Limguela Top Films – Page 7, Les classiques de seconde classe, séries B fortement appréciées, œuvres de grands cinéastes de second plan, notés 9/10

Menu

Pages

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 |

Les classiques de seconde classe, séries B fortement appréciées, œuvres de grands cinéastes de second plan, notés 9/10


 

L’Adieu aux armes, Frank Borzage

La Femme et le Pantin, Josef von Sternberg

Show Boat, James Whale

Le Marquis de Saint-Evremond, Jack Conway et Robert Z. Leonard

J’ai le droit de vivre, Fritz Lang

La Rue rouge, Fritz Lang

Beau Geste, William A. Wellman

Convoi de femmes, William A. Wellman

Ma femme est une sorcière, René Clair

La magie de Veronica Lake, c’est 1m51 de bonbon acidulé derrière une robe en mousseline qui crisse sous nos yeux. À sucer des yeux. 

Le Danseur du dessus, Mark Sandrich

Gilda, Charles Vidor

Acte de violence, Fred Zinnemann

Pandora, Albert Lewin

 

Histoire de détective, William Wyler

Soupçons, Alfred Hitchcock

Les Oiseaux, Alfred Hitchcock

Le Dahlia bleu, George Marshall

Le Dahlia bleu, George Marshall

Femme ou Démon, George Marshall

La Femme qui faillit être lynchée, Allan Dwan

Rawhide

L’Attaque de la malle poste, Henry Hathaway

Exemple parfait d’anti-western, à la fois western noir, huis clos, film d’otages. noir et blanc contrasté, profondeur de champ… Suspense garanti.

Le crime était presque parfait, Michael Curtiz

Si l’on mariait Papa, Frank Capra

Le Jour où la Terre s’arrêta, Robert Wise

Le Grand Couteau, Robert Aldrich

 

Men in War, Anthony Mann

Théâtre d’ombres et de carcasses fumantes. Personne n’obéit aux ordres. Seule la mort gouverne sur ce seuil.

L’Énigme du Chicago Express, Richard Fleischer

Barabbas, Richard Fleischer

Les flics ne dorment pas la nuit, Richard Fleischer

Carnet sociologique d’une justesse de ton remarquable. Film qui devrait figurer dans le catalogue du National Film Registry. Très bon matos.

The Intruder, Roger Corman

Miracle en Alabama, Arthur Penn

Les êtres solitaires, sans capacité d’empathie, sans goût pour l’aide désintéressée et gratuite envers autrui, finissent par disparaître.

Le silence est d’or, René Clair

Marius, Marcel Pagnol

Fanny, Marcel Pagnol

Le Corbeau, Henri-Georges Clouzot

Quai des orfèvres, Henri-Georges Clouzot

Bob le flambeur, Jean-Pierre Melville

Cléo de 5 à 7, Agnès Varda

Jules et Jim, François Truffaut

Huit Heures de sursis, Carol Reed

Cendres et Diamant, Andrzej Wajda

Crise, Ingmar Bergman

Premier film sur l’amour d’une mère et de sa fille. Un thème pas si courant au cinéma. Déjà une pleine réussite pour Ingmar. 

Rêve de femmes, Ingmar Bergman

Ansiktet

Le Visage, Ingmar Bergman

Ainsi fond fond fond, le masque envoûtant des apparences… Duel quasi-ogival entre le visage d’une science miraculeuse et une autre, moderne.

Le Cri, Michelangelo Antonioni

La pire des quêtes sans doute, qui nous initie à la dernière des réalités : celle de la vacuité du monde et de nos existences.

Bellissima, Luchino Visconti

Rocco et ses frères, Luchino Visconti

Cyclone à la Jamaïque, Alexander Mackendrick

Récit d’un propriétaire, Yasujirô Ozu

Le Duel silencieux, Akira Kurosawa

Une lutte bien plus pour la dignité que contre la maladie. Mifune tout en retenue : un silence, une gueule impassible, et on a tout compris. 

À l’approche de l’automne, Mikio Naruse

 

Une histoire de femme, Mikio Naruse

 

A Fugitive from the Past

Le Détroit de la faim, Tomu Uchida

Une fuite, un magot, une nouvelle vie… Et un passé qui se faufile à travers les failles laissées par les premières preuves d’honnêteté. 

Kill, la forteresse des samouraïs, Kihachi Okamoto

Le grotesque et ses vertus. Un sabre peut charcuter l’air et les gorges, les meilleures tranches restent celles qui vous plient en deux.

Kwaidan, Masaki Kobayashi

Jeunesse du Japon, Masaki Kobayashi

 

Pages

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 |