The Assassin, Hou Hsiao-hsien (2015)

The Assassin

Ci ke Nie Yin Niang Année : 2015

5/10 IMDb

 

Réalisation :

Hou Hsiao-hsien

 

Pour faire simple, j’ai rien compris et, très vite, lassé par une mise en scène qui fait illusion dans un film contemporain mais fait pschitt ici, je n’avais plus l’intention de comprendre. Hou Hsiao-hsien n’est pas pour moi, il me parle chinois.

Après, c’est décorativement parlant très joli. Les intérieurs sont soignés et les extérieurs sont époustouflants. Ça n’a juste pour moi aucun intérêt. Dès le premier panneau, j’étais déjà aux pâquerettes, et en retrouvant le style de mise en scène inutilement lent de Hou Hsiao-hsien, j’ai commencé à m’agacer.

Le pire entre tous ces effets n’aidant pas à suivre une ligne de récit particulièrement fine et fragile, la gestion du son avec ces hors champs de nature, en particulier le vent, poussés à fond les manettes. C’est un peu comme essayer de lire du Corneille avec du Led Zeppelin en arrière fond.

Je le dis souvent, si un réal fait tous les efforts possibles pour que ce soit moi qui en fasse le plus en retour, il n’y a aucune raison que j’accepte de me faire avoir de la sorte : les efforts, c’est à lui de les faire pour que j’en fasse, peut-être pas le minimum parce qu’aucun plaisir ou intérêt ne peuvent se faire en laissant son cerveau à la cave, mais pas trop (d’effort). C’est comme ça qu’on m’a appris à donner à voir au théâtre ; c’est comme ça que j’entends être servi au cinéma. Je peux à la limite en faire pour des génies, mais Hou Hsiao-hsien avec l’ensemble de ses manières adoptées pour cacher son manque de savoir-faire en matière de mise en scène, ne m’aide pas plus à ce niveau.


Le Poignard volant, Chu Yuan (1977)

Le grand sommeil

Le Poignard volant

Note : 2.5 sur 5.

Titre original : Duo qing jian ke wu qing jian

Année : 1977

Réalisation : Chu Yuan

Avec : Lung Ti, Li Ching, Tung-Shing Yee

Je n’en finis pas d’être déçu par les films de la Shaw brothers

Rarement vu un film aussi mal fichu. Pourtant les moyens sont là : beaux costumes, reconstitutions des extérieurs en studio (qui inspirera sans doute Tarantino pour Kill Bill volume 2), une vedette… Mais le scénario, c’est vraiment n’importe quoi. Il y a presque autant de personnages que de séquences. Chacun doit à peine balancer deux lignes de dialogues en moyenne, et souvent c’est une ligne pour dire qui il est, et une autre pour faire une révélation sur qui il est vraiment ! Une fois les préliminaires verbales achevées, on se lance dans des bims et des bangs d’une platitude sans fin, on croirait le tic-tac d’un réveil…

