Hostel, Eli Roth (2005)

Agenouille-toi à l’hostel du nanar…

HostelHostelAnnée : 2005

Liens :
IMDb  iCM
Réalisateur :

Eli Roth

5/10

Mince, c’est quoi ce film !

Ça commence comme une comédie avec d’ailleurs les comédiens qu’il faut pour ça (avec l’acteur de Men in trees), on sent que ça va déraper vers un truc louche, mais on ne sait pas encore quoi (le ton est de toute façon donné dans le générique sanglant), et dès qu’on comprend qu’ils (les joyeux Américains venus en Europe pour « baiser de l’Européenne ») vont quitter les Pays-Bas paradisiaques pour la Slovaquie (qui sort de la guerre !^^ première nouvelle !), on sent qu’on ne va pas échapper aux clichés.

Ça manque pas. Les gens de l’Est sont bien des dévoreurs d’enfants, et presque tous les gens disparus de la terre se retrouvent charcutés là-bas…

Le scénario est simpliste, mais plutôt “efficace” : une disparition, puis deux, et enfin la troisième en vue subjective du dernier qui forcément en ressortira vivant.

C’est la scène de sodomie dans la cave de Pulp Fiction[1] qui tourne en boucle, sans possibilité de sortie (un peu avec une sorte de principe “sawien” dans lequel tout semble déjà joué), parce que c’est le “sujet” principal du film. (D’ailleurs Tarantino semble avoir participé à la production du film : le mélange des genres lui a certainement plu, ou sinon il a eu une mauvaise expérience avec les bigmacs en Slovaquie…).

Dans des films ouvertement de divertissement que sont les films gore comme Saw, au moins c’est clair, on s’embarque dans un bateau fantôme pour se faire peur. Là, il y a la même incertitude que dans Meurtre à la moissonneuse batteuse (ou je sais plus le titre). Mise en scène crue, distante et surtout super réaliste : c’est pas une animation dans un parc de Disney land, on est en Slovaquie, on est chez les dévoreurs d’enfants ! C’est donc d’autant plus flippant, mais ça fout aussi mal à l’aise… L’organisation secrète (qui me rappelle le film « 13 »), le fait que rien ne soit jamais expliqué ou si peu, le fait que ce soit dans un autre pays que les USA… c’est vraiment déroutant. Et en plus, on a toujours jusqu’à la fin ce dernier personnage au départ “comique” qui fait qu’on a toujours du mal à croire toutes les horreurs qui lui arrive.

Comme quoi le cinéma a encore de quoi nous surprendre… Et pas forcément en bien.


[1] Pulp Fiction