Les Bons Vivants, Gilles Grangier / Georges Lautner (1965)

Les Bons Vivants, Gilles Grangier / Georges Lautner (1965)

LesBonsVivantsLes-Bons-vivants-grand seigneur lautnerAnnée : 1965

6/10 IMDb iCM

Vu en mars 2010

Réalisation :

Gilles Grangier et Georges Lautner


Avec :

Louis de Funès, Bernard Blier, Mireille Darc

Je ne sais trop quoi penser de ces films à sketchs des années 60. C’était une manière de réunir plusieurs noms sur une affiche, mais bien souvent le résultat était inégal. Avec le temps ces films sont quelque peu tombés dans l’oubli.

Avec ces Bons Vivants, il y a des grands moments, dû parfois aux dialogues de Audiard, et parfois à la présence des acteurs (Blier et De Funès, avec à leurs côtés une tripotée d’actrices de talent). Le sujet de la fermeture des maisons closes en 1946 est forcément intéressant… Après ça… il faut bien avouer que la mise en scène de Grangier dans les deux premiers sketchs est très limitée. La direction d’acteur, il n’a pas l’air de connaître. Ça encore, il n’est pas le seul et quand on sait placer sa caméra, ou quand on a assez de matière pour faire son film au montage, on peut s’en sortir. Ce n’est pas le cas ici. Combien de fois, il nous sert des situations avec des plans trop larges où on voit la réaction de plusieurs comédiens en même temps ?… Soit la situation permet une vue d’ensemble, soit il faut faire un gros plan. Lui, il reste dans le flou, on est comme au théâtre dans une scène où les acteurs manquent d’intention et d’intensité : on ne sait pas qui regarder, donc on regarde tout le monde, si bien que tous les acteurs semblent mauvais parce qu’on les voit dans des situations de réactions non dramatiques. Le metteur en scène, il ne dirige pas seulement les acteurs, il dirige le regard du spectateur… Le rythme dans ces deux premiers sketchs et vraiment trop lent. Les dialogues d’Audiard doivent fuser ; là, souvent, c’est juste mou.

Le troisième et dernier sketch est mieux mené. Plus long que les deux premiers, il constitue une histoire à part. Ce n’est pas encore la perfection, Luis de Funès n’est pas assez tenu, faisant de temps à autres n’importe quoi. Au moins, Lautner sait où et quand placer sa caméra. L’histoire est aussi plus intéressante que les deux premières qui ne tiennent que par la situation (le jour de la fermeture des maisons closes, avec une vue de l’intérieur ; et un procès où le verbe est forcément le moteur de l’action). Tout tient grâce à Audiard en somme, et plus qu’à une histoire, on a droit à une évocation à travers deux longues séquences de 40 minutes. Alors que la seconde histoire est une vraie histoire, avec un début, un milieu et une fin. D’ailleurs, c’est comme si les deux premiers sketchs servaient de prétexte à cette dernière histoire. C’est en fait l’adaptation d’une nouvelle comme on l’apprend dans le générique d’intro, ceci expliquant peut-être cela (Audiard aurait voulu évoquer la fermeture des maisons closes à travers cette histoire, mais ça ne faisait pas un film donc il aurait fallu broder et demander à Albert Simonin de créer un — longue — introduction… Simple conjecture).

Bref, si on parle que de l’histoire, l’intérêt du film à sketch, ici, c’est de voir le personnage de Louis de Funès recréer tout autour de lui, sans s’en rendre compte un univers de maison close. C’est surréaliste, cocasse, jusqu’à la fin joyeuse, et sans doute un fantasme de ces messieurs scénaristes, nostalgiques d’un monde disparu.

Toujours dans ce dernier sketch, Mireille Darc est particulièrement agréable à voir jouer (j’ai plus du mal avec Bernadette Laffont). Dans les deux premiers sketchs, il y a également une grande blonde qui m’a tapé dans l’œil, mais son nom reste introuvable au milieu de cette enfilade d’acteurs au générique… Elle est magnifique, joue très bien (dans la limite d’une direction d’acteur et d’une mise en scène inexistante), avec une autorité naturelle, et une grande conviction… Beaucoup d’actrices de théâtre dans ces filles de joies aussi… Il faut la reconnaître la Catherine Samie…