L’art de la chute

Les capitales

Éducation

pensée à la con #34432

Quand un enfant trébuche, est-ce qu’il pleure parce qu’il a mal ou parce qu’il a honte ? À quel âge a-t-on suffisamment de recul pour comprendre que s’il y a un « mal », c’est celui que l’on place dans le regard de l’autre et que ce regard, c’est à nous de l’apprivoiser ? Celui qui se prend les pieds dans le tapis et ne blesse que son amour propre doit apprendre à en ressortir grandi et sans honte si toutefois il sait trouver immédiatement en lui le recul nécessaire pour ne pas s’assujettir au regard de l’autre.

Quel peut être ce détachement sinon l’humour ?

L’humour n’est-il pas le signe le plus élémentaire d’intelligence ? On rit de celui qui tombe et qui prend sa mauvaise fortune comme un drame. Mais celui qui se relève aussitôt, arrive à en plaisanter avec le plus parfait détachement, et non pas « à faire comme si de rien était » mais à repartir réellement en passant à autre chose, celui-là, on le respecte pour sa capacité à se détacher de lui-même, à ne pas s’apitoyer, à ne pas fléchir au moindre écueil. Un enfant qui comprend ça est déjà grand. Et certains grands demeureront toujours petits.

Mais l’art de la chute, ou du détachement de soi, parce que oui c’est un art, comme tous les arts, il s’apprend. C’est en l’exerçant qu’il se perfectionne.

Il faudrait apprendre à trébucher dans des écoles où ceux qui rient ne sont pas ceux qui regardent mais celui qui chute. Chacun devrait alors juger l’autre en sa capacité à se détacher de lui-même. À rire d’une chute, ou à en rester indifférent. Princes de toutes autorités devraient ainsi s’y plier. Parce que là seule autorité véritable est celle du cœur (violons).

La honte, c’est une peur du regard de l’autre, une peur qui bouillonne en nous et qui attend son heure avant de jaillir à la moindre catastrophe (parfois même à la moindre occasion). Elle nous fragilise un peu plus si on est tenté de la contenir au lieu de la laisser s’échapper : mettre à l’épreuve cette honte, l’apprivoiser, la démystifier, c’est apprendre à regarder au-delà de soi, à tendre vers l’humilité des petites âmes qui ne prennent rien trop au sérieux, c’est l’interdire de grandir en nous avant qu’elle ne devienne un monstre incontrôlable auquel on serait devenu captif.

Il y a de la noblesse dans la chute. Seulement quand offerte au regard d’autrui, elle est suivie d’un rebond. Il n’y a pas un homme qui ressemble moins à un autre homme que quand il trébuche. Mais aucun homme ne se relève comme un autre. La noblesse est bien dans la capacité des êtres qui exposés au regard de leurs semblables font montre, au mieux d’humour, au pire d’un simple détachement désintéressé.

Apprendre à se détacher de soi n’aide-il pas à se rapprocher des autres, se mettre à leur place, les comprendre, les accepter tels qu’ils sont… C’est en cela aussi qu’on respecte ceux qui quand ils tombent ne s’enferment pas en eux mais se rapprochent au contraire de nous.

Alors chutons. Apprenons à nous prendre les pieds dans le tapis, à glisser sur des peaux de banane. Se vautrer est une chance. Celle de prouver à nos contemporains qu’on peut mieux que personne nous relever. Pour les rejoindre. Ceux qui s’y refusent sont des imposteurs. Ils préfèrent jeter des peaux de bananes pour ne pas à avoir à s’y laisser prendre, et profiter au contraire que les autres trébuchent à leur place. Ceux-là mériteraient quelques séances de tarte à la crème, avant que ceux qui sont tombés à leur place les invitent à la fête.

Avoir les fesses rougies par les chutes, plutôt que les joues cramoisies par la honte.

Humour, détachement, intelligence. C’est la même chose.

Banana_Peel