La Cité interdite, Zhang Yimou (2006)

La Cité interdite

Man cheng jin dai huang jin jia La Cité interdite, Zhang Yimou (2006)Année : 2006

5/10 IMDb iCM

Vu le : 23 septembre 2007

Réalisation :

Zhang Yimou


Avec :

Chow Yun-Fat, Gong Li, Jay Chou

Beuark… Le plus mauvais Yimou ?! C’est pourtant avec Gong Li et Show Yun Fat… on aurait pu espérer mieux…

Seule la fin est « un peu » plus intéressante. Les trois quarts du film sont avant tout décoratifs (et oui, c’est beau) : des suites de scènes dans les chambres luxueuses du palais… terriblement statiques et sans intérêt. Autant de personnages (quatre ou cinq) que dans une tragédie classique. Ça ressemble à ces poissons qui n’existent et qui ne vivent que dans des petites étendues d’eau, à deux ou trois cents individus, et qui survient à la gloire de la consanguinité.

À l’instar d’Œdipe, on a droit au dénouement de la filiation et de la révélation d’un inceste. Ça prend un tour un peu même shakespearien, gore, quand tout le monde dans cette petite famille impériale complote contre tout le monde et que finalement tout se termine dans une gigantesque tuerie sanglante. On tend plus du côté de Titus Andronicus que de Hamlet, mai ça réveille tout de même. On passe des scènes de chambres aux scènes de baston entre chevaliers d’or et chevaliers… d’aluminium. Une sorte de remake de la grande bataille du Seigneur des Anneaux, avec d’un côté une armée d’abeilles tueuses et de l’autre des mouches tsé-tsé prêtent à tout pour sauver… leur roi. La démesure la plus totale (et sans second degré… — au secours John Woo, où es-tu ?!).

Autrefois donc, dans la cité interdite, quand on se chamaillait, ça se terminait avec des milliers de chevaliers en armure sur la place des duels. Avec notre minable bataille d’Azincourt, on peut vite aller nous rhabiller…