Ploy, Pen-ek Ratanaruang (2008)

Ploy

PloyAnnée : 2008

Réalisation :

Pen-ek Ratanaruang

7/10  IMDb
Vu en septembre 2008

Un film très sage, sans grande ambition, mais hypnotique.

L’ambiance tout du long est celle qu’on peut croiser dans le no man’s land d’un aéroport du bout du monde au petit matin : lourd, lent, fatigué, silencieux, avec ce petit bourdonnement lancinant qui ne vous quitte pas des oreilles et qui vous hypnotise.

On le comprend, un peu tard, mais c’est un film sur le désir, le fantasme, la peur de la perte de l’autre.

Pas envie de m’attarder trop sur ce film, de peur de le réveiller (là où il se repose sur le divan de la chambre d’hôtel). Pas un grand film, parce qu’il ne prétend pas être autre chose qu’un petit bonbon vite apprécié, vite oublié. Un film réussi en tout cas. Très antonionien, finalement… L’incommunicabilité à contre-emploi, thaïlandaise, celle des matins hallucinées après une nuit blanche. Celle de l’incertitude et de l’après. De la solitude aussi.