La République des dingues, ou l’Intégration par la guerre

— B’jour, c’est pour venir travailler, m’sieur. Vous pouvez me laisser entrer ?

— Allez-vous-en, la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, alors on en accueille aucune.

— C’est moi que vous traitez de misérables, mon frère ? Je suis juste venu travailler. Vous croyez que je viens pour le plaisir ? Voler votre pain ? Je suis pas un criminel…

— Dehors.

— Dehors ? c’est curieux, c’est c’que d’autres avaient dit à des Français dans mon pays et il a fallu une guerre pour que les Français s’en aillent. J’ai le droit d’être là, selon les lois de la république française, m’sieur, j’ai le droit… Regroupement familial.

— J’croyais que tu venais travailler…

— Les deux. Vous croyez quoi ? Que j’suis un parasite ?

— Y a de ça.

— Eh ben… on peut dire que vous tirez les leçons de votre propre histoire.

_______________________________________

— Papiers, s’il vous plaît.

— Vous vous croyez où, là ? Ça fait trois fois qu’on me les demande aujourd’hui. J’ai vraiment besoin de vous les montrer trois fois pour m’inscrire à l’université ?

— T’es pas content, tu peux retourner dans ton… lycée. C’est l’administration française.

_______________________________________

— Papiers, s’il vous plaît.

— J’ai une phobie administrative, j’en ai marre de votre fichue paperasse.

— Et vous comptiez vous inscrire à l’ANPE comment ?

— Je sais pas…

— Si vous voulez devenir ministre, la phobie administrative, c’est pas possible.

— J’avais déjà compris, merci.

— Ah, c’est inscrit que vous êtes Français ?

— J’ai l’air de parler chinois ? Je suis né en France. Mais pas avec les bons papiers, apparemment.

— En fait, vous vous êtes trompé de guichet. Vous auriez pu me donner le fichier employeur tout de suite…

— Ah, désolé, c’est la première fois que je viens. Je suis pas un habitué.

— Sachez-le pour la prochaine fois.

— Je compte pas rester longtemps, ne vous en faites pas.

— Oui, c’est sans doute déjà ce qu’avait dit votre père en arrivant en France.

_______________________________________

— M’man, il est où papa ?

— Je sais pas Kevin. Il est parti.

— Il nous aimait pas ?

— Je sais pas Kevin. Je crois déjà qu’il avait déjà du mal à s’aimer lui-même. Difficile cela dit quand les autres vous renvoient sans cesse une image désastreuse de vous.

— La maîtresse, à l’école, elle dit qu’il me faudrait une figure paternelle pour que je puisse idéalement construire mon propre moi. Sans quoi, je risque de manquer de repère et me révolter un jour contre l’autorité. Je crois que c’est une adepte de la psychanalyse. Je n’ai jamais porté beaucoup de crédit à ces idioties. C’est comme l’astrologie, un peu de bon sens saupoudré de croyances ridicules…

— Il y aurait donc du bon sens derrière les prétentions niaises de ta maîtresse ?

— Je sais pas. Si je dérape, ce sera sans doute plus à cause du nom stupide que tu m’as donné. C’est une chose de devoir subir les railleries de tous les Jean-Michel, mais devoir en plus être moqué par les Mohammed, ça fait peut-être un peu trop…

— C’est un nom très commun en France de nos jours. Tu ne t’inséreras que mieux quand tu seras grand.

_______________________________________

— Kevin, c’est le vrai nom de ton père, Rachid ? Il est Américain ?

— Il est Français. Rends-moi mes papiers…

— Si tu veux aller à la mosquée, ça va pas le faire.

— Samira, j’ai pas dit que je voulais aller à la mosquée, j’ai dit que je voulais étudier le Coran. Mon père peut bien s’appeler Kevin ou Marie-Joseph, ça change rien à l’affaire.

— Tu parles l’arabe ?

— Non, seul mon grand-père le parlait et je suis trop peu allé au bled pour le comprendre seulement.

— Si tu veux étudier le Coran, il faut le faire en arabe, sinon c’est pas pareil… Va voir l’imam, il pourrait mieux te l’expliquer que moi.

— Je te l’ai déjà dit, Samira. Je ne veux pas aller à la mosquée.

— Pourquoi ?

— Parce que… Je cherche… à comprendre. Je fais déjà mes prières, j’ai arrêté les conneries, j’essaie d’être sérieux… Mais la mosquée, non, je m’y sens pas chez moi.

