Jean Negulesco

Jean Negulesco 

 

8/10

  • Humoresque (1946)*

7/10

  • Rien n’est trop beau (1959) … commentaire
  • Three Strangers (1946)
  • Le Masque de Dimitrios (1944)
  • Comment épouser un millionnaire (1953)

6/10

  • La Femme aux cigarettes (1948)

 


*simples notes :

Humoresque 1946

Rarement on aura vu un duo de stars aussi bien éclipsé par une partition musicale (Isaac Stern au violon et sans doute pas pour rien dans les choix musicaux assurant une dynamique folle et des morceaux mettant à l’honneur sa virtuosité – toutes les autres films avec des violons paraissent d’un coup ronronnants et fades) et un second rôle (Oscar Levant en génial contrepoint comique dont chaque réplique pleine de cynisme éclairé vole à chaque fois la vedette à ses partenaires ; sans compter qu’il joue également sa propre partition au piano).

Le scénario n’a rien de bien original, mais toute la saveur du film réside dans la puissance de ces à-côtés. Le reste est de facture plutôt classique avec quelques éléments noirs, il annonce presque Sang et Or, une réplique suggérant à l’attention de John Garfield qu’il a plus l’allure d’un boxeur que d’un violoniste.