La Rue de la honte (1956) Kenji Mizoguchi

La fin du paradis

Akasen chitairue de la honte mizoAnnée : 1956

8/10 iCM IMDb

Réalisation :

Kenji Mizoguchi

Avec :

Machiko Kyô, Aiko Mimasu, Ayako Wakao


— TOP FILMS

Listes :

Limguela top films

MyMovies: A-C+

Limeko – Japanese films

Étonnant rapprochement avec Suzaki Paradise[1]. Les deux sont tournés la même année, adaptés de deux romans du même auteur (Yoshiko Shibaki, lauréate du prix Akutagawa en 1941[12]) et semblent parler du même quartier de prostituées à Tokyo. Le film de Kawashima reste à la porte du « paradis », comme une sorte de purgatoire, le bar se trouvant juste en face du pont menant au quartier, alors qu’ici on y est en plein dedans. Parmi tous les films de prostituées sur cette époque, c’est sans doute le plus cruel, le plus dur, le plus déprimant.

Le film dépeint la vie de quatre ou cinq prostituées, dans une maison d’un de ces quartiers, en plein débat sur l’interdiction au parlement japonais de la prostitution. Mizoguchi était un « client » et avait entretenu des rapports avec des prostituées, mais la description n’en est pas pour autant flatteuse, au contraire. Entre la femme mariée obligée d’entrer dans la maison pour nourrir son mari et son enfant ; les vieilles prostituées qui cherchent en vain un habitué pour se « caser » ; la pin-up venant de sa province qui regarde des films de Marilyn Monroe et qui manque de mettre son père dans son lit ; la mignonne manipulatrice qui roule un client, comme son père a lui-même été ruiné, pour réunir assez d’argent pour monter une affaire loin de la prostitution (jouée par Ayako Wakao, l’infirmière dévouée de LAnge rouge[3], la muse de Masumura) ; la mère, que son fils surprend dans la rue à racoler le client ; et enfin la gamine placée par ses parents pour ramener de l’argent, et qui va devoir vendre sa virginité… Le cauchemar. La même désespérance que dans Suzaki Paradise, sauf que là, au lieu de voir les papillons retomber après s’être brûlé les ailes, on y est au cœur. Le monde cruel et infernal, n’est pas seulement regardé de l’extérieur avec un mélange de crainte et de fascination, comme un chat qui attend tous les soirs à la même heure la sortie des poubelles ; non, on y est. Les deux faces d’un même problème.

La musique est bien trouvée. Pas de violons attendrissant, mais au contraire une musique moderne bien grinçante qui sonne comme un film d’épouvante. L’image de fin est saisissante avec la gamine osant à peine aguicher le client, avec en fond, ces notes de musiques affreusement dissonantes… Dernier plan de la carrière du maître. Qui semble nous dire : je m’en vais, débrouillez-vous maintenant avec ça. Flippant. Et en effet, la question de la prostitution au Japon, en particulier de la prostitution enfantine, n’a jamais été résolue. Non pas parce que comme partout ailleurs, on ne peut pas arrêter les dernières formes possibles de prostitution, mais parce que non seulement les usages et les structures non pas changés tant que ça, mais surtout les mentalités elles non plus n’ont pas évolué.


[1] Suzaki Paradise

[2]http://www.senscritique.com/liste/Laureats_du_Prix_Akutagawa/332997#page-1/↵Et pour plus d’infos sur son travail, son entrée dans le livre Japenese Women Writers dont quelques pages sont disponibles :

http://books.google.fr/books?id=q9eFckEQAMkC&pg=PA353&lpg=PA353&dq=Yoshiko+Shibaki&source=bl&ots=31MIunjxUt&sig=kpG2mA5LFXH47o0EVGIuVLc-C3M&hl=fr&sa=X&ei=_r_OUrrSHciV0AWHhoBQ&redir_esc=y#v=onepage&q=Yoshiko%20Shibaki&f=false

(Ni La Rue de la honte ni Suzaki Paradise ne semblent être citées dans ce bouquin toutefois)

[3] LAnge rouge