Aparajito / L’Invaincu, Satyajit Ray (1956)

Le Pire contre-attaque

 Aparajito L'Invaincu, Satyajit Ray (1956)
Note : 9

Lien iCM L'invaincu (1956) on IMDb 8,1/10

 

Listes :

Limguela top films

MyMovies: A-C+

Liens internes :

— TOP FILMS

Le top des films de Satyajit Ray

Les films commentés de Satyajit Ray

Réalisateur Satyajit Ray
Année 1956
Avec Smaran Ghosal, Kamala Adhikari, Lalchand Banerjee
Vu en juin en 2008  B+

Dur, dur… l’acte II d’une trilogie est toujours le plus dramatique*.

*sauf dans une tragédie où bien sûr on ne pourrait concevoir le dénouement, donc l’acte III, souvent sanglant, comme une libération.

L’Invaincu n’atteint pas toutefois les sommets du premier volet. L’originalité de la trilogie, c’est que si Apu fait le lien entre les trois films, il n’en est pas l’élément le plus émouvant. L’émotion, est bien au cœur de la trilogie, mais elle est paradoxalement suscitée par des personnages qui disparaîtront d’un film à l’autre. Apu en est en quelques sortes le seul rescapé. Dans le premier, on suivait avec admiration sa sœur Durga ; dans le second c’est sa mère. Et à chaque fois, ça se termine par un drame. (Attention, je ne m’applique comme souvent qu’à retracer les éléments essentiels de la trame, donc pour ceux qui veulent voir, un film vaut mieux qu’un commentaire.)

Le début commence donc là où on en était resté. Apu, sa mère et son père, ont rejoint la grande ville au bord du Gange où le père récite des textes pour gagner un peu d’argent. On a quitté la jungle, c’est un premier choc, et surtout on sent le vide laissé par Durga. Jamais on en parle, on ne peut pas ne pas y penser, parce qu’elle était le cœur d’un film précédent. Et le deuil, l’absence, est dur à vivre… Apu a grandi, ça déprime un peu plus. Il n’a plus le même regard innocent, et il semble avoir gagné un peu du vice de la ville… Si on adhérait aux petits péchés véniels de sa sœur parce qu’ils représentaient une révolte face à l’injustice, parce que ça partait d’une intention de préserver ce qui allait disparaître (le passé, la mémoire familiale, la tante), ici c’est plus difficile d’y voir quelque chose de positif. On craint de voir Apu suivre plus les traces de son père, que celui de sa sœur. C’est pourquoi on espère tant voir sa mère reprendre ce rôle de guide.

Le sort s’abat très vite à nouveau sur la famille. Cet imbécile de père tombe malade, sans doute à cause de l’eau du fleuve. Jusqu’à son lit de mort, il persistera dans sa bêtise en réclamant un peu de cette eau… Apu et sa mère doivent suivre un oncle dans un coin un peu plus reculé du Bengale. Ce n’est plus la jungle mooglienne, mais c’est toujours mieux que la crasse et le vice de la ville. Une autre vision du Bengale : celle d’un plateau un peu désertique avec trois ou quatre palmiers et une maison modeste. Pas loin, bien avant l’horizon, la ligne de chemin de fer. Tout un symbole par rapport au premier opus. Et une école aussi. La première partie de ce second volet se termine par ces mots d’Apu à sa mère : « ma, je peux aller à l’école ?! » Et oui, l’école, c’est quand on y va pas qu’on veut y aller, et c’est quand on y va qu’on ne veut plus y aller… En fait le meilleur apprentissage qu’on pourrait donner à nos enfants pour prendre le goût de l’école serait de les interdire d’y aller, quelques temps, quand tous les autres auraient le « privilège » de s’y rendre. Tout le monde irait en courant, et peu importe la tête du professeur…

Brutalement, on passe plusieurs années… Nouveau drame. Après avoir perdu Durga, le père, c’est l’acteur qui jouait Apu, remplacé par un autre… Toujours un exercice périlleux, et un effort d’identification pas facile à gérer pour le spectateur. Heureusement qu’il reste les petits cris de la mère pour appelé son petit… Après les innombrables « Durga ?! » dans le premier, place désormais à des « Opu ?! Opu ?! ». De quoi bien nous mettre dans le crâne que c’est bien lui, même avec une nouvelle tête…. (De quoi comprendre pour moi que ce qui me fascinait dans ces petits piaillements de la mère appelant sa Durga, c’était plus la beauté d’une mère montrant l’affection qu’elle portait à son enfant. Parce que ça me fait le même effet qu’avec Apu… Ma mère ne m’a jamais appelé comme ça… Le ton employé faisait plutôt penser au cri d’une sorcière ou à un colonel d’inquisition. Il y a parfois plus d’amour exprimé dans un film que dans la réalité — on choisie pas sa galère.)

