Mario Bava

Mario Bava

Classement : 

8/10

  • La Fille qui en savait trop (1963)

7/10

  • Six Femmes pour l’assassin (1964)

6/10

  • Les Trois Visages de la peur (1963)
  • La Ruée des Vikings (1961)

5/10

4/10

3/10

  • La Baie sanglante (1971)
  • Opération peur (1966)

2/10

  • Les Chiens enragés (1974)

1/10

Article :

Notes simples :

La Rue des Vikings (1961)

Assez bluffé par la maîtrise technique de Bava en matière de montage, d’action et même de direction d’acteurs (vu l’extrême hétérogénéité du casting dans ce genre de productions). C’est beaucoup moins ridicule qu’on pourrait le craindre, vu que ça reste finalement assez réaliste (si on compare à tous les films “historiques” fantaisistes de l’époque tels que les péplums de Corbucci, par exemple, présentés il n’y a pas si longtemps à la Cinémathèque). Seulement, si la tenue générale est bonne, on trouve toujours une réplique ou une situation qui fait tout capoter et irrémédiablement sourire.

Les Trois Visages de la peur (1963)

Il n’y a guère que le troisième et dernier sketch qui vaut réellement le coup. Le premier avec Michèle Mercier est principalement décoratif (le huis clos échoue assez rapidement à monter en intensité, faute peut-être à une entrée en matière trop rapide : ça commence fort avec les menaces, et les explications ne tardent pas à apparaître). Le second est une fantaisie laborieuse qui semble n’avoir été faite que pour faire tourner Boris Karloff. Enfin, le troisième est un étonnant mélange d’épisodes d’Hitchcock présente, de La Quatrième Dimension et des Contes de la crypte : le genre d’objets qui s’attaque à notre inconscient (et à nos petites superstitions) et qu’il faut éviter de montrer à de jeunes spectateurs.