Moulin Rouge, André Hugon, Yves Mirande (1940)

Moulin Rouge

4/10 IMDb

Réalisation : André Hugon, Yves Mirande

Si certains pensent encore que la réalisation d’un film, c’est se contenter de savoir où placer une caméra, ils comprendront à quel point avec ce film la mise en place des acteurs est un travail essentiel trop souvent négligé : deux types placés l’un à côté de l’autre bavassant plus de trente secondes et ne faisant strictement rien d’autre.

Diriger des acteurs, c’est les mettre en situation, les mettre en place, trouver un rythme, un élan. Là, zéro. Pourtant les acteurs sont bons.

C’est fou ce que René Dary ressemble à Thomas Voeckler. La même manière d’ouvrir son visage et de placer sa voix, les mêmes intonations aussi… Troublant. (Et un Dary qui partage aussi avec Maurice Chevalier les mêmes mimiques quand il pousse la chansonnette. Ces deux-là en ont peut-être imité encore un autre.)

Certains dialogues ne sont pas mauvais, mais le scénario part dans toutes les directions. Du Moulin Rouge, il en est finalement question que très peu : à vouloir faire à la fois une romance, un film sur la réussite d’un artiste sans le sou, un film de coulisses, en voulant intégrer en plus de ça un volet « criminel » pour jouer les contrepoints et s’en amuser, et quand en plus certaines scènes s’éternisent, normal de rester sur sa faim et que rien dans tout ça ne trouve de réelle consistance.