America, America, Elia Kazan (1964)

Elia, Elia

 America, America, Elia Kazan (1964)
9/10

iCM  IMDb 

 

— TOP FILMS

Listes :

Limguela top films

MyMovies: A-C+

Réalisateur Elia Kazan
Année 1964
Avec Stathis Giallelis
Vu le 7 septembre 1995 B, puis janvier 2011 B+

Journal d’un cinéphile prépubère : 7 septembre 95

Une fresque étonnante où le héros cherche à tout prix à aller en Amérique pour lui et sa famille. Dans ce « walk-movie », toute l’attention du spectateur est attirée par la détermination du personnage à se relever après ses nombreux échecs. De sa souffrance naîtra une implacable humanité et une envie de demeurer toujours juste. Les moments forts du film sont liés aux épisodes les plus cruels dans lesquels le spectateur souhaiterait un autre développement pour le héros. Comme quand il se fait voler tous ses biens remis par sa famille par un escroc. On ne peut ôter de sa mémoire, l’image de cet escroc sur l’âne, celui qu’il a injustement dépossédé, et notre héros, impassible, affrontant humblement l’injustice avant de tuer celui qui se faisait passer pour son frère. Ou comme quand il offre ses chaussures à un autre migrant, quand il rencontre l’Américaine, ou quand son ami meurt et lui permet ainsi de prendre sa place.

America, America, Elia Kazan (1964) Athena Enterprises, Warner Bros.

Quand le destin lui sourit, c’est quand il ruse à son tour. Et il ne demande alors que le prix du billet pour l’Amérique. L’imposture est magnifique, mais cet escroc là, on ne peut lui en vouloir. Il ne cherche pas à faire plus de vagues qu’il pourrait en faire.

C’est presque une fresque biblique. Le héros est bon, simple, animé d’une idée fixe. Ambitieux, têtu.

Magnifique et « initiatif ». « Je suis peut-être nu, mais je continue à marcher. Je trébuche peut-être, eh bien je ramperai. L’Amérique, l’Amérique, je veux l’avoir, et je l’aurai.