Infernal Affairs, Andrew Lau et Alan Mak (2002)

Chassé-croisé

Infernal AffairsInfernal Affairs, Andrew Lau et Alan Mak (2002)Année : 2002

Liens :
IMDb  iCM

✔Limguela top films

✔MyMovies: A-C+

Réalisateurs :

Wai-Keung LauAlan Mak

 

8/10

Vu le : 28 avril 2007 B

 

Que ce soit celui de Scorsese (les Infiltrés) ou celui-ci, les deux sont très bien. Il reste pas mal de différences pour en faire deux films à part entière (les acteurs, par exemple… sont pas les mêmes, j’ai remarqué).

L’une de ces différences, c’est que les scénaristes us ont voulu remédier au problème (léger) de la dispersion de deux personnages féminins dans l’original. C’est vrai que la psy et la femme romancière ne sont pas très développées ; il faut avouer que les réunir en un seul personnage pouvait être une bonne idée, un peu comme c’est la mode décidément en ce moment à Hollywood, ça donne trop de poids à un personnage féminin, un aspect « amoureux » hors sujet dans le contexte d’un film criminel (en tout cas, ça sape l’unité d’action)…

Le problème, ainsi en voulant réparer un très léger défaut de l’original, c’est qu’ils ont pris le risque de se tromper, et franchement, c’était sur ce point justement que ça m’avait dérangé dans le film de Scorsese : à savoir que la coïncidence que la même femme se retrouve comme par hasard au milieu des deux « infiltrés », ce n’était pas très crédible. Mais dans un autre sens, le scénario américain a amélioré des détails incompréhensibles dans cet original (notamment la période où le flic infiltré s’absente pour aller « voir une masseuse », et que le truand au QI de poule n’avait rien compris à l’histoire…).

Et puis, il y a quelque chose qui m’a frappé dans celui-ci, c’est que ça semble être produit comme un véritable blockbuster asiatique, où chaque détail n’est pas laissé au hasard, où tout doit être visible, accessible (formaté) pour le public : comme le fait de prêter autant d’attention au générique et à la musique (il est loin le temps où John Woo utilisait de la guimauve sur un synthé). Mais ce n’est peut-être qu’une impression…

Autre chose qui m’a étonné, Scorsese est connu pour être le cinéaste de la rédemption (ça c’est pas moi qui le dit, j’ai jamais particulièrement remarqué — les thèmes catho moi…) et là, c’est paradoxal parce que la fin chinoise est très rédemptrice (en tout cas l’un des héros tente de se racheter une “vertu”) et dans le film us, ça a complètement disparu puisque le type choisit une autre voie (si je me souviens bien le Scorsese — j’avoue ne plus trop me rappeler de la fin — il se passe tellement de chose).

Et puis, c’est avec Tony Leung… À chaque fois qu’il y a un bon film, vous pouvez être sûr qu’il est dans le coup… (comme souvent avec feu Leslie Cheung).

L’acteur qui joue le chef mafieux est excellent. L’idée de lui donner autant d’humour, c’est ça aussi qui fait le succès du film. Très américain (comme beaucoup de chose dans la direction d’acteur de ce film), car aux USA il est primordial de savoir rendre sympathique (ou en tout cas attractif pour le spectateur) un méchant. Et jusqu’à présent, les rôles de mafieux à HK tiraient toujours une gueule pas possible. Vive la nuance…