Apu devient grand. Il a suivi les cours de l’école voisine, il y a réussi (au moins son père lui avait appris à lire et à écrire). Et il se prépare à aller à Calcutta pour poursuivre ses études. La mère hésite à le laisser partir, parce que pour elle ça signifie rester toute seule (toujours plus appréciable que des parents qui vous demande de dégager arrivé l’âge de la majorité et qui ne montrent qu’un soulagement libératoire quand ils vous voient partir comme s’ils venaient enfin à bout d’un lourd crédit). Elle fait ce que toute mère fait à cet instant : elle se résigne, suit à contre-cœur la volonté de son fils, et lui donne l’argent qu’il lui reste pour ses études (il y a dans le règne animal d’autres exemples d’espèce qui se sacrifie jusqu’à la fin pour leur progéniture). Si Apu ne se montrait pas à la limite de l’ingratitude, on serait incapable de comprendre la valeur de ce sacrifice, et au contraire, on aurait pesté contre ces bons sentiments. L’antipathie qu’on peut éprouver pour Apu parfois est très utile dans le processus cathartique du spectateur : en montrant l’opposition extrême des comportements, on en comprend mieux les enjeux, quand une absence totale de conflit, d’opposition, de tort, aurait été agaçant comme face à un vendeur de voiture cherchant à tout prix à nous vanter les vertus de son produit. J’ai un moment eu peur toutefois que le récit tourne à l’injustice à la America America quand les campagnards partent vers un monde meilleurs et se font voler l’argent que leur a donné la famille… Heureusement, ça n’arrive pas. La suite est assez déprimante ; j’avais été mal pendant trois jours après le film de Kazan…

Comme à l’habitude, les parties du récit qui concerne Apu sont les moins attachantes. Il arrive en ville, doit travailler la nuit pour payer sa chambre. Heureusement, Ray a l’intelligence de ne pas insister là-dessus. Le plus émouvant encore une fois va concerner, un autre membre de sa famille. Et généralement, c’est pas bon signe pour le karma du membre en question. On revient donc vers la mère qui déprime dans sa campagne, seule. Bien sûr… les drames n’arrivent jamais seuls… : une femme qui perd son mari, sa fille et qui voit son fils entrer dans la vie est forcément seule… Elle semble attendre quelque chose à l’ombre de son arbre, on pense à Siddhārtha en quête de la Vérité. Elle se laisse comme mourir, sans manger, en regardant les trains passer. Et quand le train s’arrête enfin, elle retourne à la maison, pour faire croire à son fils qu’elle ne l’attendait pas. Mais si certains arrivent à jouer l’indifférence toute leur avis sans effort, elle montre tout de suite à son fils que cette visite est ce qu’il y a de plus précieux pour elle.

Apu vient la voir pour les vacances. Comme chaque enfant, il fait croire à sa mère que ça l’ennui de venir et il prévoit de repartir très vite. La veille de son départ, il demande à sa mère de le réveiller au levé du soleil pour qu’il ne rate pas son train. Le lendemain, sa mère regarde l’aube naissante et hésite à le réveiller. Elle sait que s’il part, il y a de grande chance pour qu’elle n’y survive pas. Elle tente de le réveiller ; Apu ne se réveille pas. Elle semble décidée à le laisser dormir mais en reculant elle se cogne contre la porte ce qui réveille son fils… Magnifique illustration en une scène du dilemme auquel doit faire face un parent à l’égard d’un enfant : le cœur voudrait crier encore le nom de son enfant pour le ramener à lui, mais la raison dit tout le contraire. Au cinéma, il est toujours plus émouvant de voir un personnage retenir ses larmes que de pleurer, et il est plus émouvant de voir un parent réprimer ce cri du cœur que de dire à son enfant qu’il l’aime comme on lui dirait « passe-moi le sel ». Le fils part en courant sans penser à dire au revoir à sa mère. Il arrive à la gare. Son train arrive. Il est pensif, on voudrait croire qu’il pense à sa mère sans avoir osé lui dire. Et il revient auprès de sa mère en disant qu’il est arrivé trop retard pour attraper son train. Il restera un jour de plus. L’omniscience permet un montage alterné des consciences et des états d’âme. Aucune émotion palpable entre les deux protagonistes, mais nous on sait, et on est émus pour eux. Un train peut bien arriver à l’heure prévue, on en rattrapera un autre. Le temps se rattrape. Les cris d’amour, eux, restent sourds, et on a toutes les chances de les manquer surtout quand le chef de gare prétend (à contre-cœur) que la gare est déserte. Qu’est-ce qui est le pire : voir passer les trains ou les voir s’arrêter pour s’entendre dire qu’ils ne prennent plus de voyageur. On n’a pas l’omniscience des dieux.

