Cyclo, Tran Anh Hung (1995)

Cyclo

Xích lô Année : 1995

6/10  IMDb

Réalisation :

Tran Anh Hung

Force un peu le bonhomme.

Un talent certain pour la mise en image, la direction d’acteurs, l’atmosphère, la capacité à créer des situations non dialoguées, à décrire un environnement, à saisir des instants exclamatoniques, mais voilà, y a des fausses notes qui auraient déjà dû être coupées au montage. Surtout dans l’écriture, c’est trop dense. Si toutes les lignes dramatiques tiraient dans le même sens, ce serait intéressant, mais ça explore beaucoup trop de pistes, et ça se ressent au niveau de l’unité.

Ça commence formidablement comme une chronique naturaliste, perso j’aurais pu suivre ce cyclo-là deux heures. Et pis, Tran Anh Hung veut à tout prix user de vues en plongées, brûler quelques éléments de décors, montrer deux ou trois meurtres bien sanglants et jouer comme les mômes avec les pots de peinture…

Voilà. Les fausses notes, c’est à ça qu’on reconnaît les petits talents. À la longue.

Il y a bien cinq minutes de epileptic trash sur la fin, et ça c’est à gerber. Je ne viens pas voir un film pour qu’il me foute la migraine.

(15 dans la salle. C’est triste les vendredis soirs pluvieux : tout le monde préfère aller aux guinguettes des bords de Marne.)