Les Indispensables du cinéma 1914

Les Indispensables du cinéma 1914

Introduction, principes et index

< Les Indispensables du cinéma 1913 | Les Indispensables du cinéma 1915 >


Au programme :

La mode des séries continue, avec toujours Fantômas, mais aussi Les Exploits d’Elaine (ou Les Mystères de New York ou The Perils of Pauline, on n’y comprend plus grand-chose). Avant d’être envoyé sur la côte est des États-Unis où il tournera Fille de pirates, Maurice Tourneur réalise en France un petit film d’horreur : Figures de cire.

Les studios italiens imposent leurs superproductions épiques grâce à Cabiria, ce que Griffith ne manque certainement pas de voir d’un coin de l’œil alors qu’il gonfle lui aussi son format en passant au long (et avant Naissance d’une nation) avec Judith de Béthulie.

Pendant que Griffith regarde ailleurs, Mary Pickford s’émancipe et part travailler pour la Famous Players Film Company, ancêtre de la Paramount, avec laquelle elle tourne Cendrillon et Tess of the Storm Country : elle deviendra la plus grande star du muet avec Charlie Chaplin… Chaplin, lui, n’est pas encore Charlot (du moins the tramp, car à l’export, il l’est déjà avec Charlot papa) et s’éclate avec Roscoe Arbuckle ou Mabel Normand pour le compte de la Keystone (The Rounders, Charlot concierge, His Trysting Place…).

Le cinéma commence à prendre ses quartiers sur la côte Ouest, pas encore à Hollywood, mais le climat y est idéal pour le western qui devient un des genres les plus populaires du cinéma : 1914 voit les débuts de William S. Hart dans Le Serment de Rio Jim ou ceux de Cecil B. DeMille à la réalisation avec The Squaw Man.

Avant que Hollywood s’impose comme leader de la machine à rêve, en dehors des pôles français ou italien, c’est grâce aux pays scandinaves que le cinéma fait aussi rêver (les films de Benjamin Christensen ou de Urban Gad). En Russie, Yevgeni Bauer compose des drames sophistiqués qui seront longtemps méprisés par le futur pouvoir soviétique.

 

Det hemmelighedsfulde X


  • 1.  Cabiria, Giovanni Pastrone 55 352 pts  

(pas de sous-titres)

 

 

 
 

< Les Indispensables du cinéma 1913 | Les Indispensables du cinéma 1915 >

 

Les indispensables de 1914 commentés :
 

Les 365 westerns à voir avant de tomber de sa selle :