La dépression des parents au départ de leur enfant est un fait connu. Pourtant, c’est un sujet assez rare au cinéma. Alors, quand il est question en plus de cette mère qu’on a appris à aimer depuis le premier épisode, c’en est d’autant plus émouvant. L’interprétation est excellente. L’actrice reste digne, la tristesse du personnage reste imperceptible. On ne la voit pas, on la connaît. On n’a pas affaire à un personnage qui se tord de douleur, qui pleure comme un chacal en se ruant par terre, en suppliant son fils à genoux de rester (comme aurait pu le faire la vieille tante). Elle ne dit rien, elle fait toujours ce qu’il y a de mieux pour son fils, mais chaque geste est comme un signe quand on peut les voir trahissant son émotion. Elle continuera d’attendre des nouvelles de ce fils ingrat qui comme son père dans La Complainte du sentier ne lui écrivait jamais. Jamais elle ne lui écrira qu’il lui manque ou qu’elle est malade. La seule lettre que recevra Apu à Calcutta sera une lettre lui apprenant que sa mère est malade… Et quand il vient enfin pour la rejoindre… comme son père arrivant à la fin de la mousson dans le premier film, tout est déjà fini. Sa mère est morte. Non seulement on ne verra pas sa mort (on l’a suffisamment vu agonir et c’est plus fort de la deviner) mais on ne verra même pas son visage au retour d’Apu, ce qui augmente l’impression de vide, de manque… Et c’est à nous de nous sortir orphelin… La mère d’Apu, c’était la dernière actrice restant du premier film. C’était finalement devenu à cet instant le personnage principale du film… et comme à la fin du premier acte, le récit coupe la tête de son meilleur élément. Les tragédies se succèdent, et Apu en réchappe à chaque fois. Le procédé se répète et il est efficace. À la fois tragique et insupportable. Un peu comme chez De Sica, on perçoit l’injustice, et elle est d’autant plus forte que les personnages ne se plaignent pas. Pourquoi nous laisser nous attacher autant à des personnages, si c’est pour nous les enlever aussitôt ? Parce que ce n’est pas la trilogie d’Apu mais la nôtre. Elle nous apprend que la vie est une succession de disparitions qui ne verra sa fin que quand arrivera notre tour. Tout comme Apu, si on est là, c’est qu’on a survécu, jusque là.

Ça fait deux fois que Ray fait le coup. À la mort de la sœur, succède celle de la mère. Il faut tenir le coup, parce que si le troisième acte suit le même principe, Ray aura notre mort, enfin… celle d’Apu. J’espère qu’il y aura un peu d’espoir dans ce dernier acte. Après tout, il peut bien crever Apu : s’il se marie, j’aime autant que sa femme lui survive. Les hommes ne peuvent pas être éternellement des goujats et des survivants.

Adieu donc Sarbajaya, maman au regard calme et bienveillant. Ta petite voix d’oiseau inquiet, signe d’amour et de fermeté envers ta progéniture restera pour moi comme le nid réconfortant auquel chacun de nous a droit. Ce cri était un peu pour nous. Il n’y a rien de plus honnête, de plus gracieux, de plus beau, de plus sûr, de plus gratuit, sur terre, que l’amour d’une mère — s’il y en a.

Le cinéma nous accompagne dans notre vie, nous en apprend un peu plus sur nous-même. Mission réussie. Retour au port. Prochaine escale : Le Monde d’Apu.