Le montage-séquence Page 3

Cinéma en pâté d’articles

Le montage-séquence Page 1  |  2  |  3  |  4  |  5

 
The life and death of 9413, Robert Florey et Slavko Vorkapich (1928)

Slavko Vorkapich était donc maître en la matière. Ce court est impressionnant au niveau du montage (moins au niveau du contenu) et Vorkapich travaillera comme monteur le reste de sa carrière. On peut voir un extrait exceptionnel de son travail sur le film The Furies d’une séquence coupée au montage :

Ou là :

La Splendeur des Amberson, Orson Welles (1942)

Citizen Kane en est rempli, mais pour illustrer les séquences d’introduction assez commune surtout pendant l’âge d’or du cinéma, l’intro de la Splendeur :

Le génie de Welles étant ici, tout en faisant un montage-séquence, d’arriver à proposer à l’intérieur même de ses plans, des plans séquences dans lesquelles, comme sur un split screen, et à la manière d’un calendrier de l’Avant, prennent place de micros événements : le montage ne se fait plus par découpage des plans, mais comme au théâtre par décomposition de la scène (d’où l’intérêt d’une grande profondeur de champ).

Dracula, Francis Ford Coppola (1992)

Coppola vient naturellement après Welles. Le même goût pour la composition narrative, la même sophistication des images. Un resserrement des plans, jusqu’à l’emploi enivrant des surimpressions, qui est un magnifique hommage au cinéma muet.
Comme dans cette séquence d’absinthe (qui répond à la scène de l’Alka-Seltzer de Taxi Driver :

Coppola donne l’impression de regarder ses séquences à la loupe. Le temps y est ralenti, les détails nombreux voire surchargés, ce qui lui permet d’utiliser un tel procédé pour une seule scène et non pour accélérer le temps dans une transition. Le montage-séquence ici sert moins à resserrer des événements dans le temps pour leur donner le même sens qu’à focaliser son attention sur une scène fondamentale dans son récit. C’est tout l’enjeu de la mise en scène : mettre en évidence ce qui a de l’importance, donner du relief à son récit.

On retrouve de nombreux exemples dans ce film (l’intro par exemple, qi servira de modèle à l’introduction du Seigneur des anneaux) :

 

Le montage-séquence Page 1  |  2  |  3  |  4  |  5