— Y a trop d’Arabes sans doute.

— Très drôle.

— Rachid, ça veut dire que tu veux qu’on arrête de sortir ensemble ?

— Pour rien au monde, Samira. Je t’aime. C’est parce que je t’aime que je veux me rapprocher de la religion. Mes parents n’étaient pas pratiquants, c’est le moins qu’on puisse dire. Et regarde où ça les a menés.

— T’es pas obligé. Moi-même, je ne suis pas très pratiquante. Je crois en Dieu, je vais à la mosquée, mais ça va pas plus loin. Ce que je veux, c’est être avec toi, c’est tout. Et… que tu continues de m’apprendre à nager !

— D’accord, Samira, mais il va falloir songer à aller là où tu n’as papier.

— Dans le grand bain ! Comme Bonnie and Clyde !

— Ça se voit que t’as vu le film…

_______________________________________

— Nous allons faire un plan pour la banlieue. C’est scandaleux que certains parents réclament que dans les écoles, il y ait des groupes séparés de garçons et de filles pour la piscine. On va les noyer au Karcher, vous allez voir !

— Oui, qu’on leur enlève leur badge d’entrée à la piscine municipale ! Racaille !

— Déchéance de navigabilité pour tous les Laurent Gbagbo !

— Euh…

_______________________________________

— Rachid, appelle-moi. On avait rendez-vous devant la piscine samedi dernier et je n’ai plus de nouvelles.

_______________________________________

— C’est quoi ce bruit assourdissant, t’as entendu ?

— Non. Ça devait être le plan banlieue.

— Je rigole pas, j’ai entendu un truc.

— C’est ton imagination. Je te trouve un peu à cran ces derniers temps, calme-toi.

_______________________________________

— Ce soir, la France a peur. Il faut avoir peur. Car notre nation a été attaquée par un ennemi venu de l’extérieur. Un ennemi plus dangereux que le chômage, que la décroissance et la dette réunie. Plus dangereux que la petite cuillère attaquant le Flanby. (Même.) Mes chers compatriotes : j’ai peur. Ayez peur avec moi. Communion dans la peur et gouttons, ensemble, cet instant rare où jamais plus vous ne me regarderez autant comme un chef incontestable. Ayez peur. Et votez pour moi. Voilà mon programme. N’écoutez pas le Premier Ministre avec ses dérives extrémistes : moi seul vous protège contre les méchants à tête de Sith.

_______________________________________

— @GensDansLeBesoin Si vous êtes sur Paris et ne savez pas où coucher, je connais quelqu’un. #OpérationPortesOuvertesPourlesFrères

_______________________________________

— Français, nous sommes en guerre ! Les musulmans intégristes (je ne parle pas des musulmans, notez bien) nous ont déclaré la guerre. Nous sommes en guerre. Et cette guerre, vous allez la gagner. Parce qu’on va être encore plus méchants qu’eux. Il faut terroriser les terroristes. Désintégrer les intégristes. Et quand on en trouvera plus assez pour faire prout, ou quand d’autres péteront sans crier gare, nous en créerons d’autres pour que la fête contenue. C’est ainsi que je déclare l’état d’urgence. Elle nous permettra de lancer des rafles sur tout le territoire sans devoir passer par toute une paperasse ennuyeuse que tous ces gens-là de toute façon ont trop bien appris à se moquer. Et si ce n’est pas suffisant, on leur confisquera leur badge de piscine municipale ! La guerre contre les intégristes désintégrateurs non-intégrés est sans limite ! C’est la guerre !

_______________________________________

— Bonjour, c’est pour une demande d’asile. Je suis Syrien. Je parle un peu le français. J’ai Bac +4. J’ai tous les papiers… je crois.

— Désolé. On a dépassé notre quota de 24 pour l’année. Revenez l’année prochaine peut-être.

— Je ne comprends pas. J’ai des droits.

— Vous avez le droit de partir. Personne ne vous a demandé de venir.

— J’ai été chassé par les bombes…

— Pas les nôtres.

— C’est la guerre là-bas.

— Ici aussi.

— Je vois ça oui. Vous vous trompez de cibles.

— Rentrez chez vous. La foudre ne tombe pas deux fois au même endroit.

