Carl Theodor Dreyer

Carl Theodor Dreyer

Deux films surnagent et éclipsent tout le reste : Ordet et La Passion de Jeanne d’arc. Pourtant Dreyer, c’est aussi un incontournable du muet, qui tel Kubrick des années après, ne faisait jamais le même film. Ses premiers films en particulier n’ont rien de l’austérité qu’on lui prête souvent. Des comédies, des fresques historiques avec des éléments de thriller…

Dreyer, c’est aussi la lutte contre les préjugés, les apparences, un humour et une humanité subtile. Une scène illustrant tout ça : dans Pages arrachées au livre de Satan, Dreyer décrit une scène où des enfants jouent sous la révolution française à des tribunaux révolutionnaires et mènent un inculpé, chat, dans un terrain vague pour lui trancher la tête… Eh ben Dreyer nous épargne la scène, et nous amuse en un plan très court qui résume bien l’humour du cinéaste : le chat lors de son transfert, enfermé dans une cage traînée par une chèvre, s’évade. Amusant. Ça reste anecdotique, une petite virgule dans son film, mais voilà, ce sont ces détails qui révèlent l’humanité d’un homme, son goût pour une certaine fantaisie.

Mon classement :

 

 Liens IMDb Ma note Films de Dreyer commentés
1. Ordet, la parole (1955) 10/10 lire le commentaire
2. La Quatrième Alliance de Dame Marguerite (1920) 10/10 lire le commentaire
3. Pages arrachées au livre de satan (1920) 9/10 lire le commentaire
4. La Passion de Jeanne d’Arc (1928) 9/10
5. Les Fiancés de Glomdal (1926) 9/10 lire le commentaire
6. Le Maître du logis (Du skal ære din hustru) (1925) 8/10 lire le commentaire
7. Ils attrapèrent le bac (1948) 8/10
8. Dies irae (1943) 7/10
9. Vampyr (1932) 6,5/10
10. Le Président (1919) 6/10 lire le commentaire
11. Michael (1924) 5/10 lire le commentaire
12. Il était une fois (1922) 5/10
13. Deux Êtres (1945) 5/10 lire le commentaire
14. Gertrud (1964) 4/10
15.

 

Lien vers le site dédié au réalisateur géré par l’institut danois du film : lien.

Lien vers la rétrospective de la Cinémathèque française en 2016 : lien.