosses lignes du roman, et on ne s’embête pas de nuances ou de cohérences. Les raccourcis sont risibles, les procédés dramatiques cousus de fil blanc, les dialogues affligeants. Bref, c’est consternant.

Au milieu de cette fondue informe, Dorothy Arzner fait ce qu’elle peut. Aucun sens de la direction d’acteurs ou du rythme (le film dure une heure vingt mais avec un style de jeu qu’on retrouvera systématiquement par la suite basé sur la vitesse, il aurait tenu vingt minutes, c’est dire qu’on y trouve peu de matière dramatique), mais un sens certain cette fois pour le montage (un paradoxe quand on est incapable de demander à ses acteurs de jouer plus vite) et une connaissance parfaite d’où placer sa caméra.

Le pire est encore ailleurs. Ruth Chatterton est si mauvaise qu’on a probablement imaginé un accent hollandais pour elle (dans Paramount on Parade elle prenait le même accent censé être français). L’ironie, c’est qu’elle sait plutôt bien chanter… pour une actrice sans doute plus à l’aise pour le muet. Parce qu’elle a une intelligence, une présence, une autorité, ça y a rien à redire, mais dès qu’elle ouvre la bouche, c’est le néant (preuve encore une fois qu’un acteur intelligent peut être plus mauvais qu’un imbécile). Je crois même avoir rarement vu pire récemment en terme de jeu d’acteur sinon Clara Bow dans un autre film de la rétro Arzner où on n’avait qu’une envie, lui dire à l’oreille : « This is It ! » pour en finir.

On se demande encore comment Fredric March arrive à surnager avec autant de médiocrité autour de lui. Au moins, on ne voit que lui, c’est vrai que c’est un filon comme un autre pour faire éclater son talent aux yeux des patrons du studio, et l’installer plus tard dans les productions du parlant… Le point pour éviter le 1/10 est pour lui.

Ça devait être la panique à l’époque pour redistribuer les cartes et trouver les futures têtes d’affiche… Au moins là y a cette évidence.

Sarah and Son, Dorothy Arzner (1930) Paramount Pictures