— J’ai plus d’argent. J’ai tout dépensé pour venir ici. Je suis coincé maintenant. Ça aurait été plus simple de m’accueillir et de dépenser tout mon argent dans une boulangerie, vous croyez pas ?

— Ça, c’est raciste… Tous les Français ne vont pas chercher leur baguette…

— Et tous les Syriens ne se promènent pas avec des bombes dans les poches. Qu’est-ce que c’est que ça ?

— Votre refus d’asile.

— Encore des papiers… Je suppose que je dois en faire un avion et retourner chez moi avec ?

_______________________________________

— Bonjour Serge Lama.

— Bonjour.

— Ça n’a pas l’air d’aller…

— Je suis malade.

— Ce n’est pas drôle.

— Je sais. Mais c’est la guerre qui me rend malade.

— C’est pas si grave, Serge.

— Je sais. Il est bien là le problème.

— Je ne comprends pas.

— Allah guerre, comme allah guerre.

— Serge… je…

— Ça n’a aucun sens. Voilà ce que je veux dire.

— Ainsi va le monde, Serge.

— Et c’est ça qui me rend malade. On dit « c’est la guerre » comme on dit « comment ça va ? », et puis on va faire ses courses et… On dit à nouveau « c’est la guerre ».

— Et ?

— J’ai un ami qui est mort d’un cancer la semaine dernière.

— Serge ? Ça va aller ? Je ne suis pas sûr de suivre.

— Est-ce que vous avez peur ?

— Euh, non.

— Moi non plus. Et pourtant, on meurt. Tout le monde meurt. Alors pourquoi s’amuse-t-on à dire que c’est la guerre ?

— Ce n’est pas un jeu, Serge.

— Je voulais dire… Pourquoi s’amuse-t-on à se faire peur ?

— Il faut avoir peur, Serge, c’est la guerre.

— La guerre ? Pas la mienne. Vous me recevez pour une interview, vous dites « c’est la guerre », vous allez faire votre papier, vous direz à nouveau « c’est la guerre », et puis vous rencontrerez quelqu’un d’autre pour une interview, et…

— Je vois.

— Mais vous pensez toujours que c’est la guerre.

— Oui. Quand il y a des morts, quand on est attaqués, c’est la guerre.

— Quand on meurt, c’est la guerre ? De quoi meurt-on ? Je suis malade, je pourrais en crever, est-ce la guerre ? Vous avez perdu des personnes proches récemment ?

— Heu… oui.

— Beaucoup ?

— Oui, enfin, ça dépend jusqu’à quand…

— Combien sont morts de la guerre ? Certains sont peut-être morts… terrorisés ?

— Non. Aucun.

— Vous disiez également que vous n’aviez pas peur.

— Non.

— Mais c’est la guerre ?

— Oui, contre les terroristes. Ceux qui… se font exploser.

— D’accord.

— C’est la réalité, Serge. Des gens meurent. C’est… l’état d’urgence.

— Oui, c’est comme ça qu’on appelle le nouveau plan banlieue, j’ai vu. Et le plan cancer, il devient quoi ?

— Le quoi ?

— Le plan cancer. Vous ne saviez pas qu’il y avait un plan cancer ?

— Non.

— On en parle peut-être pas assez. Le cancer, ça ne fait peut-être pas assez peur.

— Serge ?

— On n’est pas en guerre contre le cancer ? Moi si. Vous un jour aussi peut-être.

— Vous me faites peur, Serge.

— Vous ne cessez donc jamais d’avoir peur ?

_______________________________________

— Salut, tu attends depuis longtemps ici ?

— Plusieurs millions d’années, on m’a jamais laissé rentrer.

— Sérieux ? Ils laissent rentrer personne !

— Oh, si ! La peur, la terreur, le mépris…

— J’ai pu rentrer par intermittence, mais j’ai tellement de travail ailleurs… Content de vous avoir rencontré, moi, c’est La Guerre.

— Enchanté, et à bientôt peut-être. Je ne bouge pas de toute façon. Peu de chances qu’ils me fassent rentrer. Je suis Dieu.

— C’est bien ce qui me semblait. On ne vous laisse rentrer nulle part, mais j’ai souvent travaillé pour vous.

— Les gens vont finir par croire que je n’existe qu’à travers vous, c’est plutôt embarrassant.

— Tant qu’ils croient encore en quelque chose.

— Oui. Allez…

— Adieu.