Éric Rohmer

Éric Rohmer

8/10

7/10

  • Conte d’automne (1998)*

  • L’Arbre, le Maire et la Médiathèque (1993)*
  • 4 Aventures de Reinette et Mirabelle (1987)*
  • Le Beau Mariage (1982)*
  • La Marquise d’O… (1976)*
  • La Collectionneuse (1967)*
  • Le Signe du lion (1962)*
  • Nadja à Paris (1964)

6/10

  • Conte d’été (1996)

  • Les Rendez-vous de Paris (1995)*
  • Les Nuits de la pleine lune (1984)
  • Perceval le Gallois (1978)
  • Ma nuit chez Maud (1969)
  • Louis Lumière (1968 TV Movie)

5/10

  • Conte d’hiver (1992)

  • Conte de printemps (1990)*
  • Le Genou de Claire (1970)

4/10

  • L’Anglaise et le Duc (2001) *

3/10

  • Les Amours d’Astrée et de Céladon (2007)*
  • Pauline à la plage (1983)

2/10

  • L’Ami de mon amie (1987)*

*Commentaires simples :

La Femme de l’aviateur (1981)

À se demander si Marie Rivière n’est pas la seule actrice capable de rendre le phrasé de Rohmer. Si tout le monde peut trouver son bonheur chez Rohmer, celui-ci et L’Amour l’après-midi suffisent à mon bonheur. Et y a pas à dire, dans celui-ci, on y trouve une certaine obstination à traîner les séquences en longueur (non, pas comme chez Tati, mais plus comme chez Eustache si je me rappelle bien), parce qu’au fond on ne dépasse pas la vingtaine de séquences. Et cette dernière scène chez Anne dans laquelle elle accueille François en petite culotte et qu’elle passe par tous les états possibles sans se départir de sa douceur, c’est à elle seule un petit chef-d’œuvre. Rohmer étire la séquence, mais Marie Rivière fait le job comme personne. Cette femme-là on a envie de l’aimer. Alors quand on aime quasiment une femme, on ne peut que saluer honorablement, et jalousement, le film qui la met en scène.

Le Beau Mariage (1982)

Est-ce que les personnages de Rohmer ont une intelligence sociale aussi limitée ? Surprenant de voir autant d’acteurs jouer « sans » situation, de les voir toujours aussi gauches, plantés sans vie dans un lieu comme des cerveaux bavards totalement déconnectés de leur environnement. On peut difficilement imaginer direction d’acteurs aussi contraire aux principes stanislavskien-actorsstudio… (On se rapproche en revanche, involontairement sans doute, de Bresson. et c’est là que Dussolier jure un peu : il joue bien, lui, la preuve que cette absence de direction d’acteurs en est bien une. Sa scène finale est remarquable d’ailleurs, avec un texte très fourni, il arrive à rester juste et simple. Quel talent.)

La Collectionneuse (1967)

Intellectualisation de la bêtise à queue. (Moi qui croyais naïvement qu’elle collectionnait les bouquins… c’était oublier un peu vite que c’était un film de Rohmer…) Il faut avouer que c’est très bien écrit, que le petit jeu de séduction (marivaudesque) a son intérêt, mais j’ai assez peu d’appétence justement pour ce genre de problématiques (qui séduit qui, comment faire pour la séduire, est-ce que c’est contraire à ma morale…). Les retournements finaux souvent radicaux (moraux donc), ironiques, voire cynique, façon « conclusion de la fable » sont en revanche toujours amusantes.

L’Arbre, le Maire et la Médiathèque (1993)
Je pourrais écouter Luchini des heures… et là, ça y est, Luchini fait du Luchini. Mélange étrange d’improvisation et de texte. Dombasle et Gregory s’en sortent bien mieux qu’à leurs premières heures chez Ro-Ro (avec, on l’imagine, une petite dose d’autodérision lors d’une séquence amusante à la campagne. Et on échappe aux pires marivaudages. Le tout est donc plaisant.
(Intrusion dans la salle dix minutes après le début du film et reparti dix minutes avant la fin… de Dieu escorté par deux vigiles… Un vrai moulin.)
4 Aventures de Reinette et Mirabelle (1987)

Le défi le plus facile à gagner de l’histoire : jouer les muettes face à Luchini. Naissance d’un mythe peut-être, avec une Marie Rivière en délicieuse mytho, et un garçon de café… parisien.