Au début on a bien droit à deux ou trois scènes dialoguées, mais on n’y comprend que dalle. Ils sont tous à la recherche d’une cotte de maille en or (qui soit dit en passant est vraiment une très mauvaise idée, l’or étant un métal mou), mais on ne sait pas pourquoi et puis très vite on entre dans des histoires annexes qui nous font perdre le fil. Ironiquement, la mise en scène veut nous aider à y voir clair au milieu de tous ces personnages en accompagnant chacun des nouveaux arrivants d’une incrustation avec son nom. Pour se rappeler des noms chinois, merci ! La même scène se répète en fait à l’infini : le héros arrive dans un lieu et à l’écran, d’un bond (genre Bioman), il dit deux mots au type qu’il vient voir, qui finit donc par lui révéler son secret qu’il cache depuis le début (et dont on se balance parce qu’on ne l’a pas revu depuis perpet’ et qu’on le mélange avec deux ou trois personnages qu’on croyait déjà mort — ils se ressemblent tous avec les perruques et leur robe). Vient alors la baston (au moment où on commence à bailler), et un autre personnage sorti du bord hors-champ de l’écran se pointe, après un bon de trois mètres, toujours (j’exagère à peine si je dis que la mise en scène y rajoute un zoom rapide sur la gueule du type genre : « Ta-da ! salut c’est moi : Bebel… »). Lui aussi a des révélations à faire (« Hé, les mecs ! Arrêtez de vous battre : je file ma cotte de maille à celui qui saura retrouver dans quelle scène je suis apparu »). Le personnage principal ne s’y attendait pas du tout (nous non plus et pour cause : il semble tout droit débarquer du tournage du studio d’en face). On se dit que c’est soit un copain qui vient l’aider soit un nouvel ennemi. Baston à trois, c’est plus joli, mais je commence à craindre la scène de la double pénétration. Le méchant agonise (moi aussi), et en mourant révèle le nom de celui qui se cache derrière tout ça. Et là j’ai cru m’étouffer quand l’un d’eux révèle que le personnage tant redouté était celui à qui il le soufflait à l’oreille… le héros du film… c’est trop compliqué ? En fait le méchant serait en fait le gentil ! — Voilà pour ceux qui arrivaient à comprendre jusque-là (dont je ne fais pas partie)… Je crois que tout le monde a renoncé à y comprendre quelque chose même ceux qui prétendent avoir tout compris du Grand Sommeil.

Le Poignard volant, Chu Yuan 1977 The Sentimental Swordsman 多情劍客無情劍 | Shaw Brothers

Après, il y a des variantes subtiles (incompréhensibles) dans le scénario, avec des astuces qui veulent mettre en évidence « l’intelligence » du héros. Évidemment, si le scénariste est un crétin, ça risque de tomber à l’eau et la vraisemblance risque d’être sérieusement titillée.

On a donc notre héros qui se rend à Shaolin (ça j’avais compris, mais pourquoi, c’est une autre histoire) en compagnie de guignols qui le suivent depuis la dernière scène et qui jouent par rapport à lui les rôles des personnages braves mais bien moins rusés que le héros (comprendre : ils sont vraiment très cons). Toute cette joyeuse bande est poursuivie par le terrible « Cinq-Venin » qui cherche à les empoissonner. La bande arrive dans une sorte de village dans les montages et tous ont faim, mais ils se refusent à manger quoi que ce soit, car ils savent que « Cinq-Venin » est à leurs trousses (déjà ça c’est à la limite de la vraisemblance). Arrive alors un vieux monsieur qui vient s’asseoir près d’eux et qui entame son dîner : des brioches, qui mettent en émois les aventuriers affamés. L’un d’eux paie quatre ou cinq fois le prix des brioches au vieux monsieur qui repart tout content dans sa baraque. Le brave s’apprête à engloutir les blanches brioches, mais là, le héros, fait « na na na je suis le rusé : les brioches sont empoisonnées ! » Comme par hasard à cet instant un pauvre clébard errant passe par là (j’ai même cru l’avoir vu siffler, incognito). On lui file la bouffe, le clébard meure. Le héros tel Columbo prédit que le vieillard qui s’est réfugié dans une baraque s’est enfui et même que la baraque est vide. Gagné ! (Là on est un peu comme après le tour d’un magicien après qu’il a découvert par son extra-lucidité la carte qu’on a piochée). Pas le temps de se reposer, sans transition, de l’autre côté de la rue, des enfants sortent de l’autre baraque du village (c’est un tout petit village : il n’y a que deux baraques, et on sait déjà que la première est inhabitée) et font une scène à leur mère parce qu’ils ne veulent pas manger la soupe qu’elle leur a présentée. Patatras, le même type pas très fute-fute (la faim rend bête sans doute) vient proposer le reste de son magot à la famille pour lui échanger les deux bols de soupe contre des brioches qu’il vient de prendre à un marchant ambulant qui passait comme par hasard par là (lui aussi doit aimer venir se promener au milieu de nul part en sifflant). Na na na, fait le héros, mais c’est trop tard son compagnon a déjà englouti les deux bols de soupe. Il commence à avoir le sang qui coule de ses yeux, le héros reste stoïque car seul lui importe le fait qu’il avait raison et il part à la poursuite de la famille pour prouver dans une implacable démonstration, qu’il n’y a personne, non plus, qui habite dans cette baraque. Quand il se retourne vers son compagnon pour voir si à présent il le croyait, notre héros n’aura jamais la réponse ou la satisfaction de voir son ami lui dire qu’il était le plus rusé, car il était déjà mort. Vraiment pas de chance ! — En même temps, il y a des personnages nouveaux pratiquement à chaque scène alors si on n’en tue pas en gros… à chaque scène, on s’en sort pas.



