Jean Epstein

Jean Epstein

Classement : 

8/10

  • La Glace à trois faces (1927)
  • La Chute de la maison Usher (1928)

7/10

  • Cœur fidèle (1923) *
  • Mauprat (1927)
  • Finis Terrae (1928)

6/10

  • Le Tempestaire (1947)
  • Le Mor-Vran (1930)

5/10

  • Le Double Amour (1925)
*Simples notes :
Cœur fidèle

Avant-garde évoquant plus le naturalisme d’Antoine avec des effets de surimpression assez peu convaincants. Très inspiré de La Roue.

Le Double Amour

Pas si mal fichu au sens classique, et cela pour un réalisateur pas vraiment connu pour son classicisme. Les surimpressions s’intègrent bien au récit et on retrouve tous les passages obligés des mélodrames de l’époque (fièvre du jeu, descendance cachée amenant un dénouement révélateur, ellipses temporelles donnant le vertige ou prêtant à sourire, petites balades sur la côte d’Azur et intérieurs grandioses tournés en studio dans le 93), mais j’avoue que c’est vue mille fois et que j’ai une forte aversion pour les films de casino. Alors quand en plus les personnages sont moralement plus que suspect (ils se tirent même entre eux dans les pattes et excusent trop facilement) et un truc qui me fait bondir, c’est cette manière évidente et plusieurs fois répétée que quand ce sont les gens riches qui trichent, eh ben ils pourront toujours s’acquitter, entre gentlemen, d’une petite réparation. Le « Quelle gaffe » du type du casino suspectant le joueur apprenant que c’était un riche entrepreneur et que par conséquent il ne pouvait pas avoir volé m’a fait bondir de ma chaise avec la furieuse envie de l’envoyer valser sur mon écran. Chacun sa fièvre.