Le Signe du lion (1958-62)

Chez Rohmer, quand on se retrouve sans toit à errer dans les rues, on dort tout de même à la terrasse du Café de Flore. Clochard, mais chic.

Premier film de Rohmer où on peut retrouver la saveur parisienne de La Boulangère du Monceau. Faut aimer voir Paris sous toutes ses coutures, avec presque à chaque séquence la description et la participation d’une nouvelle tête souvent connue (Stéphane Audran, Macha Méril…). Ironiquement, on y trouve bien une demi-heure quasi-muette, et c’est tout de même un peu trop. Je pensais jamais arriver à un point dans un film de Rohmer où il me faudra attendre avec impatience le retour des dialogues.

La morale est extrêmement cynique mais juste. Le « baron », r-assuré de devenir milliardaire, s’en va sans jeter un œil à son compagnon de galère. On n’est pas encore tout à fait dans la marivaudage (dès qu’on y trouve une femme, forcément déjà, mais on suit surtout notre lion déplumé et fauché comme les blés), plutôt dans la fable grinçante. Plaisant. (L’acteur Godard est toujours aussi amusant.)

Conte d’automne (1998)

Conte sur Marie Rivière et sur rien d’autre. Que serait Rohmer sans sa pétillante folie ? La seule capable de traduire la langue écrasante de Roro et d’avoir une vraie fantaisie, presque enfantine. Une Olive en Provence.

Un jour, aux toilettes Kant a pensé : « Au printemps, les enfants bourgeois bourgeonnent » et s’est bien gardé de l’écrire quelque part, lui. 

L’actrice qui joue Ève est sans doute le pire monstre d’incompétence vu au cours de mes années non seulement de cinéphile mais d’acteur amateur. Dans le pire cour, avec le plus mauvais prof, et avec les pires élèves possibles, on ne trouvera pas aussi mauvais. Ce Rohmer-ci pourtant n’est pas à classer parmi ses films les plus compliqués à jouer : les situations qu’elle a à jouer sont assez bien définies, elle a la chance contrairement à d’autres de faire quelque chose, et son texte n’a rien de bien compliqué, elle est pourtant incapable de dire correctement la moindre phrase. Et c’est pas de sa faute à elle (elle n’a rien fait d’autre la pauvre, et pour cause), mais bien de celui qui l’a choisie. Ah, ça, elle est jolie, faut croire que pour celui qui dirige il y a à trouver derrière cette beauté une valeur qui nous échappe et qui s’exprime foutrement mieux hors-champ.

Le reste est terrifiant d’insignifiance. Le pire de la caricature rohmerienne. Du bavardage sans fin, du badinage de pète-culs intergénérationnel, du petit jeu d’apparences anodines et sans conséquences, des fantasmes de séduction dignes de roman-photo…

L’Anglaise et le Duc (2001)

Perceval + Astrée + Céladon + l’Anglaise + le Duc = la tête à Roro. Arrête les costumes Éric, faut un minimum de savoir-faire en matière de direction d’acteurs. (Et pis, merde, coupez leur la tête à tous ces gilets blancs.)

Les Amours d’Astrée et de Céladon (2007)
Lecture de Alain Libolt entrecoupée de scènes classiques interprétées par la classe théâtre du lycée Corot à Savigny. (Feat. Marie Rivière qui fait le show dans la salle) Direction d’acteurs néant. (Marie ne peut pas tout faire, ou être partout…)
L’Ami de mon ami (1987)

Hélène et les garçons, épisode pilote.


 Lien IMDb

Filmographies et classements