La 359ème Section, Stanislav Rostotsky (1972)

Taïga eiga

A zori zdes tikhie / Ici les aubes sont calmes

A zori zdes tikhieAnnée : 1972

9/10   IMDb  iCM

Listes :

— TOP FILMS

Limguela top films

L’obscurité de Lim

MyMovies: A-C+

Réalisation :

Stanislav Rostotsky

Avec :

Andrey Martynov
Irina Dolganova
Elena Drapeko

J’étais déçu par La Lettre inachevée[1]. Impossible ici de ne pas penser au film de Kalatazov. Y avait-il à l’époque soviétique une volonté du pouvoir d’offrir au public des films à grand spectacle inspirés du western ? Des taïga films ?… Peu importe.

La Lettre inachevée souffrait d’un manque d’originalité dans son sujet et d’une trame assez faiblement construite (on peut suspecter Kalatazov d’être toujours plus intéressé par sa caméra que par son sujet). Ici, l’originalité, on l’a, et l’intrigue est parfaite.

Film de propagande bien sûr. Les personnages sont de braves soldat(e)s, et l’Union soviétique, c’est la belle et grand-mère patrie. Au fond, en dehors des satires, un film n’est-il pas toujours un film de propagande ? L’intérêt est ailleurs…

Après la première demi-heure, ça ne s’engageait pourtant pas très bien. Humour douteux et flashbacks kitsch (le passé en couleurs…). Cette introduction n’était probablement pas très utile, mais c’est ensuite que tout se met magnifiquement en place. On pense à Délivrance ou à Voyage au bout de l’enfer (voire à Alien). Une fois que les personnages sont lâchés dans la nature, l’action se resserre et l’intensité ne quitte plus jamais le film (l’opposition avec le début doit jouer, c’est certain, une manière comme dans Psychose d’annoncer quelque chose et de tout foutre en l’air au bout d’une demi-heure).

Notre petit groupe de soldates, pas franchement destiné à participer à la guerre, finit par prendre en chasse deux ou trois soldats allemands. Et à partir de là, on suit la trame classique d’un film de chasse et d’élimination. Les péripéties sont connues et attendues (qui sera le suivant ?) et le piège tendu est parfaitement mis en œuvre. Parce que c’est cette exécution qui compte. Le comment. Un peu comme dans un western où deux bandes, groupes ou personnages se feront face au milieu de nulle part. Un monde sauvage où c’est d’abord la brutalité qui parle, l’instinct de survie, et où seule une infime part de civilisation finit par se faire jour. Celle que les hommes (des femmes ici donc) apportent dans leurs baguages. La société et leurs lois sont loin, on est seul avec nous-mêmes, nos compagnons de galère, nos blessures, nos humiliations, notre rage, notre fierté, notre honneur, notre lâcheté, nos actions… C’est pourquoi le principe même du western est si efficace à nous proposer des films si intenses avec des histoires simplettes. Il y a quelque chose qui nous ramène à notre nature primitive. Quoi de mieux qu’une situation dans laquelle on est tour à tour le chasseur et le chassé ?

L’originalité du film, c’est bien le fait de voir tout un peloton de femmes soldats à la poursuite d’Allemands invisibles alors qu’elles ne partaient à l’origine que pour se « promener dans les bois ». L’alien n’est jamais aussi bien réussi que quand on ne le voit jamais et qu’on le devine. On peut se rincer l’œil avec, non pas une Sigourney Weaver sévèrement burnée, mais cinq. Un rêve de spectateur comblé par la propagande soviétique. Elles sont belles, fragiles mais déterminées, potelées à croquer, et inexpérimentées… Colin-maillard fourrés dans les bois. De quoi rendre totalement gaga… Si on voit si peu les Allemands, ces « aliens », c’est finalement parce que c’est un peu nous… Et on se sait inoffensifs (mais si, voyons, dans un rêve, on a toujours le beau rôle).

Pour unique compagnon masculin, là encore, la réussite c’est d’en faire un personnage (sexuellement) inoffensif. L’image paternelle de l’officier protecteur. Un caporal formateur. Droit et affectueux, dont le seul charme apparent se dresse bien au-dessus de la ceinture : celui rustique de la moustache à papa. Des femmes qui aiment leur père, le suivent et l’écoutent ; et un père qui saura disparaître au moment opportun. Le bonheur. Et si dans Alien, Ripley remplace la console « Maman » comme dernière mère patrie dans une humanité décimée (celle qui cesse d’être sexuellement active pour nous protéger, nous ses enfants, des méchants aliens), ici, les filles restent bonnes à marier. Et la mère patrie, cette belle-mère acariâtre qu’on fait semblant de vénérer, regarde de loin et approuve, car il faut bien répandre ses douces progénitures dans la nature… On est seul avec elles et on se porte mieux ainsi, merci. Après la brutalité sauvage des forêts, quoi de plus tendre qu’un petit cœur de femme avec qui créer une nouvelle civilisation ?

Polygamie acceptée… Je suis au 359ᵉ ciel !


[1] La Lettre inachevée