Listes :

Liens externes :


La Cité interdite, Zhang Yimou (2006)

La Cité interdite

Man cheng jin dai huang jin jia La Cité interdite, Zhang Yimou (2006)Année : 2006

5/10 IMDb iCM

Vu le : 23 septembre 2007

Réalisation :

Zhang Yimou


Avec :

Chow Yun-Fat, Gong Li, Jay Chou

Beuark… Le plus mauvais Yimou ?! C’est pourtant avec Gong Li et Show Yun Fat… on aurait pu espérer mieux…

Seule la fin est « un peu » plus intéressante. Les trois quarts du film sont avant tout décoratifs (et oui, c’est beau) : des suites de scènes dans les chambres luxueuses du palais… terriblement statiques et sans intérêt. Autant de personnages (quatre ou cinq) que dans une tragédie classique. Ça ressemble à ces poissons qui n’existent et qui ne vivent que dans des petites étendues d’eau, à deux ou trois cents individus, et qui survient à la gloire de la consanguinité.

À l’instar d’Œdipe, on a droit au dénouement de la filiation et de la révélation d’un inceste. Ça prend un tour un peu même shakespearien, gore, quand tout le monde dans cette petite famille impériale complote contre tout le monde et que finalement tout se termine dans une gigantesque tuerie sanglante. On tend plus du côté de Titus Andronicus que de Hamlet, mai ça réveille tout de même. On passe des scènes de chambres aux scènes de baston entre chevaliers d’or et chevaliers… d’aluminium. Une sorte de remake de la grande bataille du Seigneur des Anneaux, avec d’un côté une armée d’abeilles tueuses et de l’autre des mouches tsé-tsé prêtent à tout pour sauver… leur roi. La démesure la plus totale (et sans second degré… — au secours John Woo, où es-tu ?!).

Autrefois donc, dans la cité interdite, quand on se chamaillait, ça se terminait avec des milliers de chevaliers en armure sur la place des duels. Avec notre minable bataille d’Azincourt, on peut vite aller nous rhabiller…

Dragon Tiger Gate, Wilson Yip (2006)

Dragon Tiger Gate

Lung Fu MoonDragon Tiger Gate, Wilson Yip (2006)Année : 2006

5/10

Vu le : 25 août 2007

Liens : IMDb  iCM

 

Réalisation :

Wilson Yip

Avec :

Yuk Long Wong
Louis Koo
Isabella Leong

Le mélange de kung-fu et de comics est intéressant, c’est sans doute la meilleure idée du film, mais on n’y croit pas une seconde.

L’histoire est vraiment très peu crédible avec des raccourcis débiles et simplistes… C’est pas un problème quand c’est une histoire de baston généralement, mais là on sent qu’il y a une volonté de mettre l’accent sur l’histoire… Seulement, quand on n’a rien à dire on ferme sa gueule ou on s’arrange pour que ce qu’on dit ait un accent, un ton singulier qui éveille l’intérêt.

Bref, ça se prend trop au sérieux, mais ça ne se donne pas les moyens de ses ambitions : scénario bâclé et plus étonnant mise en scène d’une grande puérilité (on croirait voir un film dirigé par le type qui réalise Taxi et Yamakasi avec des effets de caméra, des mouvements sans intérêt qui alourdissent la narration).

En gros, ça ressemble à Tortues Ninjas : des couleurs criardes, des murs en carton-pâte, un canevas facile et des personnages sans intérêt (Heureusement qu’il n’y a pas d’adaptation ciné des Chevaliers du Zodiaque parce que ça ressemblerait sans doute à ça*).

*depuis 2007, quelqu’un a osé, paraît-il…