Monpti (1957), Helmut Käutner

Monpti

MonptiMonpti Année : 1957

6/10

Réalisation :

Helmut Käutner

Avec :

Romy

6 janvier 1997

L’ombre acidulée de Sissi

(Sans retouche. La critique est comme le film : fraîche, naïve… féroce, remontée, indignée.)

Je ne comprends pas la mauvaise réputation (critique) de ce film. On peut ne pas être séduit par son sujet mais la réalisation et le reste n’est pas sans qualité. Voilà deux fois que je vois ce film (revu par hasard), et à chaque fois j’ai été séduit. C’est un film qui se laisse regarder, et plutôt agréablement. Est-ce parce qu’il n’y a pas de message ? Il n’y a que les critiques et les cinéastes intello (qui sont toujours les plus mauvais d’ailleurs si leur ennui se retrouve dans leurs films ; mieux, quand ils s’approprient le drame, le « message » d’un autre, un auteur ou un scénariste ; a-t-on idée lorsqu’on met en scène Shakespeare de reprendre le drame à son compte ?…). Qui ose penser au message avant l’histoire ? Il y a des manières plus simples et plus directes de faire de la morale ou de la philosophie, messieurs !

Est-ce parce que l’esthétisme du film surprend ? Un sujet réaliste, et de surcroît « nunuche » (voire sissïen), traité de manière mélotico-poétique avec des couleurs flamboyantes ? Cela aurait été un film de Carné, tous auraient crié à la poésie et à l’originalité. Puisqu’il s’agit d’un Allemand de l’ouest, il est plus à même de produire du réalisme âpre et intello ; les couleurs et le sourire de Romy paraissent troubler la béatitude exercée du critique, à qui l’originalité n’existe que si elle est acceptée par tous et produite par un cinéaste reluisant son étiquette quelle qu’elle soit.

Eh bien je dis que ce film, sans être un véritable chef-d’œuvre, est un grand spectacle ! Et c’est encore l’essentiel pour le public.

(Na !)